La lettre de veille de novembre 2021 : reconnaître la science ouverte dans l’ évaluation

Un article du Monde en date du 23 novembre revient sur les nouveaux critères visant à mieux jauger les travaux des chercheurs en parlant de “chambardements” et d’un “changement de paradigme pour des milliers de chercheurs”. En effet, des changements sont désormais à l’œuvre dans les divers dossiers d’évaluation de demandes de promotion, de financement ou de recrutement (CRAC, HCERES ….). “On passe d’un paradigme quantitatif à un paradigme plus narratif, dans lequel le chercheur explique ses contributions et où plusieurs facettes de l’activité sont prises en compte”, explique Chérifa Boukacem (Université Claude Bernard Lyon 1).

Le 15 novembre, le CNRS a organisé une journée d‘échanges interne consacrée aux pratiques d’évaluation de la recherche dans le contexte de la science ouverte. « L’évaluation est un des quatre piliers fondamentaux de la feuille de route du CNRS pour la science ouverte », rappelle Sylvie Rousset (DDOR). Le CNRS a ainsi entrepris de travailler sur des critères d’évaluation « plus qualitatifs et moins quantitatifs » du travail de recherche. Pour rappel, le CNRS est signataire de la DORA (San Francisco Declaration on Research Assessment ) depuis 2018, dans laquelle “les évaluateurs et évaluatrices s’engageant à produire des avis fondés sur le contenu scientifique plutôt qu’en fonction des indicateurs de publication ou de l’image de marque de la revue”.

Le Guide HCERES des activités et produits de la recherche en architecture indique lui aussi qu’il met en œuvre dans ses évaluations les  recommandations de la DORA et celles du manifeste de Leiden qui visent à améliorer les pratiques d’évaluation des activités de recherche, alertant notamment sur le mauvais usage de certains indicateurs bibliométriques.

Le dernier numéro de la revue Arabesques explore les usages de la bibliométrie et la manière dont la science ouverte rebat les cartes de cette activité, qui laisse envisager des innovations majeures pour transformer les méthodes d’évaluation des résultats de la recherche scientifique.

 

Le groupe de travail DIALOGU’IST du réseau RENATIS proposait en novembre un 11e atelier évoquant cette question : « Science ouverte : du modèle économique à l’évaluation des résultats » 

En réponse à un appel à projets européens sur l’évaluation, le CNRS a déposé un projet avec plusieurs partenaires européens : cette prochaine étape a été rappelée en conclusion du colloque du 15 novembre par Marin Dacos, coordinateur national pour la science ouverte, qui a annoncé la construction d’une alliance internationale pour transformer l’évaluation et le monde de l’édition lors de l’Open Science European ConferenceOSEC 2022 qui aura lieu à Paris les 4 et 5 février 2022, comportant deux sessions  “Science ouverte et évaluations” : Vers un pacte de Paris pour la science ouverte? Save the date ! Préprogramme : 61a7a19eb8008-OSEC_2022_programme_FR_V6.pdf (osec2022.eu)

Et toutes les autres actualités ici :


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.