La lettre de veille de janvier 2022 : Science ouverte et intégrité scientifique

“La publication du décret n° 2021-1572 du 3 décembre 2021 relatif au respect des exigences de l’intégrité scientifique par les établissements publics contribuant au service public de la recherche change la donne en matière des données de la recherche, ajoutant aux exigences FAIR et science ouverte des exigences de déontologie encadrées par la loi. Il fait des Plans de Gestion des Données le cadre normal de toute recherche et il donne de nouvelles obligations aux organismes en matière de préservation des données.”

Celui- ci a suscité un vif intérêt de la part de différents acteurs de la communauté scientifique, tels les archivistes de l’AAF qui ont publié le 20 janvier leur satisfaction, en y voyant “au-delà de la seule jus­ti­fi­ca­tion légale et de la volonté actuelle d’ouver­ture des don­nées de recher­che, le main­tien de l’inté­grité scien­ti­fi­que de ces der­niè­res […] désor­mais offi­ciel­le­ment pris en compte.” L’appli­ca­tion de ce décret exige une consul­ta­tion plus sys­té­ma­ti­que de tous les acteurs concer­nés et néces­site la com­plé­tude des com­pé­ten­ces d’une palette d’acteurs élargie au sein des établissements, des per­son­nels de l’Information scien­ti­fi­que et tech­ni­que aux ensei­gnants-cher­cheurs.”

Alexandre Serres, Référent à l’intégrité scientifique de Rennes 2, évoquait aussi dans son dernier stage (28 janvier), le fait que ce décret rend obligatoire pour les établissements publics de recherche et d’enseignement supérieur de se doter de référents à l’intégrité scientifique.

Avec ce décret d’application de la loi de programmation de la recherche (LPR) les établissements ont désormais l’obligation de :

  • Promouvoir la diffusion des publications en accès ouvert et la mise à disposition des méthodes et protocoles, des données et des codes sources associés aux résultats de la recherche afin d’en garantir la traçabilité et la reproductibilité. Ils incitent à la publication des résultats de recherche dits négatifs. (Article 2)
  • Définir une politique de conservation, de communication et de réutilisation des résultats bruts des travaux scientifiques menés en son sein. A cet effet, ils veillent à la mise en œuvre par leur personnel de plans de gestion de données et contribue aux infrastructures qui permettent la conservation, la communication et la réutilisation des données et des codes sources. » (Article 6)

On a de la chance, Datactivist et Couperin organisent un webinaire sur le décret le 18 mars à 14 h qui permettra de répondre aux questions que ce décret soulève et d’éclairer les nouvelles dispositions que celui-ci prévoit, notamment celles portant sur les données. Les inscriptions sont ouvertes sur SciencesConf (moi c’est fait !) : https://je-integrite.sciencesconf.org/resource/page/id/1

Adapté par Hervé Maisonneuve, « Biais et embellissements polluent la science »

 

Les questions d’intégrité, d’éthique et de fausse science a d’ailleurs fait l’info pendant ce mois, comme les articles concernant le serveur Problematic Paper Screener, élaboré par le chercheur en informatique du laboratoire Irit (Institut de recherche en informatique de Toulouse) Guillaume Cabanac (“Fraudes scientifiques : la traque s’organise“, “Fausses études scientifiques : le «détective» toulousain Guillaume Cabanac distingué par la revue «Nature»”, celui d’une journaliste australienne concernant la fake science dans les revues, l’entretien de Pierre CorvolL’intégrité scientifique selon Pierre Corvol : de la « fausse science » d’hier aux « PQR et FFP* » d’aujourd’hui, comment garantir une recherche robuste et libre ?“dans le carnet des bibliothèques et archives du Collège de France, et le récent article du Monde sur le plagiat, vol ou appropriation du travail des doctorants et jeunes chercheurs par leurs encadrants …

Par ailleurs, le 2e colloque international de recherche et action sur l’intégrité académique est annoncé pour juin 2022 : https://irafpa.org/colloque-2022-coimbra/appel-a-communications-2022/ ; 7 thèmes y seront traités, le 6e portant sur l’open access et la science ouverte.

Et comme d’habitude, le reste de l’actualité ici, dont la sortie du nouveau baromètre français de la science ouverte :


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search