Vérifier, relier et enrichir ses identifiants-chercheur : ScanR et ORCID

Dans un précédent billet Laurence Bizien vous expliquait le sens et le rôle des différents identifiants chercheurs1. Ce billet est une forme de suite. Nous allons voir maintenant comment relier ces identifiants et les enrichir avec parcours professionnel et publications.

IdHal – IdRef – ORCID les 3 piliers de ScanR

Beaucoup de chercheurs ont déjà un identifiant Hal « IdHal » parce que les lab&doc veillent sur eux et les ont accompagnés dans la création de leur profil HAL ! Il permet la création d’un CV Hal et aide les co-auteurs dans leur dépôt en retrouvant facilement leur partenaire d’écriture.

Relier les identifiants

Dès que vous avez soutenu votre thèse, vous avez nécessairement un identifiant IdRef attribué par l’ABES (Sudoc, thèses.fr). Mais si vous êtes membre d’un jury de thèse ou auteur d’un ouvrage signalé dans le Sudoc, on vous attribue également un IdRef.

Ajoutez ce n° à votre idHAL.
Configurer mon idHAL > Identifiants.

Si vous êtes amenés à communiquer dans des congrès internationaux, à participer à des projets européens, à contribuer dans des revues anglophones, un n° ORCID peut vous être demandé. Le CNRS dans sa feuille de route pour la Science Ouverte prône une large adoption de cet identifiant.

Comprendre l’ORCID

ORCID est un organisme à but non lucratif, qui s’appuie sur la communauté pour fournir un registre d’identifiants aux auteurs de publications et une méthode transparente pour lier les activités de recherche à ces identifiants.2. Un chercheur de l’IRD revient sur tous ces points dans cette ressource vidéo de DoRANum : https://doranum.fr/identifiants-perennes-pid/zoom-orcid-doi/

Cette autre vidéo de 2 min est très sympa et vous permet de comprendre le rôle de l’ORCID pour clarifier votre identité : homonymie entre chercheur, changement de nom au cours de sa vie, noms à orthographe complexe ou avec nom composé.

https://coop-ist.cirad.fr/actualites/l-identifiant-orcid-de-quoi-s-agit-il-video

Extrait de la vidéo L’identifiant ORCID : de quoi s’agit-il ? (vidéo). D’après un scénario de Cécile Boussou, Cirad-Dist
Vidéo diffusée avec l’accord de PHILIPPE GELUCK
dans le cadre d’activités pédagogiques à but non lucratif. https://geluck.com/

Pour ajouter votre n° ORCID à votre IdHAL, il est nécessaire de créer un compte ORCID (quelques minutes seulement) puis de rester connecté avant d’appeler, depuis votre profil HAL, cet identifiant.

On comprend l’importance de l’association de ces 3 identifiants notamment quand on regarde d’un peu plus près la base ScanR.

ScanR consommateur de données

ScanR : est un outil qui permet de trouver des structures de recherche, des informations sur les chercheurs, les projets de recherche, les thématiques de recherche, les collaborations avec les structures de recherche étrangères, les publications…

Crée en 2016, cet outil est désormais intégré dans le Plan National pour la Science Ouverte et devrait donc continuer à s’améliorer. Depuis janvier 2020 sa nouvelle version très visuelle (nuage de mot-clés, taux d’accès ouvert des publications affichés dynamiquement..) intègre notamment les thèses (theses.fr), les monographies (SUDOC). ScanR ne produit pas les données mais se définit comme un outil de profilage de la recherche en utilisant les données de diverses Bases de Données.

Sandrine CORVEY-BIRON
Direction des services à la recherche
SID – BU Droit-Lettres, échange mail – avril 2020

Profil ScanR de Nicolas Tixier : https://scanr.enseignementsup-recherche.gouv.fr/person/idref060650842

On comprend alors que plus les données des différents référentiels sont alignées (IdRef-ORCID-IdHAL), plus ScanR renverra des profils complets et justes et donc contribuera à améliorer la visibilité des travaux des chercheurs. ScanR est d’ailleurs très réactif dès le signalement d’erreurs à corriger dans les bases exploitées.

Ibid.

Vous avez la possibilité de vous arrêter là. Mais ce serait dommage ! Enrichir son profil ORCID est possible par import sans avoir à ressaisir les données bibliographiques.

Comment enrichir son profil ORCID ?

Vous pouvez compléter votre profil avec votre parcours universitaire et vos différents emplois. Les institutions que vous sélectionnez ont elles-mêmes des identifiants uniques.

Vous pouvez également ajouter vos distinctions, les organisations dont vous êtes membres, les financements dont vous avez bénéficiés et enfin vos travaux.

A chaque étape vous pouvez choisir de rendre privées ou publiques les informations que vous ajoutez.

En toute logique, la partie publication devrait être remplie automatiquement à partir de vos dépôts dans Hal. Malheureusement cet enrichissement automatique est annoncé depuis quelques années et ne vient pas. Vous pourriez utiliser les bases WOS et Scopus pour compléter vos publications3 mais si vous êtes chercheurs en SHS, c’est peine perdue. Les plus gros publiants de l’équipe CRESSON-AAU ne sont pas référencés dans ces bases de données.

Alimenter votre profil ORCID grâce au portail OpenEdition

Tout n’est pas perdu ! Si vous êtes auteur d’articles de revue, de chapitres de livre ou de billet de blog présents sur le portail OpenEdition, ce dernier a développé une passerelle vers ORCID. Discrètement mais efficacement les chercheurs en SHS peuvent ainsi compléter leur rubrique travaux !

Vidéo de 3 min

Après vous être connecté sur ORCID, effectuez une recherche à votre nom sur https://www.openedition.org/orcid. Attention à ne pas être connecté sur OpenEdition via le portail bibcnrs. Les URL comportent alors « inshs.bib » et les liaisons entre les deux sites ne fonctionnent pas.

C’est très important que votre signature publique dans OpenEdition soit bien votre nom et votre prénom. Cela invite donc tous les auteurs des billets de blog en particulier à bien choisir cette forme dans leur profil auteur de la plateforme Hypothèses. C’est souvent sur cette plateforme que les formes auteurs sont les moins standardisées.

Vous pouvez alors très facilement sélectionner les publications que vous souhaitez ajouter à votre profil ORCID. Si vous êtes prolifiques, sachez que l’ordre d’affichage est lié au moteur de recherche de la plateforme.

La recherche renvoie les documents par ordre de pertinence des résultats (algorithme de recherche du moteur de recherche utilisant Apache SolR).

Jean-François Rivière
OpenEdition, service données
Echange mail juin2020

L’idéal serait d’avoir le choix d’afficher les résultats par date mais pour le moment cela n’est pas prévu. Immédiatement après cet ajout, votre profil ORCID est enrichi de vos publications. Les références sont très claires : URL originelle, date, ISSN.

Compléter votre profil ORCID avec Base – Bielefield Academic Search Engine

On peut également compléter ses publications via BASE – Bielefield Academic Search Engine et Base moissonne HAL. On retombe alors sur nos pieds !

On peut rechercher ses publications par ordre antéchronologique, du plus récent au plus ancien donc ! Les métadonnées récupérées pour chaque référence à importer dans votre profil ORCID sont moins riches qu’avec le système mis en place par OpenEdition.

Il faut préalablement se créer un compte sur Base. Recherchez les publications référencées à votre nom. Vous retrouvez toutes celles présentes dans OpenEdition mais vous pouvez afficher celles provenant du fournisseur HAL et ainsi compléter votre 1er import.

La fonction pour ajouter sa publication à son profil ORCID est « Claim ».

Ensuite on choisit la fonction « lier sa publication à son profil Base et l’envoyer vers ORCID ».

La référence est alors modifiée comme suit.

Voilà ce que donne cette récupération depuis Base dans votre profil ORCID. On voit que la même référence importée depuis OpenEdition est plus riche.

L’URL source n’est pas directement affichée. Il y a encore des points à améliorer, mais avec ces deux sources, OpenEdition et BASE, vous n’avez pas à saisir vos travaux dans ORCID. Vous pouvez ainsi trier, choisir les travaux les plus significatifs. Ils sont classés par ordre antéchronologique, de façon très lisible dans votre profil ORCID ainsi enrichi. On reçoit une notification de la part d’ORCID à la suite d’un ajout de publication.

Mise à jour 22 oct 2020
Lors d’un RDV avec un chercheur qui a beaucoup publié, nous avons commencé ce travail de récupération de ses publications depuis Base pour enrichir son profil ORCID. Nous avons constaté qu’il valait mieux limiter l’affichage à un seul entrepôt Hal afin d’éviter les doublons (Hal Univ Grenoble, Hal…). Ensuite il est semble nécessaire de valider chaque publication, un ajout en lot ne semble pas prévu, ce qui dans le cas de ce chercheur aurait pu prendre une bonne heure, entre le choix à faire et le temps de validation. Il a préféré ajourner… A savoir si vous décidez de mener un atelier sur cet enrichissement !

https://orcid.org/0000-0002-8714-0465 Mon profil ORCID avec tous les tests effectués !

L’ensemble de ces petites actions clarifie vos identifiants et contribue à une identité numérique riche et choisie.

Pour citer ce billet : Acquier, Françoise. Relier et enrichir ses identifiants-chercheur : ScanR et ORCID. Lab&doc, mis en ligne le 26 juin 2020. URL : https://labedoc.hypotheses.org/7886

Image à la une : Maréchaux, Gaston, et Éditions Capendu. Mes animaux :  album à colorier. 1 vol. Paris: A. Capendu, 1935. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10509226d

Remerciement pour leur éclairage :
Sandrine CORVEY-BIRON : Direction des services à la recherche, SID – BU Droit-Lettres ; Jean-François RIVIERE : OpenEdition, service données ; Cecile BOUSSOU-PELISSIER Service Coopist CIRAD.

  1. Bizien, Laurence. «Je ne suis pas un numéro ! Pourquoi se créer un identifiant chercheur …». Lab & doc. En ligne https://labedoc.hypotheses.org/613 []
  2. Mounier, Pierre. 2017. «OpenEdition utilise le système d’identification des auteurs ORCID». L’Édition électronique ouverte. En ligne https://leo.hypotheses.org/13424 []
  3. Sergi, Gianna. 2018. «Lier les identifiants chercheurs : Scopus, WoS, Hal, ORCID (version bilingue)». Colligere. En ligne https://archibibscdf.hypotheses.org/997 []

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Bonjour, suite à votre invitation à la discussion et pour élargir l’audience potentielle, j’ai opté pour la rédaction d’un billet sur notre blog Punktokomo :

    https://punktokomo.abes.fr/2020/10/02/lalignement-des-identifiants-auteurs-entre-idref-hal-un-etat-des-lieux/

    Selon moi, il éclaire la problématique et donne des éléments de réflexion et d’actions, sans bien sûr mettre un point final à la discussion 😉

    • Bonjour,

      Je vous remercie pour votre commentaire. Je viens de lire votre billet avec attention. Il est très intéressant de comprendre la grande portée de l’IDREF à la fois d’un point de vue technique mais également de son usage. Les liens vers Zotero depuis Idref sont très bons, que les références viennent du Sudoc ou de Hal. L’affichage des références sur la page Idref manque un peu de lisibilité, toutefois !!

      L’IDHAL est effectivement attractif pour le chercheur pour générer un CV propre et aisément communicable pour les étudiants ou les collègues. Le contrôle de ses publications dans Hal est aussi très aisé avec l’outil HalTools, moins connu et pourtant plus efficace pour le travail de contrôle.
      https://haltools.archives-ouvertes.fr/?action=export&lang=fr

      A propos de votre phrase « Or, selon nos observations, l’usage d’IdHAL a ensuite été «détourné» par les professionnels de la documentation pour tenter de gérer les auteurs publiant dans HAL, dans la logique de l’injonction concernant la qualité des données, le suivi et le repérage des publications scientifiques de chaque institution. »
      En voyant arriver des chercheurs d’équipe où ce travail dévaluation est mis en place, je constate une appropriation incomplète de l’outil. Nous avons opté pour une acculturation positive de HAL et montrant les plus-values sans jamais imposer l’outil, en essayant de capter l’intérêt des chercheurs à différents moments de sa carrière.
      Évidemment l’obligation de dépôt pour les chercheurs CNRS n’est pas sans efficacité et a fait plier les derniers récalcitrants, mais avec des pratiques qui sont très diverses : dépôts de fichiers sans égard des droits, dépôt de notices pour effectuer le travail à minima !

      Au plaisir !

  2. Bonjour, merci pour cet intéressant billet.
    Je me permets un commentaire pour contribuer à la justesse et la complétude de votre article ; j’espère qu’il ne sera pas vu comme faisant preuve de partialité ; je le fais non comme responsable d’IdRef mais comme observateur du paysage des identifiants, au service et au contact des membres de la communauté ESR dont beaucoup réclament de la clarté sur ces questions et enjeux.

    Vous l’avez sans doute remarqué : ScanR a fait le choix d’IdRef pour créer ses pages Auteurs. L’exemple que vous citez le montre bien ; l’URI de la page web finit par l’idref de la personne : « idref060650842 ».
    Profil ScanR de Nicolas Tixier : https://scanr.enseignementsup-recherche.gouv.fr/person/idref060650842

    Or ce choix mériterait d’être mentionné plus explicitement voire que vous l’expliquiez (au moins sous forme d’hypothèses). Les volumes, la nature et la finalité des différents identifiants permettent d’éclairer ce choix. Ces points, parmi bien d’autres raisons, me paraissent importants car le paysage des identifiants est peu lisible : votre article veut donner du sens et de la clarté à tout cela aussi je me permets de creuser ce sillon.

    Je suis disponible pour d’éventuelles questions. Bien à vous.

    • Je vous remercie pour votre message. Je suis bien sûr partante pour mieux comprendre les enjeux des identifiants. Travaillant au sein d’un laboratoire, je suis peut-être loin des enjeux politiques qui se jouent et preneuse d’éclairage. Nous pouvons continuer cet échange et modifier le billet sous la forme d’un bloc commun de couleur par exemple pour signifier l’ajout post-publication. La plateforme Hypothèses a été crée pour engager « des conversations ». Je suis vraiment ravie qu’elle s’engage !

  3. Pascal dit :

    Excellent billet, voici quelques autres pistes :
    – « Astuces > Être e-visible ou invisible ? Comment gérer sa e-réputation de jeune chercheur-euse. » RaccourSci, 13 avril 2020. https://www.raccoursci.com/astuce/communication-scientifique-strategie-ereputation/
    0 « Être e-visible ou invisible ? : Savoir cultiver son identité numérique de chercheur dans la jungle algorithmique du web. » Congrès des professionnels et professionnelles de l’information (CPI), Colloque des Bibliothèques d’enseignement supérieur (BES), 29 octobre 2019. http://hdl.handle.net/1866/22409
    – Gestion d’identité et de profil en ligne pour jeune chercheur https://github.com/pmartinolli/TM-SchoProMa

    • Merci beaucoup ! Vos liens donnent une ouverture très riche sur les pratiques au Canada et complètent le billet. C’est très gentil à vous. Je vais les lire avec grand intérêt.

  1. 21/10/2020

    […] ACQUIER Françoise, « Vérifier, relier et enrichir ses identifiants-chercheur : ScanR et ORCID », sur Lab & doc [en ligne], [consulté le 13 octobre 2020]. https://labedoc.hypotheses.org/7886 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search