“La lecture doit être copieuse, mais ne pas s’éparpiller sur une foule de livres.”(Pline le Jeune)

Le mois de juillet étant maintenant bien avancé et la fin de l’été approchant (et oui, en breton juillet se dit « Gouere », ie le mois avant l’automne ), Lab&Doc va se mettre en repos …

La panique vous gagne, pas de nouveaux billets pendant un mois ? Bon, vous vous dites que vous allez lire et relire les anciens billets, cliquer sur tous les liens de nos listes de veille mais si vous en profitiez pour lire …des livres ? Voici quelques suggestions puisées dans ma bib perso (non, ni Queffelec, ni Per jakez helias ) que j’ai récemment rangée (je prépare l’hiver je vous dis !) :

 

Firmin : Autobiographie d’un grignoteur de livres de Sam Savage, 2010

Firmin est un rongeur érudit qui est venu au monde dans les sous-sols d’une librairie de Scollay Square, à Boston. Il dévore les grandes oeuvres de toutes les époques et s’inquiète du délabrement du quartier, cerné par la course au profit. Sa rencontre avec un romancier marginal le délivrera de son pessimisme …Firmin n’est pas un simple rat dans cette fable, mais un « hommage aux valeurs de l’écrit et aux singularités de toutes espèces ». Et oui, les rats ne sont pas que des cuistots !

Dix mille : Autobiographie d’un livre de Andrea Kerbaker, 2004

Un livre qui parle à la première personne et raconte son histoire, de sa « naissance » (publication) dans les années 30 à nos jours, perdu au fin fond des rayonnages d’une librairie d’occasions où il attend un nouveau propriétaire. Le temps lui est compté, le libraire veut désherber ! Ce petit roman (84 pages) aborde de manière originale une réflexion sur la vie du livre et la lecture .

« J’ai encore des choses à faire. A l’époque du modem, de l’arobase et du sms, pourquoi pas . »

La Bibliothèque, la nuit d‘Alberto MANGUEL, 2006

Oui, je sais, je vous en ai déjà parlé à l’occasion de la présentation de l’exposition qui s’en inspire à la BNF …mais l’exposition arrive à Nantes en septembre ! Alors, hop, j’en profite pour vous inciter à nouveau à lire cet essai, mais vous pouvez aussi lire le précédent : »Une histoire de la lecture »

Et puis, pour nos doctorants : (là je triche un peu, le livre est dans le fonds de la bibliothèque du Crenau et non chez moi …)

Comment écrire sa thèse d’ Umberto Eco, 2016

Ce manuel, écrit en 1977, était destiné à ses étudiants, mais il n’est paru en français qu’à l’été 2016 : il est toujours d’actualité, ne vous posez pas la question ! Ce savant facétieux, disparu en février de la même année, ami de Jacques le Goff, y livre des conseils pleins d’humour et de bon sens à l’attention des chercheurs : « Umberto Eco accompagne quiconque désire apprendre à chercher, réfléchir et construire une pensée personnelle« . Alors, sachez que si vous ne le connaissez que par son roman Le Nom de la Rose, Umberto Eco fut aussi largement reconnu pour ses essais dans le monde universitaire . Autant dire que ses conseils ne sont pas à jeter !

«Votre premier travail de recherche, c’est un peu comme votre premier amour

Voilà, on se retrouve en septembre ! (« gwengolo » en breton)

 

 


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...