La saga des Lab&docs : l’histoire en deux épisodes de la Commission recherche au sein du réseau ArchiRès

ArchiRès, réseau qui fédère les bibliothèques et centres documentaires d’établissements d’enseignement francophones consacré à la formation en architecture, urbanisme et paysage, a fêté ses 50 ans en 2019.  

Ce réseau s’est au fil du temps doté d’outils pour valoriser ses ressources (un vocabulaire contrôlé, une base de données bibliographique, un catalogue commun …), et a aussi mis en place des groupes de travail et des commissions thématiques, afin de mettre en commun des compétences, partager une veille technologique et développer des prestations à ses usagers. Le réseau anime également deux listes de diffusion, et un séminaire annuel pendant lequel étaient présentés jusqu’en 2018 les rapports de ces différentes commissions.

La collecte des archives d’ArchiRès, entreprise en 2018, permet de retracer les étapes de l’intégration d’une documentation recherche dans le réseau, s’appuyant sur une Commission recherche. Cette chronologie reflète par ailleurs l’évolution des bibliothèques vers une logique d’accès aux documents et non plus simplement aux notices bibliographiques, et l’amorce d’un engagement d’expertise au service des doctorants et chercheurs.

Les années 70 et 80 

Le décret du 6 décembre 1968 sépare la section Architecture de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts (E.N.S.B.A.) et fonde les Unités Pédagogiques d’Architecture (U.P.A.). Un service de documentation inter-Unités voit le jour en 1969, au sein de la Conférence Générale de l’enseignement de l’architecture [instance du ministère des Affaires culturelles créée en 1968].  La fondation d’un service aux chercheurs en lien avec les services documentaires des écoles est évoquée en février 1971 par M. Maudet, responsable du Service de coordination de la recherche de la Conférence Générale, lors de son intervention pendant le séminaire de documentation Inter-Unités : il rappelle que « l’orientation nouvelle prise par l’enseignement du 3e cycle et la forme envisagée pour le diplôme permet une initiation à la recherche et révèle le besoin d’un grand réservoir de documentation surtout bibliographique. Parallèlement au besoin en documentation, un besoin d’information et de coordination sur les différents thèmes et études faites dans ce domaine tant en France qu’à l’étranger est nécessaire ce qui justifie la création d’un service de coordination de la recherche en liaison avec le service de documentation Inter-Unités. Il semble important de rappeler l’importance de la recherche dans l’amélioration et le renouvellement de l’enseignement et de la pratique professionnelle par l’ouverture de nouveaux champs disciplinaires ».

Séminaire de documentation- Service de documentation Inter-Unités, Paris 1971

En 1975, lors du séminaire à l’école de Lyon, l’intervention de deux chercheurs (Jean Zeitoun, mathématicien pour le Centre de méthodologie, mathématiques et informatique et Philippe Nick, architecte au Centre de recherches Sciences Humaines) de l’Institut de l’Environnement (1969- 1978) « a permis de resituer les expériences sur la méthodologie et plus généralement sur l’enseignement de l’architecture et de les relier aux recherches en cours. » Le souhait d’une formation dédiée à l’indexation de documents répondant aux préoccupations des chercheurs est mentionné par le documentaliste de l’Institut.

Dans les années 80, les actes des séminaires contiennent les comptes rendus des commissions Thésaurus, dépouillement des revues (Bulletin signalétique), TPFE (Travaux personnels de fin d’études) et à partir de 1987 Audiovisuelle. Une commission Informatique apparait dans les actes de 1988 : l’informatisation des bibliothèques du réseau se met en place avec la création de la base de données ArchiRès. Depuis 1983, il existe au ministère un  Comité consultatif de la recherche architecturale (CCRA) qui donne des moyens aux écoles pour la recherche architecturale, avec la contractualisation des laboratoires ou autres formations de recherche qui s’y développent alors, mais les liens entre bibliothèques et recherche n’apparaissent pas dans les documents collectés.

Les années 90 : épisode 1 de la Commission recherche (1993-1996)

Les années 90 sont marquées par plusieurs créations de laboratoires, de groupements d’intérêt publics (GIP), et l’émergence d’Unités Mixtes de Recherche MCC/CNRS (UMR) au sein des écoles.

Le séminaire annuel du réseau en 1991, organisé par les Écoles d’architecture de Marseille et de Montpellier, a d’ailleurs pour thème : « Fonds anciens, laboratoires de recherches, matériauthèque ». Un débat y est ouvert autour des fonds anciens dans les écoles, leur utilité et exploitation : Alain Guyot (laboratoires A.B.C et Arthopos) présente le travail de repérage de jardins et paysages dans ces fonds ; Paul Quintrand, directeur du GAMSAU, présente le programme scientifique du laboratoire et le pôle image . La visite des trois laboratoires marseillais est l’occasion d’évoquer leur activité et la gestion de leurs fonds documentaires …

Entre 1990 et 93 est entrepris un travail sur l’intégration des termes du vocabulaire ArchiRès dans le Thésaurus Urbamet, pour permettre le transfert des références entre les deux bases et enrichir la banque de données bibliographiques Urbamet du ministère de l’Equipement dans les domaines de l’architecture et de l’urbanisme.

© Association Urbamet

C’est dans ce cadre qu’un groupe de travail en lien avec les rapports de recherche est mentionné dans les actes du séminaire nantais de 1993 : il y est indiqué qu’une liste de 822 rapports scientifiques a été transmise par le Bureau de la Recherche Architecturale (BRA) du ministère de la culture et de la communication [qui finance depuis 1972 des projets de recherche], et que l’école de Bordeaux a saisi 400 références. En effet, si les rapports produits depuis les origines se trouvent dans les écoles d’architecture, la collection la plus complète est conservée au Centre de documentation de l’urbanisme (CDU), et consultable dans la base de donnée Urbamet créée en 1978. Dans les actes du séminaire de 1994, le rapport annuel liste les membres et précise les missions de ce groupe de travail : il doit coordonner le catalogage et l’indexation de ces rapports dans la base ArchiRès, créée en 1988, en collaboration avec Urbamet, pour faciliter le transfert des notices via l’interface Urbamet-ArchiRès. Il est alors composé de 10 documentalistes des écoles, mais aussi de la documentaliste du Centre de documentation de l’urbanisme (CDU) [devenu Centre de Ressources Documentaires Aménagement, Logement, Nature] qui pilote le thésaurus Urbamet, des informaticiens du Centre d’Etudes Techniques de l’Equipement (CETE) Nord-Picardie, gestionnaires de la base ArchiRès, et d’Anne Laporte, chargée de mission au BRA. La rédaction d’un guide méthodologique doit permettre une adéquation entre le thésaurus ArchiRès des écoles, les règles d’écriture du réseau et la base Urbamet dont ont été extraits les notices de 472 rapports.  En 1995, 902 notices sont disponibles sur une disquette informatique ; la commission se rapproche de la commission Périodiques qui versent les notices de dépouillement des articles dans la base de données ArchiRès ; un tableau de répartition entre les écoles productrices pour l’indexation des 902 rapports est diffusé lors du séminaire. En 1996, 8 documentalistes des écoles animent encore ce groupe qui disparait ensuite des actes : il n’avait semble-t-il pas vocation à survivre à sa mission …

Pour rappel, une collection dans les archives ouvertes Hal donne accès depuis 2018 aux rapports de recherche conservés dans les archives du Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère (BRAUP), datés de 1977 à 2016.

En 1998, on note l’intervention au séminaire de Versailles de Michaël Darin, professeur et chercheur au LADRHAUS, sur « Recherche et documentation ».

Les années 2000 : bibliothèques et littérature grise

En 2000, un séminaire est organisé conjointement par l’école d’architecture de Bordeaux et la Sous-direction des études, documentation et inventaire de la Direction de l’architecture et du patrimoine sur la « Littérature grise » : la responsabilité des travaux d’étudiants, mémoires et thèses mais aussi des recherches (rapports) menées au sein des écoles est rappelée par Michel Melot, chargé de la Sous-direction, dans son introduction. Sont présentés au séminaire les principaux centres de ressources traitant la littérature grise : le Centre de Documentation et de l’Urbanisme (CDU) du Ministère de l’Equipement (fonds des rapports d’étude), le réseau « Ville Recherche Diffusion » (VRD), structure de diffusion des travaux de recherche sur la ville créé en 1989 par Michaël Darin et hébergée à l’école d’architecture de Versailles, et le site Urbis du réseau REDOC (réseau documentaire de Grenoble) rassemblant la production des institutions grenobloises sur les questions urbaines par l’école d’architecture de Grenoble.

En 2005 à Versailles, M. Darin représente le réseau VRD

Les années 2010 : épisode 2 de la Commission recherche

La mise en place progressive du parcours LMD depuis 2005 dans les écoles et la concrétisation du doctorat en architecture ont renforcé la place de la recherche dans le cursus et la valorisation des activités de recherche. Quelques laboratoires disposent de postes de documentalistes (CRAterre et Cultures constructives – UR AE&CC (ENSA Grenoble), CERMA (ENSA Nantes), CRESSON (ENSA Grenoble), CRH-LAVUE (ENSA Villette), IPRAUS/AUSser (ENSA Paris-Belleville)) pour la gestion et valorisation de leur production et l’accompagnement des doctorants. Le projet de portail documentaire du réseau ArchiRès va être l’occasion de nouer un dialogue avec les laboratoires qui souhaitent améliorer la visibilité de leurs fonds, et notamment les thèses.

La documentaliste du laboratoire CERMA [devenu Crenau en 2015] présente ainsi lors du séminaire nantais de 2011 le centre de documentation recherche de l’école de Nantes et propose la création d’une Commission recherche au sein du réseau ArchiRès pour valoriser les travaux de recherche issus des écoles dans le cadre du projet de portail, et de réfléchir à la succession du réseau VRD. Cette commission réunira les documentalistes des laboratoires, ainsi que les bibliothécaires des ENSA disposant d’un fonds recherche, soit une dizaine de membres actifs.

Françoise Acquier (Lab&doc Cresson), invitée au séminaire de 2012, fait une intervention sur le carnet de recherche de son équipe : « Le Cresson veille et recherche…à propos d’ambiances architecturales et urbaines : D’un blog de veille vers un blog d’équipe »

Lors de ce même séminaire, est présenté le rapport de la nouvelle commission recherche : état des lieux des structures documentaires dans les laboratoires des écoles (6 structures et 50000 notices), recensement des laboratoires intéressés par le portail (13), organisation d’une réunion lors des séminaires. Depuis 2012, une réunion de la Commission recherche est en effet programmée lors du séminaire et est l’occasion depuis 2019 de prendre contact avec le ou les laboratoire(s) de l’école organisatrice.

La Commission recherche : organisation, collaboration avec le réseau et communication

La commission se réunit donc deux fois par an, lors du séminaire annuel ArchiRès, mais aussi sur invitation de l’un de ses membres, avec une visite des centres documentaires, tant à Paris (en 2016), Grenoble (2014), Nantes (2017), Bruxelles (2019) … En 2017, la réunion organisée à Nantes se déploie sur 2 jours ce qui permet la mise en œuvre de deux ateliers : « Méthodologie et écriture de billets sur Lab&doc » et autour de « Hal et de la plateforme Humanum-Loire ».

L’idée d’une réunion annuelle sur 2 jours intégrant actualité de la recherche et intervenants extérieurs pour des ateliers et retours d’expérience est dès lors pérennisée. Ces ateliers pratiques permettront d’impulser des projets et d’aborder des sujets concernant la recherche: données de la recherche (méthodologie et outils), corpus, réalisation de plateforme pour la valorisation de programme de recherche…Ainsi, en janvier 2019, la Commission recherche est invitée à se réunir à Bruxelles, dans le cadre des journées sur les données de la recherche coorganisées par la bibliothèque BAIU de la Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale et d’urbanisme – UCLouvain-LOCI et la Faculté d’architecture La Cambre-Horta. Les membres de la commission sont par ailleurs conviés à la « Journée de la recherche en LOCI » où leur carnet Lab&doc fait l’objet d’une communication par la directrice de la BAIU.

Les documentalistes recherche sont amenés à réfléchir à l’articulation de leurs catalogues au sein du portail ArchiRès, la base de données bibliographiques étant mutualisée depuis 2014, et à la valorisation de leurs fonds (présence de leurs fonds documentaires sur le portail documentaire et besoins à l’égard du SGDE (Système de Gestion des Documents Electroniques)). Un membre de la Commission recherche participe depuis décembre 2014 aux réunions du groupe de coordination du réseau et du Comité SGDE . Après avoir envisagé une migration des bases de données des laboratoires dans le catalogue commun (les laboratoires Cresson et Ipraus se sont engagés dans le processus de migration en octobre 2014), leur interrogation en Recherche élargie est décidée en 2016 pour les centres de documentation des laboratoires AE&CC (Grenoble), CRENAU (Nantes), CRESSON (Grenoble), IPRAUS/AUSser (Paris-Belleville) et CRH-LAVUE (Paris-Val-de-Seine). En 2017, les ressources des laboratoires apparaissent sur le portail Archirès, en attendant l’intégration de leurs catalogues par Z 39-50 à la recherche élargie, repoussée en raison du passage au SUDOC (catalogue collectif français réalisé par les bibliothèques et centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche) des bibliothèques des écoles. La Commission recherche demande que soient introduits dans les requêtes d’interrogation « Thèse », « Rapport de recherche », « Contribution à un ouvrage collectif » et « Document sonore », types de document indispensables pour les lecteurs des laboratoires et des enseignants-chercheurs. Une liste de suggestions pour le SGDE est transmise au Comité, 3 projets en lien avec le SGDE du portail étant discutés au sein de la Commission depuis 2015 : le moissonnage des thèses, rapports et articles grâce au protocole OAI-PMH, un portail rassemblant dans une maison commune les carnets Hypothèses des écoles (non réalisable), et un portail des collections des écoles dans les archives ouvertes HAL . La commission recherche a élaboré une fiche projet de faisabilité pour la création d’un portail Hal thématique portant sur l’architecture, urbanisme et paysage et regroupant les productions des chercheurs et doctorants des laboratoires en ENSA. La méthodologie de ce projet a été présenté en 2017 lors d’une réunion organisée par le Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère (BRAUP) du ministère de la culture (envoi d’un courrier présentant le projet, coordonné par le BRAUP, aux directeurs de laboratoires et écoles afin de constituer un réseau de correspondants HAL dans chaque laboratoire, animation de ce réseau par les documentalistes recherche). Ce projet reste en attente de portage national. Au séminaire de Strasbourg de 2017, les documentalistes du Cresson présentent à leurs collègues leur travail d’animation de la collection HAL de leur équipe dans la table ronde sur « L’accès aux travaux de la recherche, les archives ouvertes de la connaissance ».

L’intégration à la recherche élargie aura lieu en février 2019 …

La Commission recherche fait aussi remonter rapidement au réseau ses problématiques de vocabulaire (les laboratoires utilisent des termes spécifiques à leurs thématiques de recherche) et demande à utiliser un champ libre pour ces mots clés dans l’hypothèse du catalogue commun. Cette demande est acceptée, alors que parallèlement la Commission Thesaurus du réseau commence à intégrer les termes des chercheurs, comme ceux autour des ambiances en 2014 (30 des 44 descripteurs proposés par le laboratoire AAU sont acceptés), et espère continuer ce chantier avec d’autres thématiques.

Page de couverture du thésaurus 2020 – Cop. ArchiRès

Le thésaurus utilise depuis 2016 l’application GINCO (Gestion Informatisée de Nomenclatures Collaboratives et Ouvertes), logiciel open source développé par le Ministère de la Culture pour la conception et la gestion au fil de l’eau de listes d’autorités et de thésaurus, s’appuyant sur le format SKOS qui permet de partager et échanger les données . Les rapporteurs des Commissions Thésaurus et Recherche peuvent alors contacter en 2018 les responsables du moteur de recherche Isidore pour proposer le thésaurus ArchiRès comme référentiel thématique. En 2013 à Nancy, Stéphane Pouyllau, co-créateur de MédiHAL et d’Isidore avait en effet présenté le projet aux documentalistes (« Intégrer Isidore ? Isidore, le moteur de recherche spécialisé dans les sciences humaines ») :  réunir chercheurs et documentalistes suite au constat que les bibliothèques et les centres de documentation étaient sous-utilisés par les chercheurs. Isidore a pour but d’enrichir données et métadonnées avec des référentiels scientifiques documentaires produits dans les équipes de recherche, avec un l’accès unifié aux données numériques des SHS. Le dépôt comme référentiel est conditionné par l’avis de l’équipe ISIDORE qui gère le moteur au sein d’Huma-Num, en relation avec le comité scientifique et le comité de pilotage de la TGIR. Après avoir vérifié que les données du thésaurus étaient bien scientifiques et respectaient les principes de diffusion (identification des sources, accès libres aux données, etc.), le dossier de dépôt est accepté  en 2019.

Cop. TGIR HUMA-NUM – UMS 3598

La Commission recherche (via Pascal Fort, Lab&doc Ipraus) participera au groupe de travail du projet de bibliothèque doctorale numérique (fonds regroupant les thèses soutenues dans les écoles d’architecture) lancé en 2014 par la bibliothèque de la Cité de l’architecture, partenaire du réseau. La présentation générale du projet de la future bibliothèque d’architecture contemporaine prévoyait dès 1999 que celle-ci aurait un rôle à jouer concernant les thèses, rapports de recherche et autres formes de littérature grise et qu’il faudrait « donc identifier les sources, organiser les modes de collecte et mettre au point les modalités appropriées de signalisation et d’exploitation. »Ce projet sera présenté par la coordinatrice du projet lors d’une réunion de la Commission en 2016 à Paris-Belleville. La plateforme a été mise en ligne en 2015.

ministère de la Culture © 2020 – Cité de l’architecture et du patrimoine

En 2016, un espace collaboratif est ouvert dans Sémaphore, intranet du ministère de la culture, afin « d’y représenter les laboratoires de recherche dans le réseau ArchiRès au travers de leurs ressources documentaires, de leurs vocabulaires, de leur savoir-faire pour l’accompagnement à la recherche et de leurs publications » : les compte-rendus de ses réunions, ainsi que la veille mensuelle y sont alors déposés. Cet espace a fusionné en 2020 avec celui du réseau ArchiRès, afin d’en archiver le contenu.

En 2016 est aussi décidée la création d’un carnet Hypothèses de bibliothèque (Lab&doc) dans OpenEdition  : celui-ci a ouvert en février 2017 (ISSN: 2556-6504). Il « s’adresse aux chercheurs, enseignants, étudiants post-master et doctorants, mais aussi, et plus largement, à un public académique. Il présente des outils en gestion de l’information scientifique en architecture, paysage et urbanisme et propose des conseils méthodologiques pour rechercher de l’information, mais aussi gérer, diffuser et valoriser les publications scientifiques. » La veille mensuelle y est postée.

La liste de diffusion Lab&doc fonctionne depuis janvier 2019 : elle s’adresse aux  membres de la Commission Recherche, aux documentalistes de laboratoires de recherche, mais aussi aux collègues du réseau intéressé(e)s par les échanges sur les projets des centres, l’actualité du Carnet Lab&doc et les actualités majeures en matière d’IST. Les messages de la liste sont modérés.

Réalisés pour la participation à la Journée de la recherche en LOCI, des marques pages Lab&doc sont depuis diffusés au sein des laboratoires et des écoles, et lors d’interventions des membres du groupe. Et grâce au talent de la nouvelle Lab&doc du Labex AE&CC, un nouvel outil de communication synthétise en dessin le « concept » Lab&doc !

                                      Sketchnote Lab&doc- Cop. Audrey Carbonnelle, 2020

En 2011, la décision par les documentalistes recherche de participer au réseau ArchiRès au sein d’une commission était liée au souhait de rejoindre sa plateforme documentaire. Pour ces documentalistes, il s’agissait d’un enjeu de visibilité et d’identité. Différentes décisions y ont été prises, jalons façonnant ses pratiques et travaux. Cette commission est depuis l’occasion de mobiliser des entités différentes, partageant leurs connaissances selon un principe collaboratif et ouvert, et constitue une expérience professionnelle et humaine riche, comme l’a encore démontré la crise sanitaire. S’impliquant dans la vie du réseau, cette commission traduit la volonté et la nécessité pour ses membres d’exister au sein des écoles d’architecture, en s’adossant aux bibliothèques d’études.

Bibliographie :

Ressources :

https://www.zotero.org/groups/2251910/rseau_archirs_en_archives

 

Cite this article as: Laurence Bizien, "La saga des Lab&docs : l’histoire en deux épisodes de la Commission recherche au sein du réseau ArchiRès," in Lab & doc, 18/09/2020, https://labedoc.hypotheses.org/8098.

Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search