Un aperçu de la collection documentaire du LéaV (énsa-Versailles)

par Marianela Porraz et Béatrice Gaillard

L’histoire du fonds

Héritier de l’ADROS (Association pour le développement de la recherche sur l’organisation spatiale) créée en 1973 et intégrée à l’école d’architecture sous le nom de LADRHAUS (laboratoire de recherche histoire architecturale et urbaine-sociétés) en 1981 , le LéaV (Laboratoire de recherche de l’école nationale supérieure d’architecture de Versailles) a réuni pendant plus de quarante ans une collection pluridisciplinaire de documents témoignant du développement de la recherche architecturale en France.

L’histoire du laboratoire découle évidement de la création de l’école. En 1968, en raison de l’éclatement de la section d’architecture de l’École des Beaux-Arts de Paris[1], deux groupes d’étudiants des ateliers de Louis Arretche (1905-1991) et d’Eugène Beaudouin (1898-1983) ont fondé l’Unité Pédagogique 3 (UP3)[2] qui s’installe à partir de 1969 dans les bâtiments de l’ancienne Petite écurie du Roi à Versailles[3].

L’enseignement de l’architecture à UP3 se fonde très tôt sur la transdisciplinarité entre les sciences dures, les sciences humaines et les enseignements artistiques, notamment par le biais des pratiques dites « opérationnelles »[4]. Bien qu’une partie des enseignants de l’école soit restée fidèle à la tradition des beaux-arts, un noyau constitué autour de Jean Castex (1942) et Philippe Panerai (1940) entame vite des travaux sur l’architecture et la ville, dans la lignée de certaines recherches italiennes[5].

Les travaux de ces enseignants vont s’inscrire dans la politique de la recherche architecturale menée par le ministère de la Culture qui s’organise dans les années 1970. En 1972 le Ministre Jacques Duhamel a créé le Comité de la recherche et du développement en architecture (CORDA), sous la responsabilité du Secrétariat de la recherche architecturale (SRA) à la Direction de l’architecture[6].

C’est dans ce contexte de développement d’une politique qui vise à mobiliser, à thématiser, à construire les fondations d’une communauté scientifique, qu’est fondé au sein d’UP3 l’Association pour le Développement de la Recherche sur l’Organisation Spatiale, l’A.D.R.O.S.[7].

En 1974, en réponse au premier appel d’offre du CORDA[8], Philipe Panerai, Jean Castex, Jean-Charles Depaule et Michel Veyrenche rendent en 1977 un rapport intitulé Formes urbaines, de l’îlot à la barre[9], qui sera publié en 1980 chez Dunod et réédité en 1997 aux éditions parenthèses. Fruit de leurs expériences pédagogiques[10], ce travail est devenu l’un des ouvrages pionniers sur le développement de l’histoire urbaine en France[11]. Dans le prolongement de ce premier travail Katherine Burlen, Jean Castex, Catherine Furet, Patrick Céleste et Philippe Panerai publient Versailles, Lecture d’une ville[12] en 1978, ouvrage dans lequel ils exposent leur approche sur les études urbaines[13].

Dans les années 1980 la politique de la recherche architecturale va évoluer pour la rendre plus institutionnelle. C’est dans ce contexte qu’on assiste en 1981 à la création du Laboratoire de Recherche Histoire Architecturale et Urbaine – Sociétés (L.A.D.R.H.A.U.S.), qui a reçu l’habilitation du ministère de la Culture en 1986[14]. Durant vingt-huit ans, le LADRHAUS a développé une expertise dans la recherche architecturale et urbaine en lien avec l’histoire et la sociologie, tout en menant de nombreux travaux avec divers partenaires scientifiques. Parmi les chercheurs qui ont consolidé la position du laboratoire dans le paysage de la recherche architecturale en France et à l’étranger, nous devons citer Catherine Blain, Catherine Bruant, Jean Castex, Anne-Marie Chatelet, David Mangin, Richard Sabatier, Sawsan Noweir, Philippe Panerai et Marcelle Demorgon.

En 1993, le Groupe Recherche Architecture Infrastructures, le GRAI,[15], est créé et dirigé par le sociologue Claude Prelorenzo. Les axes de recherche de ce nouveau laboratoire versaillais sont tournés vers les villes portuaires, les infrastructures de transport et les grands ensembles, jusqu’à sa dissolution en 2008[16].

En 2007, Philipe Potié et Gwenaël Delhumeau ont intégré l’école de Versailles tout en restant membres du laboratoire Culture Constructives[17], dépendant de l’école d’architecture de Grenoble. Ce groupe s’interroge sur la relation architecture-construction au travers de la théorie et de la pratique de la conception architecturale[18]. La mobilité des enseignants a permis d’établir des relations entre ces laboratoires et ces deux écoles.

Enfin, à partir de 2009, le Laboratoire de Recherche de l’École nationale supérieure d’Architecture de Versailles (LéaV) a remplacé le LADHRAUS. Il est le fruit du regroupement volontaire de l’ensemble des enseignants de l’école, impliqués dans la recherche de l’école de Versailles, afin de constituer une unité pluridisciplinaire sur quatre axes de recherche, qui changent en fonction des programmes pluriannuels et des thématiques des chercheurs.

Le traitement de la collection documentaire

Jamais inventorié auparavant, nous avons traité le fonds entre 2018 et 2021, grâce à un contrat du Ministère de la Culture. Le fonds documentaire était constitué notamment de la littérature grise, produite par les membres du laboratoire et d’autres laboratoires ou partenaires scientifiques. La collection contient également des livres, des catalogues d’exposition et des publications périodiques, en lien avec les recherches en cours.

Actuellement, le fonds continue de s’accroître  avec les travaux non publiés du laboratoire et les livres publiés par ses membres, dont certains sont co-financés par l’École et le laboratoire. De plus, le laboratoire reçoit régulièrement des publications d’autres institutions et de partenaires scientifiques français et étrangers.

En ce qui concerne le système de cotation, nous avons développé un système pour la littérature grise, en croisant la typologie des documents, l’année et le nom du chercheur. Pour les ouvrages, nous avons plutôt convenu avec le personnel de la médiathèque d’utiliser le système de classement décimal universel (CDU).

Simultanément, nous avons créé une grille d’indexation en format .ods (feuille de calcul open office), basée sur les données qui s’affichent dans l’instrument de recherche du réseau Archirès (réseau francophone de bibliothèques d’écoles nationales supérieures d’architecture et de paysage). L’objectif est qu’un jour ces données puissent être interrogées dans cette base bibliographique générale, soit directement soit par une recherche élargie.

En raison d’un jour par semaine, nous avons traité un total de 1590 documents. Ce travail a permis, en mars 2019, l’ouverture du Centre de documentation du LéaV, cependant uniquement pour la consultation sur place et sur rendez-vous (en envoyant un courriel au  leav@versailles.archi.fr)

LéaV – Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles
5, avenue de Sceaux – Versailles

Vous pouvez consulter le rapport du travail du classement et de l’indexation ci-dessous :

Rapport documentation 22/06/21

[1] Roger Randriamamonjy, Fily Sissaoko et Baptiste Billaud, École nationale supérieure de Versailles. Répertoire numérique détaillé (numéro 20130145), Pierrefitte-sur-Seine, Archives Nationales, 2013, p. 3.

[2] Caroline Maniaque Benton, Mai 68 : l’architecture aussi ! Paris, Éditions B2, coll.« Collection Expositions », 2018.

[3] Voir : Isabelle Bradel et Beatrice Gaillard, « Ceci fera vivre cela : la transition de 1968 vue par les bibliothèques », cahiers Hensa20, n. 2, 2016, p. 15-18 ; Juliette Pommier et Julien Correia, «  Les pédagogies de l’architecture urbaine à up3 et à up8 (1972-1978) », cahiers Hensa20, n. 8, 2020.

[4] Ibid.

[5] Pour Jean Castex, faire l’histoire de la ville revient à « faire parler la syntaxe de l’architecture » Philippe Panerai le confirme quelques années plus tard, soutenant qu’« il est temps de lire la ville comme une organisation, d’en démontrer la logique, d’en décrire la structure formelle » L’idée de syntaxe semble être reprise par Tafuri qui parlait de « l’exaspération de la syntaxe » dans son ouvrage Teorie e storia dell’architettura (1968). Voir : Nicole Cappellari, « Les architectes français et l’émergence d’une pensée sur la ville. Contributions à l’histoire urbaine (1966-1989) », in L’atelier de la recherche. Annales d’histoire de l’architecture, 2017, l’architecture en discours, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA), 2019, p. 67 ; C. Maniaque Benton, Mai 68…, op. cit., p. 82.

[6] Eric Lengerau, « La recherche architecturale et urbaine, une histoire de quarante ans », Culture et recherche, n.122-123, 2010, p. 47-55.

[7] R. Randriamamonjy, F. Sissaoko et B. Billaud, école nationales supérieure de Versailles. Répertoire numérique détaillé (numéro 20130145) …, op. cit., p. 3-4.

[8] Comité de la Recherche et du Développement en Architecture, créé en 1972. Le premier appel d’offre a été effectuée en 1974. N. Cappellari, « Les architectes français et l’émergence d’une pensée sur la ville. Contributions à l’histoire urbaine (1966-1989) » …, op. cit., p. 61.

[9] Jean Castex, J-Charles Depaule, Philippe Panerai, D’îlot à la barre. Contribution à une définition de l’architecture urbaine, ADROS-CORDA, Versailles, 1977.

[10] « Il arrive des jeunes enseignants, qui leur [aux étudiants] racontent que les choses sont simples, qu’il faut qu’ils lisent ceci plus cela plus cela ; on fait des exercices, et puis on se promène en voiture, on se promène à pied, on se promène à vélo, on regarde ce que l’on voit. C’est très stimulant. On commence à faire des voyages : en 1970 à Londres, en 1971 à Amsterdam, en 1972 on retourne à Londres, en 1973 on va en Suisse et en Allemagne, notamment à Francfort. En 1974 il y a un appel d’offre de recherche […]. On a monté le laboratoire de recherche de Versailles en 1974 pour répondre à cet appel d’offre. Il n’y avait pas de séparation entre enseignement et recherche. C’est à dire que les questions que l’on se posait, on avait un groupe d’étudiants d’une bonne quinzaine de personnes qui avait participé. On faisait des cours à l’école […]. Ça devenait une espèce de jeu, chaque fois qu’on avait une nouvelle idée on l’expliquait, on en discutait avec eux » ; Extrait d’un entretien avec Philippe Panerai (Paris, 21 février 2017). Voir : Nicole Cappellari, « Les architectes français et l’émergence d’une pensée sur la ville. Contributions à l’histoire urbaine (1966-1989) » …op. cit., p. 62-63.

[11] Ibid.

[12] Katherine Burlen, Jean Castex Catherine Furet, Patrick Celeste et Philippe Panerai, Versailles, lecture d’une ville développement morphologique et typologie architecturale de la ville de Versailles rapport de recherche, Versailles, ADROS-U.P. 3, 1978.

[13] N. Cappellari, « Les architectes français et l’émergence d’une pensée sur la ville. Contributions à l’histoire urbaine (1966-1989) » …, op. cit.

[14] R. Randriamamonjy, F. Sissaoko et B. Billaud, école nationale supérieure de Versailles. Répertoire numérique détaillé (numéro 20130145) …, op. cit.

[15] Rapport d’évaluation d’une entité de recherche. LéaV – Laboratoire de recherche de l’école nationale supérieure d’architecture de Versailles., HCERES, 2014, p. 4.

[16] Ibid.

[17] Ibid.

[18] « Historique du laboratoire Cultures constructives, ENSAG, Grenoble | Laboratoire Cultures Constructives », https://culturesconstructives-aecc.com/historique/.



Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 11/10/2021

    […] Un aperçu de la collection documentaire du LéaV (énsa-Versailles) Par Marianela Porraz et Béatrice Gaillard L’histoire du fonds Héritier de l’ADROS (Association pour le développement de la recherche sur l’organisation spatiale) créée en 1973 et intégrée à l’école d’architecture sous le nom de LADRHAUS (laboratoire de recherche histoire architecturale et urbaine-sociétés) en 1981 , le LéaV (Laboratoire de recherche de l’école nationale supérieure d’architecture de Versailles) a réuni pendant plus de quarante ans une collection pluridisciplinaire de documents témoignant du développement de la recherche architecturale en France. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search