La lettre de veille de mars 2022 : “Diamonds Are a Researcher’s Best Friend” ?

Le 2 mars, la Coalition S, Science Europe, l’infrastructure de recherche OPERAS et l’ANR (Agence nationale de la recherche) dévoilaient leur plan d’action pour l’accès ouvert « diamant ». “L’objectif est de constituer un écosystème autour de ce modèle de publication, et de le placer sous le contrôle de la communauté académique elle-même. Le plan avait été annoncé le 4 février 2022 lors des Journées européennes de la science ouverte à Paris.” “Le modèle « diamant » fait partie des modèles économiques de publication, soutenus par le MESRI et inscrit dans l’axe 1 du second plan national pour la science ouverte .” (COSO). Le CNRS a tout de suite apporté son soutien à “ce modèle vertueux de publication”, qui “permet aux chercheurs et aux chercheuses de diffuser leurs travaux en accès ouvert sans qu’ils n’aient à payer de frais de publication et d’y lire les articles gratuitement.” Selon l’étude de Pierre Mounier, le modèle « OA diamond » favorise à la fois l’inclusion et la bibliodiversité, “car il sert un large éventail de disciplines, de langues, de pays et de communautés. Il rend la publication en libre accès réellement accessible à tous, car il supprime certains des obstacles financiers auxquels les chercheurs sont confrontés pour publier.” Plus de 40 institutions internationales ont déjà exprimé leur soutien : https://scieur.org/diamond-actionplan. Les institutions qui souhaitent soutenir le plan d’action et rejoindre la communauté diamant peuvent le faire à l’adresse suivante : https://scieur.org/diamond-endorsement

Bref, un réel enthousiasme, avec par exemple le webinaire organisé le 29 mars par OpenAire autour de la plateforme Episciences présentant le plan d’action, un article sur le Diamond OA dans les publications norvégiennes … La journée d’étude Couperin des 11 février et 12 marsPublication scientifique : stratégies des grands éditeurs et consentement à payer” avait ainsi pour but d’essayer de mieux comprendre les ressorts et les mécanismes du marché de l’édition scientifique, les spécificités et éventuels moyens de modifier la relation éditeurs/chercheurs /bibliothécaires, dont la notion du consentement à payer, fortement affaibli ces dernières années, et concurrencé par l’avancée de la science ouverte. On peut faire le constat que la politique française de science ouverte constitue désormais un élément déterminant pour la politique de l’édition scientifique en devenir, confirmant la prégnance du modèle diamant… Cependant, cette politique provoque aussi des préoccupations sur les modèles économiques de l’édition scientifique et la place des éditeurs... comme le prouvent les deux rapports publiés en mars, suite à deux saisines, et qui douchent un peu le plan d’action ! Haro sur le modèle diamant ? (Bulletin de veille – Mars 2022 – DATACC )

Ainsi, saisi par la commission de la culture du Sénat en 2021, l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) a adopté, le 9 mars 2022, un rapport « Pour une science ouverte réaliste, équilibrée et respectueuse de la liberté académique », déposé le 10 mars au Sénat. L’OPECST considère ainsi que les évolutions en cours  peuvent mettre “en péril l’équilibre économique de certains segments du monde de l’édition, [et qu’] elles pourraient porter atteinte à la diversité de l’offre éditoriale tout particulièrement en sciences humaines et sociales et conduire à une prise en charge publique du coût des publications (appelée modèle Diamant), le remède pouvant se révéler pire que le mal.” Il faut “favoriser la voie du pluralisme par la bibliodiversité plutôt que programmer l’hégémonie future du modèle Diamant”, en abandonnant “la perspective d’une voie unique, bientôt potentiellement hégémonique, poussant à l’uniformisation et à la généralisation d’un seul modèle, synonyme d’étatisation de l’édition scientifique, et de veiller plutôt à une bibliodiversité effective et ambitieuse.” Le modèle Diamant ne doit être que l’une des nombreuses voies qu’empruntera l’édition du futur. Les archives ouvertes ne doivent pas devenir la voie unique non plus.”

La synthèse : http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/opecst/quatre_pages/Synthese_rapport_Science_ouverte_pdf.pdf

Saisi par le Président du Syndicat National de l’Edition, le Médiateur du livre a rendu public le 11 mars un projet d’avis sur l’édition scientifique. “Tandis que les politiques en faveur de la science ouverte se développent, l’édition se sent menacée. Souhaitant répondre de manière constructive à ce débat, le médiateur propose 16  pistes de recommandations, afin de mettre en place une réelle politique française soutenant les éditeurs” explique Actualité.  “Accompagner les éditeurs privés français de SHS dans leurs initiatives en faveur de l’ouverture de leurs publications dans la concertation et l’anticipation” est l’une des pistes proposées, “en veillant à la diversité et au pluralisme des acteurs”. Le médiateur rappelle qu'”en Europe comme dans le monde, les différentes voies vers l’ouverture sont encore loin d’avoir trouvé leur équilibre et les
formules efficaces ne sont pas figées”. Ainsi, la recommandation n°
7 stipule que le « modèle Diamant » est l’une des voies d’avenir parmi d’autres de l’édition de SHS

En réaction, Frédéric Hélein, professeur à l’Institut Mathématique de Jussieu (IMJ-PRG), décortique page à page le texte du rapport parlementaire dans son blog, qui s’il “contient des informations et des avis intéressants”, “est truffé de passages consternants“: “Il en résulte un tableau de la situation rempli de contre-vérités et totalement décalé par rapport à la réalité. ” Ainsi, “la notion principale qui est dans le collimateur de ce rapport est le modèle diamant. Or on trouve dans le rapport des passages qui semblent montrer que leurs rédacteurs ne maîtrisent pas la définition même de ce qu’est le modèle diamant”.  Il note par ailleurs “que les rédacteur du rapport n’ont auditionné aucun bibliothécaire, documentaliste ou chercheur de base impliqués dans ces questions.” Dommage !

Quelques actualités :

La Feuille de route nationale des infrastructures de recherche 2021 s’enrichit d’une analyse stratégique et met en évidence les pratiques des infrastructures en matière de science ouverte et de données.

Organisée dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne, la conférence PFUEPour une approche globale de la recherche, de l’innovation et de l’enseignement supérieur” du 8 mars, un cadre commun a été rédigé (Déclaration de Marseille), dont  la “consolidation et la diffusion réciproques des résultats de la recherche au moyen de cadres et de stratégies axés sur l’accès libre et immédiat aux publications scientifiques, la structuration, la conservation et autant que possible, l’ouverture ou le partage des données de recherche et des logiciels et codes” …

Le projet Huma-Num Science Ouverte (HNSO), démarré en février 2021, a pour principal objectif d’améliorer les plateformes NAKALA (stockage et documentation de documents et données SHS) et ISIDORE (moteur de recherche pour les publications et données en SHS) afin de les rendre pleinement compatibles avec les principes FAIR. L’objectif est également de renforcer l’écosystème de travail intégré que propose la TGIR Huma-Num dans le but d’accroître la découvrabilité des données des SHS. Un ouvrage, intitulé Propositions méthodologiques pour ISIDORE et NAKALA, est déjà accessible en édition continue sur le Web et sera édité en PDF en version française et anglaise dès qu’une version 1 aura été finalisée. La question des référentiels y sera abordée (choix, apport, ajout ou suppression, deep learning), un projet à suivre donc puisque le thésaurus ArchiRès en fait actuellement partie …

Et toutes (ou presque !) les autres ici :

 


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search