La lettre de veille de janvier 2020 : “La recherche est un bien commun”

Éditer, publier, archiver: la Science ouverte doit favoriser un meilleur partage des connaissances au bénéfice des chercheurs et de la société . Au delà de la gratuité d’accès, ce libre accès pose aussi diverses questions sur la transparence, et autour du travail scientifique (évaluation, financement). Dans le contexte actuel de contestation d’universitaires et chercheurs, réclamant notamment la reprise en main de l’édition des revues scientifiques et l’évaluation des travaux, il est intéressant de signaler la mise en ligne en janvier de plusieurs rapports, enquêtes, analyses  :

Les revues scientifiques :

“Le monde de la recherche s’interroge aujourd’hui, à juste titre, sur son avenir. Le mécontentement gagne les laboratoires, les revues et les personnels”…: La Vie des Idées revient dans un dossier sur ces questions, dont celle de l’évaluation, et la place qu’y occupe la bibliométrie. Le Monde publiait le 22 janvier un article sur les nouveaux modes d’action du monde universitaire prenant pour exemple la grève inédite des revues de recherche. « La revue, c’est la face la plus visible de notre activité », y soulignait la sociologue Anne Bory, membre du comité de rédaction des Actes de la recherche en sciences sociales….Le collectif de ces “presque 70 revues” signe une tribune le 28 janvier pour expliquer cette mobilisation inédite. 

“Le rôle essentiel et unanimement reconnu des revues scientifiques et de l’évaluation par les pairs comme une intermédiation indispensable entre les producteurs et les utilisateurs de la recherche” est ainsi noté dans la Synthèse de l’enquête Couperin sur les pratiques de publications et d’accès ouvert des chercheurs français en 2019. Couperin a par ailleurs mis en ligne les résultats de son enquête des dépenses de publication en accès ouvert ou APC (Article Processing Charges) en France. Une analyse comparative de neuf plateformes de diffusion de revues scientifiques françaises, permettant une plus ample diffusion des connaissances et une meilleure valorisation des publications scientifiques, est aussi consultable sur le site du MESRI. Une journée de restitution des études conduites dans le cadre du Comité de suivi de l’édition scientifique (CSES) se tenait le 27 janvier à la BULAC (enregistrement vidéo disponible sur Canal-U et Média-HAL).

cop. GIP BULAC

Le COMETS recommande de soutenir les initiatives prises par les chercheurs en vue de promouvoir les publications ouvertes, de renforcer l’interopérabilité des archives ouvertes.

L'”Étude sur l’économie des revues de sciences humaines et sociales (SHS)” réalisée dans le cadre des travaux du Comité de suivi de l’édition scientifique, vient d’être mise en ligne ; de même, le rapport de Jean-Yves Mérindol sur “L’avenir de l’édition scientifique en France et la science ouverte” .

Etude sur l'économie des revues françaises en SHS

© IDATE DigiWorld 2020

Les monographies :

La feuille de route pour les monographies en accès ouvert (conclusions et recommandations) issues de l’atelier organisé par Knowledge Exchange (Stakeholder Workshop on Open Access and Monographs) a été traduite en français. Merci !

Les données de la recherche :

“L’évaluation et la reconnaissance des activités scientifiques étant principalement fondées sur la publication d’articles et d’ouvrages, la gestion et l’ouverture des données ne sont pas considérées comme prioritaires par les chercheurs” relève Violaine Rebouillat dans sa thèse consacrée à l’ “Ouverture des données de la recherche : de la vision politique aux pratiques des chercheurs”. Elle conclue sur le fait que les résultats de son enquête “invitent finalement à reconsidérer la question de la médiation dans l’ouverture des données scientifiques.”

A été signée le 27 janvier la Déclaration de la Sorbonne sur le droit des données de la recherche “destiné à promouvoir le partage et le bon usage des données (respect des principes FAIR, plan de gestion de données, conservation…). Il est demandé notamment aux institutions de reconnaitre le travail effectué par les chercheurs dans ce domaine et de mettre en place des programmes de formation et de développement des compétences.”

Les thèses :

“La question pourrait d’ailleurs se poser de savoir où en sont les pratiques des doctorants concernant la diffusion de leur thèse”: 73% des thèses sont déjà en Libre Accès. Cette diffusion des thèses pourrait prendre en compte également les données de recherche associées..”

Une étude de faisabilité pour un projet national de numérisation rétrospective des thèses est lancé par l’Abes et le SCD de l’Université de Lille.

Conclusion : Selon la nouvelle édition de janvier du Baromètre de la Science Ouverte, 49 % des 155 000 publications scientifiques françaises publiées en 2018 sont en accès ouvert. En un an, le taux d’ouverture des publications publiées en 2017 a, quant à lui, progressé de 10 points dépassant la barre des 50 % …on avance !

Et encore d’autres informations ici :Liste veillearchireslabedocjanvier2020

 

 

 


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.