Du renfort pour accompagner les « pousses » éditoriales en Open Access : REPERES (Réseau de pépinières de revues scientifiques en accès ouvert)

“Un réseau de pépinières de revues scientifiques (REPERES) a été créé en 2018 :  il regroupe à ce jour six incubateurs dans lesquels le SCD d’une université est impliqué (Bordeaux, Clermont-Ferrand, Le Mans, Lille, Lyon3, Nice) et quatre incubateurs portés par une MSH (Dijon, Montpellier, Rennes (avec le soutien de Nantes), Paris-Nord). Ses projets s’inscrivent dans le cadre de l’accès ouvert et de la proximité, afin d’apporter aux revues universitaires souhaitant passer au numérique l’aide nécessaire, ou à faciliter la création d’une revue.  Le terme de « pépinière » a été choisi car il s’agit de procurer des normes techniques, de bonnes pratiques éditoriales, une formation à des revues naissantes pour basculer sur une plateforme à visibilité internationale. ” (Rapport IGÉSR février 2021)

Entretien avec Véronique Cohoner (MSH Ange Guépin, Nantes), membre du réseau depuis sa création en 2018 :

  • Votre réseau a été créé en décembre 2018 dans le but de mutualiser au niveau national des expériences et projets qui se développent depuis ces dernières années autour du soutien à l’édition de revues en sciences humaines et sociales, comme la pépinière Prairial développée au sein des bibliothèques universitaires de Lyon 3 en 2017, ou celle de la MSH de Dijon en 2006, faisant suite à un serveur de revues intitulé “revuesshs” (devenue PREO en 2018). L’un de vos membres fondateurs, PoPuPS (Uliège Library), mettait déjà en ligne cinq revues dès septembre 2006 … Pouvez-vous revenir sur l’émergence de cet environnement, la composition actuelle de votre réseau ?

Création du Réseau REPERES – nov 2018, Lyon

Le réseau a effectivement été créé lors de la première journée de rencontres des pépinières et incubateurs de revues, avec des participants de nombreuses régions françaises, et de Belgique. Étaient également présents pour ces échanges les infrastructures de recherche Métopes et OpenEdition, le réseau Médici des professionnels de l’édition scientifique publique, ainsi que le pôle information scientifique et technique de l’institut SHS du CNRS.

Il s’agissait dans un premier temps de faire le constat des différentes offres proposées en région par les SCD d’universités ou les MSH, et de réfléchir à l’articulation avec les opérateurs nationaux ; le tout dans un contexte de science ouverte et d’usage des bons outils et bonnes pratiques.

Suite à ces premières rencontres, plusieurs d’entre nous se sont retrouvés durant les journées Médici de Nantes, en septembre 2019, et nous avons pu mettre en route ce qui constitue le premier livrable du réseau, le Spoc QuÉRO (financé par le GIS « réseau URFIST », l’InSHS du CNRS et le réseau Médici, et soutenu par OpenEdition et des URFIST). Depuis, nous avons tenu nos deuxièmes journées en visio, au mois de février 2021.

  • Comment fonctionne votre réseau ? Avez-vous des réunions, rencontres autour de vos projets collaboratifs ? Existe-t-il une charte pour devenir membre de celui-ci ? Une liste de diffusion pour échanger entre vous ? Un site internet, voire une newsletter, pour rendre plus visible votre réseau sont-il envisagés ?

De fait, le réseau s’est structuré après la journée de Lyon, avec la création d’une liste de diffusion. Et c’est surtout le travail collectif (et à distance) pour le SPOC qui nous a permis de mieux nous connaître. Puis lors de nos deuxièmes journées, nous avons mis en place des groupes de travail, et réfléchi aux questions de structuration du réseau (association, consortium…), de communication (site web), et des actions à mettre en œuvre pour faire vivre le réseau.

Les GT sont au nombre de 4 :

  • Évolution technique des plateformes : réflexion sur les outils
  • Formation et documentation à destination des porteurs de revues
    et des équipes des pépinières
  • Mutualisations autour de l’offre de services aux revues
  • Communication de Repères et visibilité des pépinières.

La coordination de ces GT, ainsi que la création de la page web et l’animation du réseau sont maintenant prises en charge par notre collègue Basile Bayoux, IE éditeur, recruté via un financement du Fonds national pour la science ouverte FNSO (projet porté par l’université Lyon 3 en 2019, dans lequel plusieurs autres pépinières se sont investies comme partenaires). La charte pour devenir membre du réseau et les critères d’intégration à la liste de diffusion sont en cours d’élaboration.

  • Pouvez-vous détailler vos projets communs en cours ?

Actuellement, notre projet le plus abouti, et le plus conséquent, est donc le Spoc QuÉRO (QUalité Éditoriale Référencement et Outils).

Ce dispositif de formation certifiant en ligne et gratuit (Small Private Online course) proposé à l’échelle internationale, constitue une solution qui permet de s’adapter à ce contexte et de répondre à plusieurs des besoins exprimés par les revues. Il est distribué en licence libre. “Il a pour but d’accompagner la professionnalisation des porteurs de revues scientifiques et de favoriser la qualité éditoriale des publications. Il visera aussi à long terme à ré-internaliser toutes les étapes du travail éditorial au sein des établissements et des services éditoriaux s’ils existent, et également à renforcer les presses universitaires, dans un contexte de science ouverte. Financé et soutenu par le GIS « réseau URFIST », l’InSHS du CNRS et le réseau Médici, il bénéficie par ailleurs du soutien technique d’OpenEdition et des URFIST.” (Françoise Gouzi, Direction d’Appui à la Recherche, Université Toulouse Jean Jaurès). Le Spoc est désormais sur la plateforme Callisto, lancée le 27 septembre par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, qui regroupe les ressources de formation et d’autoformation à la documentation, aux métiers des bibliothèques et à l’information scientifique et technique : la première session test s’est tenue en octobre, la prochaine est prévue en mars 2022.

  • Véronique, vous participez par ailleurs à un projet régional qui a obtenu un financement national: le projet REGOSO, porté par la MSHB, qui vise à soutenir un bouquet de 11 revues du Grand Ouest; cette offre d’accompagnement va-t-elle s’élargir ? L’objectif d’un pôle éditorial regroupant de nouveaux acteurs « Grand Ouest » est-il envisagé?

Effectivement Laurence, le projet Régoso est une préfiguration, un “galop d’essai grandeur réelle” de ce que sera le futur pôle éditorial grand ouest. Il est porté par Anaïs Paly, éditrice à la MSH en Bretagne. Le financement du FNSO nous permet de tester avec ces 11 revues l’offre graduée qui sera proposée, avec donc différents niveaux de soutien à apporter, et surtout la mise en réseau à échelle de l’inter-région des personnels travaillant en édition (réseau de compétences à l’échelle du grand ouest),  ainsi qu’une pépinière de revues sous Lodel. Nous entrons dans notre deuxième et dernière année de financement, mais les CPER (Contrats de Plan État-Régions) des deux régions vont ensuite nous permettre de continuer le travail.

Présentation du projet REGOSO, 2ejournée du réseau REPÈRES,février 2021

  • Cette initiative est rendue possible par la collaboration de REPERES avec d’autres réseaux et acteurs français de l’édition scientifique publique tels que l’InSHS, Médici, OpenEdition et Métopes. Ainsi, un atelier QUERO et une présentation des pépinières avait été organisés lors des Journées Médici nantaises en 2019, … Vous vous êtes aussi rapprochés du réseau Mir@bel  (AG 2019 à Nantes, encore !) qui signale les revues en ligne et qui était invité à la 2e Journée de votre réseau. L’objectif est donc de faire le lien entre les différentes institutions nationales impliquées dans des projets éditoriaux, comme les bibliothèques, les MSH, les structures du CNRS qui apportent leur soutien aux éditeurs, les plateformes qui publient les revues. D’autres collaborations sont-elles prévues, au niveau européen ou international, comme celle établie avec l’Université de Liège ?

Repères se veut un réseau francophone, et donc à échelle plus large que le territoire français, et nous avons notamment une réflexion en cours avec le Grenier des savoirs, projet collectif, collaboratif et décolonial d’appui à la publication et à la diffusion en libre accès des savoirs des Suds, en particulier africains et haïtiens. D’autres collaborations verront certainement le jour (Canada ?), à suivre !

Mir@bel et le réseau Repères. fév.2021, B. Teissier (ENTPE)

  • L’édition 2020 du Library Publishing Directory recense 153 bibliothèques déclarant se livrer à cette activité.  Aucune bibliothèque universitaire française ne figure pour l’instant dans ce répertoire, essentiellement nord-américain, mais pensez-vous que grâce à votre réseau celles-ci pourraient davantage participer à la publication de revues, votre réseau pourrait-il par exemple accompagner les bibliothécaires dans la création de revues d’étudiants servant de support à un nouveau type de formation des doctorants , comme le suggère le rapport ISGER ? La création d’une plateforme fédératrice de l’action des bibliothèques pour l’OA en France était aussi proposée en 2018 dans le rapport d’Alain Caraco ( Open access et bibliothèques). L’IFLA (Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques) a crée un  Special Interest Group « Library Publishing » qui soutient et favorise le développement de l’activité éditoriale des bibliothèques. L’Open Access Working Group de LIBER (Ligue des bibliothèques européennes de recherche) inclue dans ses axes stratégiques le rôle des bibliothèques dans la promotion des publications en libre accès en tant qu’éditeurs. Bref, pensez-vous développer des actions de coopération ou de formation auprès de bibliothèques souhaitant développer une compétence éditoriale ? 

Pour répondre à ta question, Laurence, je dirais que Repères n’est pas un organisme de formation : c’est un réseau de professionnels qui mettent en commun leurs pratiques, leurs outils, et aussi leurs questionnements, au bénéfice de l’édition scientifique publique dans le cadre de la science ouverte… Dans ce contexte, des collègues souhaitant travailler au montage d’un service édition pourront trouver des ressources leur permettant de comprendre et de prendre en compte l’environnement existant, et d’y travailler de manière cohérente. Il s’agit vraiment de professionnaliser les pratiques, en utilisant les bons outils.

  • La publication des  livres  académiques  numériques  pourrait-elle aussi faire l’objet d’un accompagnement par votre réseau, avec une aide à la création d’outils d’édition comme e-publish , mis en place par l’ULiège Library, qui vient compléter, pour l’édition d’ouvrages, la plateforme PoPuPs ?  Pourriez-vous vous rapprocher par exemple de la Fondation Open Access Publishing in European Networks (OAPEN), partenaire d’OpenEdition qui publie le Directory of Open Access Books (DOAB), et qui a lancé fin 2020 une “boîte à outils pour les chercheurs afin de les guider dans le processus de publication de monographies en libre accès ?

Effectivement, nous avons notamment pour ambition de travailler à un spoc QuÉRO pour les livres…

Merci Véronique pour la présentation des services de votre réseau : nous attendons donc l’ouverture de son site internet et des prochains supports de formation !

Les pépinières membres de Repères :

Pour citer ce billet : 

Laurence Bizien, Véronique Cohoner . Du renfort pour accompagner les « pousses » éditoriales en Open Access : REPERES (Réseau de pépinières de revues scientifiques en accès ouvert). Lab&doc, mis en ligne le 18/11/2021, https://labedoc.hypotheses.org/8801

Bibliographie :

Pépinières de revues :

Repères :

  • THOMAS, Armelle. « Le Réseau de pépinières de revues scientifiques REPÈRES : Un révélateur de la complémentarité des métiers de l’info-doc et de l’édition », in : I2D – Information, données & documents 2020/2 (n° 2), p. 144-148 [en ligne] https://hal-univ-bourgogne.archives-ouvertes.fr/hal-03037321

Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Camille Meyer dit :

    Merci mille fois !

  2. Meyer dit :

    Merci mille fois !

  3. Meyer dit :

    Bonsoir,

    Merci pour cet article très intéressant sur le réseau Repères !
    Est-il juste possible de modifier l’url du site de POLEN ? Nous avons depuis octobre dernier un nouveau site dont l’url est : https://polen.uca.fr/
    Je vous remercie d’avance de cette modification. Bien cordialement, Camille Meyer coordinatrice du POLEN.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search