La lettre de veille de mars 2020 : s’en sortir sans sortir !

« La crise sanitaire du Coronavirus que nous traversons révèle plus que jamais la nécessité de partager la connaissance scientifique et de faire coopérer les acteurs de la recherche du monde entier » : le consortium Couperin, l’association des directeurs de bibliothèque universitaire (ADBU) et l’association des responsables de l’information scientifique et technique des organismes de recherche français publics (Eprist) ont ainsi lancé le 19 mars un appel à tous les éditeurs afin de rendre immédiatement accessibles les publications scientifiques disponibles concernant le Coronavirus dans le souci commun du bien public. Couperin propose depuis une page qui recense les facilités d’accès mises en place par les éditeurs et les plateformes « pour aider le monde académique, et la population en général, à faire face aux conséquences de la crise sanitaire actuelle. « 

Le même jour, l’équipe d’OpenEdition contactait les éditeurs de revues et de livres afin de les informer des possibilités d’ouverture de tous les contenus sur OpenEdition Journals et OpenEdition Books dans le but d’élargir progressivement les accès en fonction des autorisations données. Plusieurs ont rapidement répondu pour donner leur accord et une première liste d’ouvrages et de revues disponibles en ligne était proposée dès le 26 mars, avec la promesse d’autres ouvertures prochaines …

« La fermeture des bibliothèques universitaires, un grand vide pour les étudiants » note la journaliste du Monde ; « La bibliothèque est fermée, ce qui réduit nos recherches » explique une étudiante en architecture au Moniteur … Alors, pour favoriser la continuité pédagogique et la continuité des recherches et pallier les conséquences de la fermeture des bibliothèques universitaires, des bibliothécaires et documentalistes se mobilisent pour donner à la communauté universitaire un accès gratuit à leurs collections électroniques ( Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne, Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations …) ou mettent en place des services d’aide à distance, des listes de ressources, des espaces d’échanges, envoient ou proposent des conseils de lecture et de films … Des conseils sont aussi postés pour les doctorant.e.s et jeunes chercheur.euse.s, confiné.e.s loin du laboratoire, de leurs ressources et collègues, via le tumblr « Ciel Mon Doctorat ! »  ou de chouettes documentalistes recherche (vous voyez qui ?) …

 

La pandémie de Covid-19 a ainsi « généré la mise à disposition gratuite de centaines de publications par les revues scientifiques. » Mais Marin Dacos, conseiller au ministère de la recherche, et militant de la science ouverte « estime qu’il faut étendre et systématiser ce dispositif hors période de crise » dans l’entretien accordé au Monde le 27 mars . Les résultats de la recherche scientifique « ouverts à tous, sans entrave, sans délai, sans paiement »​, c’est ce que veut mettre en place depuis juillet 2018 le Plan national pour la science ouverte du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. 

Ah oui, le reste de l’actualité du mois ici : Liste veillearchireslabedocmars2020

« Vive la recherche, vive l’open access, mais surtout faites au mieux pour vous. Stay home and be fabulous » Fabien, in : Ciel mon doctorat !

Cite this article as: Laurence Bizien, "La lettre de veille de mars 2020 : s’en sortir sans sortir !," in Lab & doc, 28/03/2020, https://labedoc.hypotheses.org/7512.

Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.