Le club de lecture virtuel des « Ambiances » : une communauté de lectrices/lecteurs confiné(e)s

La pratique n’est pas nouvelle, les clubs de lecture, héritiers des salons littéraires du 18e siècle, existent depuis les veillées organisées par les bibliothèques populaires au 19e siècle et le développement des bibliothèques publiques.

Portrait, Album Reutlinger de portraits divers : Renouardt (Source gallica.bnf.fr / BnF)

Des rencontres autour de publications en lien avec les travaux du laboratoire AAU sont d’ailleurs organisées à Nantes (CRENAU) et Grenoble (CRESSON) depuis l’année dernière (on a reprogrammé une rencontre à Nantes le 3 novembre !), en échos à celles qui animaient le dernier congrès Ambiances à Volos en 2016. Mais en période de confinement, et sans attendre l’appel du 16 mars, le laboratoire a décidé de créer son club de lecture en ligne … Normal, s’amuserait Emmanuel Pedler, pour des « chercheuses et chercheurs qui se retrouvent, comme les autres, astreint·es à résidence [qui] pourraient sans doute être les derniers à se plaindre d’un tel appel : ils peuvent rester longtemps immobiles, plongé·es dans la lecture et l’écriture chronophages de leurs ouvrages, entouré·es de leurs bibliothèques physiques et numériques. »

Affiche V. Dom

L’opération « Pas de confinement des idées » a ainsi été lancée par le directeur du laboratoire AAU lors de la fermeture de nos écoles et centres de recherche. Afin de ne pas renoncer à la vie de laboratoire et au brassage salutaire des idées, il proposait de partager la lecture de travaux des deux équipes. Ces propositions sont alors relayées sur le compte Twitter @LaboratoireAAU par notre chargée de communication, ce qui élargit cette lecture aux abonnés du compte.

L’appel « Valorisons les travaux des jeunes docteurs du labo » envoyé le 24 mars sur nos messageries par la revue Espaces & sociétés, sollicitant des contributions visant à valoriser et à faire connaître des thèses récentes, dans les champs disciplinaires et thématiques qu’elle couvre, a encouragé les chercheurs à (re) lire les thèses du labo soutenues récemment, et à les recenser ! Une de nos jeunes docteurs mentionnait aussi le carnet « Lisons les thèses ! », plateforme de recension des thèses en SHS » ouverte en 2019 qui se veut « une triple incitation à lire, à discuter et à publier, dans un esprit de transparence, de bienveillance et d’honnêteté intellectuelle. » Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère (Craup) ont aussi rappelé le 9 avril que la revue publie dans sa rubrique « Actualités de la recherche » des comptes rendus de thèses et de HDR, des recensions d’ouvrages, des articles sur des sujets émergeants ou renouvelant les modes d’action des chercheurs, des articles scientifiques issus de recherches récentes ou en cours.

Bien sûr, ce travail de lecture et recension est rendu possible par la mise en ligne des thèses du labo, soit par l’école doctorale, soit par son auto-archivage dans TEL : la plupart des thèses AAU sont ainsi accessibles dans notre collection HAL !

Cette initiative s’est vite élargie à des lectures d’autres auteurs, sous forme d’échanges informels, d’abord via la messagerie, puis s’est adaptée en proposant une discussion par écrans dans un « salon » de la plateforme Discord mise en œuvre par l’informaticien du Crenau. Cet espace, conçu à l’origine pour héberger un salon « Ambiances du confinement » (protocole et échanges autour des captations sonores destinées à alimenter une base de données) abrite depuis un salon « Cadavre-exquis » (journal de bord, expérience d’écriture en mode passage-de-relais), « Mélancolie du vide », …Pas de confinement des idées !

Il permet de rebondir d’une lecture à une autre, de brasser les idées du moment, de s’imprégner des autres, de discuter à plusieurs autour d’un article, mais aussi d’une émission de radio, d’un film …car les acousticiens du labo ont vite proposé des écoutes, les scénographes, médiaticiens et autres cinéphiles des documentaires et des films !

La convivialité est convoquée, c’est l’occasion de lire des livres que l’on n’aurait pas lus mais choisis par un collègue : « on sort de sa voie de recherche et découvre d’autres idées : discuter d’un livre, c’est aussi découvrir les collègues, savoir ce qui a résonné chez lui » écrit un chercheur. « La lecture ne permet donc pas seulement d’apprécier la qualité littéraire d’un texte, elle fournit aussi un prétexte aux participants pour parler d’eux-mêmes, partager des sentiments, des émotions personnelles liées à leur vécu, élaborer en commun une sorte de discours normatif sur la vie. » analysaient Jean-Marc Leveratto et Mary Leontsini en 2008.

« Dis-moi quel écrivain tu aimes et je te dirai ce que tu vas trouver dans la recherche ? Alors peut-être que la contamination est aussi ici, dans nos lectures littéraires respectives qui fertilisent ce que nous essayons de penser et d’expliciter dans nos travaux. Peut-être conviendrait-il en ces temps de trouble de se laisser contaminer davantage par la littérature (la musique aussi bien, le film ?). » questionne un autre chercheur.

Ce club de lecture est finalement assez intime et répond au besoin de partage de lecture et de culture, parce que les livres aident au quotidien et sont un refuge en temps de crise et de confinement : « Selon les chercheuses Michèle Barone et Magdalena Gajewska, la culture permet de transgresser ce qui est naturel en l’homme et lui permet ainsi de devenir un élément d’un ensemble plus fort et plus puissant, hors du temps et de la nature. La culture apporte du sens, de la stabilité, un ensemble de symboles permettant d’affronter l’existence et de réduire l’anxiété. » citent Judith Partouche-Sebban et Saeedeh Rezaee Vessal dans leur article  : « Crise sanitaire : nos trois réflexes pour dompter la peur de la mort ».

Comme les références s’étoffent et sont maintenant dispersées dans plusieurs supports, un groupe Zotéro permet d’en retrouver la liste et d’y puiser à tout moment.

Seul souci, si la référence n’est pas en ligne (certains ouvrages ne sont pas en libre accès), il faudra attendre la réouverture de nos bibliothèques, des librairies ou que l’on mette en place un service de PEC (Prêt Entre Collègues) !

Ensuite …on ne sait pas trop si cette expérience se poursuivra et si ce club perdurera, mais peu importe, il aura permis de créer un sentiment d’appartenance, de faire lien entre les membres du laboratoire et de participer à une forme de résilience en réponse à notre huis-clos actuel.

Cite this article as: Laurence Bizien, "Le club de lecture virtuel des « Ambiances » : une communauté de lectrices/lecteurs confiné(e)s," in Lab & doc, 23/04/2020, https://labedoc.hypotheses.org/7635.

 

Références :

Richter, Noë. « Aux origines du club de lecture ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1977, n° 4, p. 207-221. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1977-04-0207-002>. ISSN 1292-8399.

Dansereau, P. & Monette, P. (2007). Des salons littéraires aux clubs de lecture.Entre les lignes, 3 (3), 21–23.Disponible en ligne  : https://id.erudit.org/iderudit/10614ac

Bonicco-Donato, Céline, Thibaud, Jean-Paul, avec la collaboration de Acquier, Françoise, Vial, Monique. Rencontre autour de Heidegger et la question de l’habiter. Une philosophie de l’architecture. Le Cresson Veille et Recherche…mise en ligne le 24 mars 2020. Disponible sur :https://lcv.hypotheses.org/16326

Bizien, Laurence et Acquier, Françoise, Le programme de la bibliothèque éphémère du congrès « Ambiances, demain », Volos, 2016, Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 13 septembre 2016. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/11296

Laurence Bizien et Françoise Acquier (collab.), « La bibliothèque « ambiances » de Volos : ou le concept de sérendipité appliqué à une bibliothèque éphémère», Lab & doc : centre de documentation en architecture, paysage, urbanisme (Hypothèses.org), 13 avril 2017. [En ligne] https://labedoc.hypotheses.org/45

Emmanuel Pedler, « Changez, lisez ! » Carnet de l’EHESS, Perspectives sur le coronavirus, 16 avril 2020. Disponible en ligne : https://www.ehess.fr/fr/carnet/changez-lisez

LEVERATTO, Jean-Marc ; LEONTSINI, Mary. Chapitre II. Les lieux de sociabilité littéraire : de la conversation en face à face avec Internet In : Internet et la sociabilité littéraire [en ligne]. Paris : Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008 (généré le 22 avril 2020). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/bibpompidou/208>. ISBN : 9782842461584. DOI : https://doi.org/10.4000/books.bibpompidou.208.

Judith Partouche-Sebban et Saeedeh Rezaee Vessal , « Crise sanitaire : nos trois réflexes pour dompter la peur de la mort », The Conversation, 21 avril 2020, Disponible en ligne : https://theconversation.com/crise-sanitaire-nos-trois-reflexes-pour-dompter-la-peur-de-la-mort-136516

 


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search