La lettre de veille d’avril 2020 : COVID 19, Science ouverte et coopération renforcée

Le confinement imposé, avec une explosion de la fréquentation des sites proposant des ressources numériques, une montée d’audience des sites culturels, montre combien le numérique comme accès à l’information et à la culture ne peut plus être négligé. Les bibliothèques publiques et universitaires ont toutes tenté de compenser leur fermeture par la valorisation de leurs collections en ligne ; de nombreux éditeurs ont joué le jeu en ouvrant davantage l’accès à leurs revues et e-books. L’Inist signalait ainsi le 7 avril des téléchargements en hausse de 65% sur sa plateforme d’articles, livres électroniques et bases de données BibCNRS . Mais cela ne suffit pas, car comme l’écrit Mathieu Dejean dans « Les Inrockuptibles » le 24 avril, « nombre d’étudiant·es, de doctorant·es et de chercheur·euses [sont] sur le carreau » « en l’absence d’accessibilité aux ressources documentaires – même sur Cairn, où tout n’est pas disponible -« . Alors ? Et bien, ceux-ci mettent en commun leur bibliothèque personnelle, et s’entraident en s’échangeant les références demandées en format numérique via le groupe Facebook “Bibliothèque solidaire du confinement”, inspiré du hashtag #bibliosolidaire.

Facebook © 2020

Un accord-cadre portant sur la publication de livres en libre accès vient d’être signé entre Springer Nature et l’Unesco qui a par ailleurs mobilisé 122 pays pour une science ouverte et une coopération renforcée. La pandémie de COVID19 nécessite en effet une réponse mondialement coordonnée de la communauté scientifique et il faut « profiter de cette période de confinement pour intensifier la participation à l’ouverture nécessaire de la recherche scientifique » : « La crise sanitaire nous appelle à ouvrir la science » titre l’Université de Lorraine. Le Covid-19 est donc « un bon test grandeur nature pour le Plan national de la science ouverte » déclare Marin Dacos, conseiller pour la science ouverte du DGRI au Mesri, dans une interview à News Tank le 07/04/2020. « Une concertation est engagée en France avec les différents acteurs impliqués, privés et publics, pour trouver les meilleures voies pour réaliser ce modèle et ouvrir effectivement la science au quotidien. La science ouverte doit devenir le mode de fonctionnement habituel de diffusion de la recherche et ne pas demeurer un régime d’exception une fois la crise passée, le temporaire et le partiel risquant de repousser la porte entrouverte alors que l’occasion se présente d’en franchir le seuil » précise le Comité pour la Science ouverte. « Toutefois, ne nous leurrons pas, la réponse n’est pas simple car il faut concilier le souhait de cette large diffusion et d’immédiateté avec la nécessité d’une validation » rappelle Bruno David dans son article du 9 avril  « La science ouverte : refaire circuler le savoir librement ». « Le succès [des] «pre-prints» en temps de crise, comme celui des réseaux sociaux tels que Twitter où la conversation entre chercheurs est vive et en temps réel, montre les limites du modèle traditionnel de l’édition scientifique » écrit Catherine Frammery .

« La situation actuelle rappelle en effet que les principes du libre et de la collaboration ouverte ne sont souvent pas assez compris en dehors des cercles d’initié.e.s. » écrit dans sa lettre ouverte du 29 avril un collectif d’acteurs du libre, open et communs, qui relaie la tribune « crise ou pas crise, nous avons besoin tout le temps d’un savoir ouvert » qui invitait au développement d’un plan national pour la culture et l’éducation ouverte par les ministères, à l’image du Plan national pour la science ouverte.

Photographie Nick Youngson – CC BY SA Alpha Stock Images

Bon, le déconfinement approche. « S’agissant des activités culturelles, parce qu’ils peuvent fonctionner plus facilement en respectant des règles sanitaires, les médiathèques, les bibliothèques, les petits musées si importants pour la vie culturelle de nos territoires pourront ouvrir leurs portes dès le 11 mai« , a annoncé le chef du gouvernement le 28 avril. En bibliothèques publiques et universitaires, les activités devraient reprendre partiellement …Tandis que l’ABF prépare un vade-mecum pour le déconfinement, l’association Auvergne-Rhône-Alpes Livre et lecture met à disposition sur son site Internet une boîte à outils déconfinement, l’Enssib recense les protocoles de règles sanitaires, les bibliothèques canadiennes font une veille … Cette reprise n’est pas simple, pose la question du rôle des bibliothèques au delà de la simple fonction du prêt et devrait ouvrir une réflexion sur le développement du numérique au service de nos usagers.

D’autres actualités iciListe veillearchireslabedocavril2020

 

 


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search