La lettre de veille de février 2022 : la révolution de l’édition scientifique est en marche

Denis Jérome, membre de l’Académie des sciences qui vient de publier ses recommandations sur la mise en pratique de la Science ouverte, rappelle les diverses initiatives et moyens de diffuser largement les articles de façon libre et gratuite et considère que le frein essentiel de cette ouverture est celui de l’évaluation. La réforme de l’évaluation de la recherche a ainsi été au cœur des deux journées européennes de la science ouverte (OSEC) les 4 et 5 février et “ont permis d’identifier les limites d’un système d’évaluation encore trop souvent fondé sur des critères relatifs au nombre de publications ou au facteur d’impact des revues”. Les vidéos et supports sont désormais en ligne, dont la session consacrée à l’avenir de l’édition scientifique. Jeroen Sondervan (Utrecht University Library) constate qu’il est devenu évident lors de cette session qu’en 2022, nous verrons une attention accrue pour le modèle open access diamant .

Anne Baillot, Anthony Pecqueux, Cédric Poivret, Julie Giovacchini et Céline Barthonnat, membre du réseau Médici, proposent un débat sur l’évaluation ouverte des articles (l’open peer review), avec l’émergence de nouvelles formes de relecture par les pairs qui commencent à gagner en importance dans la communauté scientifique et la mise en “lumière des projecteurs médiatiques des preprints, ces publications scientifiques mises en ligne avant d’avoir été officiellement évaluées et acceptées par une revue scientifique”.

Ce constat a été relevé par le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD) et la Confederation of Open Access Repositories (COAR) qui annoncent la création d’un répertoire qui rassemblera dans une base de données les informations sur les plateformes/serveurs qui collectent des preprints, permettant aux utilisateurs de choisir la plateforme la plus adaptée à leurs besoins et d’avoir une vue d’ensemble de l’écosystème des preprints.

Un partenariat entre le réseau Mir@bel et le CCSD pour référencer les épi-revues vient d’être mis en place et Mir@bel ouvre par ailleurs un nouveau service pour les revues scientifiques françaises en permettant à leurs responsables et éditeurs de déclarer leurs politiques de diffusion électronique et d’auto-archivage des articles en accès ouvert.

Pour celles/ceux qui veulent en savoir plus sur les épirevues en SHS, vous pouvez consulter la présentation d’Anne Baillot de la journée ReUSE-Réseau SHN du 4 février 2022. Elle nous invite aussi à réfléchir à la manière dont les nouveaux formats de publication influent sur l’évaluation des publications scientifiques, sujet qu’elle développera lors de la séance du 20 juin du séminaire SO_MSH de la MSH Ange-Guépin.

Affiche SO-MSH 2021-2022

cOAlition S constate que de nombreux éditeurs prennent des mesures pour accroître le libre accès, mais que certains causent encore des difficultés aux auteurs qui souhaitent exercer leur droit de rendre leur manuscrit d’auteur accepté (AAM) accessible dès sa publication en utilisant la stratégie de conservation des droits du Plan S. Pour résoudre ce problème, une demande a été envoyée le 1er mars à un grand nombre d’éditeurs pour rendre leurs politiques et contrats plus transparents au début du processus de soumission.

Les membres du comité de travail sur les éditeurs prédateurs du réseau de l’Université du Québec proposent un article mettant en évidence le fait que le spectre de la prédation appliqué à l’édition scientifique est très vaste, certains éditeurs importants, comme MDPI, Elsevier et Hindawi, étant par ailleurs “pointés du doigt en raison de stratégies de marketing qui s’apparentent à celles utilisées par les éditeurs non légitimes.”

On peut aussi s’interroger sur l’initiative du réseau social Academia, soutenu par le chinois Tencent, qui va lancer dix revues en « open access », avec des comités de lecture accélérés. Cette initiative fait suite au lancement l’année dernière, d’une revue “expérimentale” appelée Academia Letters, qui a déjà publié 5 000 articles, dont l’approche ne semble pas très différente des revues prédatrices …

Pour les parisien(ne)s, je vous signale le débat qui se tiendra le 16 mars sur le Campus Condorcet autour de l’ouvrage Au bureau de la revue. Une histoire de la publication scientifique (XIXe-XXe siècle) par Valérie Tesnière, qui vous permettra d’en savoir plus sur l’évolution des revues scientifiques, les différents acteurs de la chaîne de publication et les formes éditoriales actuellement bousculées par le numérique… Nous, on attendra le podcats

Les Débats du CAK (17-1) Comment fabrique-t-on un périodique savant ?

Et tout le reste de l’actualité ici :

 


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search