La lettre de veille de mai 2020 : publications en temps de Covid-19, concilier urgence et fiabilité

L’article du Monde intitulé « Comment le Covid-19 chamboule la recherche scientifique » rappelait le 4 mai que « la recherche sur le nouveau coronavirus s’est emballée : publications, essais cliniques et modélisations se multiplient dans des proportions inédites. Les normes habituelles de production de connaissance sont bousculées, pas toujours pour le meilleur« .

Cette idée était relayée le 8 mai dans l’émission de France Inter (le virus au Carré ) portant sur la confiance dans la science  : « En cette période d’épidémie de Covid19 assiste-t-on à cette course à la publication scientifique qui a pour effet de se traduire davantage comme une perte de temps et de ressources ? » 

« Depuis le début de la pandémie, les articles scientifiques non relus par les pairs pullulent sur Internet. Certains permettent aux chercheurs d’être informés rapidement sur ce qu’ont trouvé leurs collègues à l’autre bout du monde. D’autres sont au minimum du bruit indésirable pour les chercheurs, au pire des sources de désinformation pour le grand public » s’inquiète Martin Clay dans Libération le 29 mai. 

Cathy Clerbaux expliquait ainsi dès le 6 mai dans son article « Pourquoi on ne peut pas affirmer que « la pollution transporte le coronavirus » » que l’urgence lié à la pandémie compliquait la donne d’une information fiable validée par le circuit normal de la publication scientifique : « De très nombreux articles fleurissent ainsi sur des plates-formes ouvertes, avant d’avoir pu être validés par des pairs, comme l’exigent les revues à comité de lecture. » Mais ce processus d’évaluation par les pairs prend en général plusieurs mois, avec des échanges entre auteurs et évaluateurs, des corrections…d’où parfois une pratique d’auto-évaluation, de mise en ligne de pre-prints qui accélèrent  la mise à disposition des informations, mais il faut savoir s’en servir …

Il existe maintenant plusieurs plateformes qui changent les règles de l’évaluation par les pairs, des projets de peer-reviewing alternatif se multiplient comme celui de PubPeer, « dont le but est de potentiellement ouvrir un forum de discussion à propos de n’importe quel article » ou PREreview, dont la valeur scientifique est remise en question (mise en ligne avant évaluation, légitimité). Le service de recommandation de préprints Peer Community In (PCI),  organisation scientifique évitant la nécessité de soumettre les articles aux revues scientifiques traditionnelles, est quand à lui supporté par de nombreuses institutions scientifiques .

(photo credit: Martin Grandjean)

Comment réconcilier urgence et fiabilité scientifique ? Par plus de transparence autour des travaux des chercheurs comme le proposaientinitiative Transparency Openness Promotion, qui se veut une alternative à l’impact factor pour classer les revues scientifiques, non plus sur leur notoriété, mais sur leurs bonnes pratiques en matière d’ouverture. Cela inclut un meilleur partage des données collectées pour réaliser les études, qui permettrait – même à défaut d’une évaluation des travaux par les pairs – de mieux associer la communauté scientifique à la critique des résultats produits, à leur interprétation et à leur reproductibilité. »

On peut espérer que le monde de la recherche sortira changé de l’expérience du Covid-19, avec  la montée en puissance de l’accès ouvert : la pandémie a souligné le bien-fondé de l’exigence d’un accès à la production scientifique, mais celui-ci doit être accompagné de transparence et d’intégrité scientifique.

D’autres actualités ici :

Liste veillearchireslabedocmai2020

 


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.