[En hybride] Présentation publique du livre “Le prolétariat ne se promène pas nu : Moscou en projets” (Éditions Parenthèses, octobre 2021) avec l’auteure Élisabeth Essaïan (architecte) et les discutants Corinne Jaquand (architecte) et Frédéric Pousin (architecte) – ENSA Paris-Belleville (Centre de recherche documentaire IPRAUS/AUSser) – 09 décembre 2021

L’équipe de l’IPRAUS/AUSser est heureuse de vous accueillir pour la présentation publique du livre “Le prolétariat ne se promène pas nu : Moscou en projets” (Éditions Parenthèses, octobre 2021) avec l’auteure Élisabeth Essaïan (architecte) et les discutants Corinne Jaquand (architecte) et Frédéric Pousin (architecte). Une introduction sera faite par André Lortie (directeur de l’IPRAUS).

Cette présentation se déroulera le jeudi 09 décembre 2021 à 17h30, au centre de recherche documentaire IPRAUS/AUSser (bâtiment B, 3ème étage) à l’école nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris.

La présentation sera en distanciel et en présentiel – passe sanitaire obligatoire pour les personnes externes à l’ensa Paris-Belleville.

Inscription obligatoire auprès de : pascal.fort@paris-belleville.archi.fr

Plaquette de présentation

Présentation du livre

«On dit que la forme nue, les boîtes nues, c’est le principe du prolétariat. Cependant le prolétariat ne se promène pas nu, il met une petite cravate, une veste, un pantalon et tout le reste. Et quand il a mis un costume plus propre, il marche avec plus de joie. » Lazare Kaganovitch.

Dans quelle mesure la production architecturale et urbaine de la Russie soviétique rompt-elle avec les formes, les idées et les pratiques de la Russie tsariste ? Comment les bouleversements politiques, sociaux, économiques et juridiques se sont-ils traduits dans la définition des nouveaux modes de vie et d’occupation du territoire ?

Jusqu’où les orientations stylistiques du réalisme socialiste se sont elles substituées aux positions des avant gardes des années vingt ? Quel rôle les urbanistes, les architectes et les autorités ont-ils joué dans cette vision renouvelée de la ville avec les divers arbitrages qui en ont résulté ?

Le présent ouvrage, qui a pour objet central l’étude du Plan général de reconstruction de Moscou de 1935, propose de nuancer l’histoire urbaine soviétique écrite à travers l’unique prisme de la verticalité du pouvoir. Il met en évidence les nombreuses permanences, matérielles, idéelles et humaines, ainsi que les approches pragmatiques du projet de la part des décideurs, en premier lieu Staline et Kaganovitch.

Servie par une riche iconographie, cette analyse, au-delà du cas moscovite, met en lumière comment les architectes et les urbanistes se positionnent, créent et innovent, dans et malgré un contexte de contrôle absolu. (4e de couv.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search