La lettre de veille de février 2020 : Revue des revues

Le mardi 25 février, le collectif des Revues en lutte (144 revues scientifiques de sciences humaines et sociales mobilisées contre la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) et la réforme des retraites) organisait un dépôt de cahiers blancs devant le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ; ces pages blanches voulaient symboliser l’impossibilité de travailler, produire et publier des connaissances dans un système accentuant la précarité et la mise en concurrence des personnels de la recherche. La mobilisation autour des revues s’explique par le fait que l’évaluation et la reconnaissance des activités scientifiques reste principalement fondées sur la publication d’articles et d’ouvrages, la revue étant le vecteur essentiel de la visibilité des travaux des chercheurs …

Bastien Castagneyrol rappelle ce fait dans son article du 19 février : « Parce que tout ce que trouvent les chercheurs est consigné dans les articles scientifiques qu’ils écrivent et soumettent aux journaux spécialisés qui les évalueront, publieront, diffuseront et archiveront « , avec tous les questionnements autour du choix de la revue pour les chercheurs,  » notamment : À qui s’adresse mon article ? Quelle est la notoriété du journal que je vise ? Comment mon article sera-t-il évalué ? Qui sera susceptible de le lire ? À quel prix pour moi et pour le lecteur ? »

Lieux de pouvoir les revues ? oui, or le modèle économique de ces publications académiques est fragile et singulier comme le souligne Anthony Pecqueux dans son article du 10 février. Les difficultés croissantes rencontrées par les revues scientifiques ont d’ailleurs été soulignées dans plusieurs rapports nationaux publiés récemment (Le Borgne, Françoise, Etude sur l’économie des revues de sciences humaines et sociales (SHS). Rapport final. Phases 1 et 2, 2020, 156p. ; Merindol, Jean-Yves, L’avenir de l’édition scientifique en France et la science ouverte. Comment favoriser le dialogue ? Comment organiser la consultation ?, 2019, 63p.)

L’édition scientifique doit en effet s’adapter à l’émergence de nouveaux modes de diffusion et à la possibilité d’un accès ouvert aux résultats de la recherche : les pouvoirs publics, tout en encourageant à l’accès ouvert, constatent qu’ils doivent soutenir le secteur pour éviter sa disparition. Dans l’enquête Couperin de janvier, les critiques portaient sur la « trop grande financiarisation » de l’édition scientifique commerciale, les chercheurs souhaitant « favoriser une édition durable, avec des éditeurs éthiques, ayant un modèle économique vertueux », l’accès ouvert ne recevant pas  l’assentiment général …

La question de la science ouverte et de ses modalités de mise en œuvre suscitent toujours des débatsnotamment sur la place des éditeurs scientifiques publics dans le grand concert de l’open access comme l’a constaté Mathieu Rouault lors des Journées du réseau Médici en septembre dernier à Nantes. Une journée d’étude organisée par la MSH Lyon St-Etienne, les Universités Lyon 3, Lyon 2 et Saint-Etienne se tiendra le 30 mars sur les « Revues de SHS en accès ouvert : Quelles exigences, quels moyens d’action ?« 

https://www.msh-lse.fr/sites/www.msh-lse.fr/files/evenement/fichier/MSHLSE_20200330_JE_RevuesSHS_Affiche_web.jpg

De nouveaux modèles émergent, autour des preprints, de la plateformisation des revues … de nouvelles formes d’écriture aussi, faisant émerger l’article scientifique médiatique, comme les revues « vidéo » à l’instar de JoVE (Journal of Visualized Experiments) pour les Sciences de la Vie, ou Papier-Mâché, site de vulgarisation scientifique dont l’objectif est de résumer et rendre accessible des publications scientifiques aux francophones.

« Enseignants-Chercheurs, quelle place dans la cité ?  » est l’objet d’une enquête lancée par le MESRI : le « choix de se rendre utile à la cité reste un acte de liberté académique et qui ne peut s’exiger de tous », « dans un monde académique où la rentabilité immédiate et court-termiste l’emporte de plus en plus », et dans un « contexte [qui] n’est hélas pas favorable à ce genre d’engagement pour le long terme, très mal reconnu dans l’évaluation des carrières » conclue

« On diffuse nos savoirs/Sans attendre de pourboire/On publie bien pour être lu.e.s/Re-vue ! Re-vue !  » répondra le collectif « Revues en lutte » !

 

Et plein d’autres actualités ici : Liste veillearchireslabedocfévrier2020


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.