La feuille de route du CNRS sur la Science ouverte : en un clin d’oeil ou en détail

Les feuilles de route institutionnelles fleurissent1en réponse au Plan National pour la Science Ouverte. Si vous n’êtes pas familier avec ces questions, une vidéo de 2 min 30 resitue très clairement le contexte : qu’est-ce que la science ouverte ? et quelles sont les ambitions de la France au travers de ce plan ?. Nous comprenons que les institutions, dont le CNRS, sont entrées dans une phase opérationnelle en définissant leurs objectifs pour les années à venir (tel % de publications en libre accès à l’horizon de telle année …) et en mobilisant des moyens humains et financiers.

Le montage vidéo a été réalisé lors des journées JNSO 2019 – 2ème Journées Nationales pour la Science Ouverte – par une équipe du Ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation en posant 5 questions à Marin Dacos, conseiller pour la Science Ouverte, Directeur général de la Recherche et de l’Innovation.

Avec le plan national de la #ScienceOuverte, la France est un acteur majeur sur ces questions ! Focus sur ce plan, ses actions et les perspectives au niveau international avec @marindacos lors des #JNSO2019. https://twitter.com/sup_recherche/status/1197146226376003584?s=20

Lors de ces mêmes journées le CNRS a donc livré sa feuille de route en matière de Science Ouverte lors de l’intervention d’Antoine Petit – Président-directeur général du Centre national de la recherche scientifique.

Plusieurs solutions s’offrent à vous pour vous informer : le dessin, les notes, in extenso !

Les sketchnotes

Alors qu’ A. Petit faisait son intervention, de talentueux dessinateurs ont croqué en sketchnote2 le contenu de ses propos. Je suis admirative de ces dessins qui synthétisent en direct les communications ! On comprend les dynamiques engagées et les points clés. Ce sont également des supports de formation toniques et précis que l’on a envie de tester !3

La feuille de route du @CNRS pour la #ScienceOuverte présentée aux #JNSO2019 PAR @antoine_petit_ résumée en
#sketchnote par @akenium
https://twitter.com/ouvrirlascience/status/1196711714726850561?s=20

La feuille de route du @CNRS
pour la #ScienceOuverte présentée aux #JNSO2019 PAR @antoine_petit_
résumée en
#sketchnote par @magalielegall
https://twitter.com/ouvrirlascience/status/1196711356701052928?s=20

Notes

Pour ceux qui ont plus de temps, je vous livre les points qui me semblent importants dans cette feuille de route, qui me paraissent concerner nos équipes de recherche et qui appellent à se mettre tous ensemble (chercheur, ITA, personnels IST, bibliothécaires, réseaux professionnels…) pour mener ces nouveaux défis autour de l’archivage des données notamment.

Le Plan National

Le « Plan National pour la Science Ouverte vise, selon les termes de Frédérique Vidal, à ce que « les résultats de la recherche scientifiques soient ouverts à tous, chercheurs, entreprises, et citoyens sans entrave, sans délai, sans paiement ».

Les objectifs du CNRS

La mise en œuvre de la feuille de route du CNRS pour la science ouverte présentée a l’ambition d’accélérer le processus vers la science ouverte en s’appuyant sur des actions concrètes structurées autour de quatre grands objectifs :

1. Garder le contrôle sur notre production scientifique et aboutir à l’échelle de la feuille de route (fin 2020) à 100 % des publications du CNRS en accès ouvert ;

2. Développer une culture de la gestion/partage des données chez tous les acteurs du cycle de vie de la donnée: chercheurs et chercheuses, ingénieur-e-s, informaticiens et informaticiennes, documentalistes, bibliothécaires… basée sur la mise en œuvre des principes FAIR (Faciles à trouver, accessibles, interopérables et réutilisables) ;

3. Développer et promouvoir des infrastructures, et des outils permettant la fouille et l’analyse des contenus scientifiques en toute indépendance ;

4. Transformer l’évaluation individuelle des chercheurs et des chercheuses en la rendant compatible avec les objectifs de la science ouverte d’une part et prendre en compte la contribution des chercheurs et des chercheuses à la science ouverte dans l’évaluation d’autre part.

Accès ouvert aux publications

Les publications scientifiques, produites par le travail des chercheurs et des chercheuses du CNRS, et financées en majorité sur des fonds publics, doivent être à 100 % accessibles et ré-utilisables à l’échelle de temps de la feuille de route4. Les droits d’auteur ne doivent pas être cédés.

L’accès ouvert de la publication pourra se faire selon des voies diverses : archives ouvertes, plateforme d’édition de revues en accès ouvert.

Le CNRS demande à ce que toutes les publications scientifiques issues des recherches financées essentiellement par des fonds publics et pouvant être déposées en archives ouvertes sur la base de la Loi Pour une République numérique, soient accessibles dans HAL.

Une première mesure a été prise dès 2019 par le CNRS qui demande à ce que seules les publications présentes dans HAL soient signalées dans les bilans d’activités annuels demandés par le CNRS (Crac – 2019 et Ribac – 2020). La voie archive ouverte est une alternative vertueuse à l’exigence d’APC (articles processing charges ou frais de publication en français) très importants pour des revues dites « prestigieuses ».

Au-delà des archives ouvertes, les modèles d’éditions dits « vertueux » en accès ouvert, à but non lucratif, se multiplient.

Le CNRS dépense chaque année plus de 12 M€ HT auprès d’une cinquantaine d’éditeurs pour que ses laboratoires aient accès à la documentation scientifique derrière des barrières d’accès (portail BibCNRS mis en oeuvre par l’Inist).
Le paiement de frais de publications pour rendre libre l’accès à un article dans une revue par ailleurs vendue par abonnement est une démarche qui doit être fortement déconseillée.

« Les données doivent être aussi ouvertes que possibles, et
fermées autant que nécessaire ».

La définition même de la donnée est très variable d’une communauté scientifique à l’autre. Par données, on entend ici au sens large des données brutes ou traitées, des textes et documents, des codes sources et des logiciels. Il s’agira de développer une culture de la gestion/ partage des données au sein de toutes communautés.

Les services OPIDoR développés par l’Inist permettent l’attribution d’identifiants DOI (Digital object identifier) à des jeux de données (via DataCite) mais ce service n’est pas gratuit5.

L’INIST propose également un accompagnement pour la mise en place de Plan de gestion des données. Les PGD sont demandés lors de la rédaction des projets de recherche par la commission européenne et plus récemment par l’ANR.

Les jeux de données associées aux publications seront déposés dans un réservoir de données approprié, si possible un dépôt thématique qui assurera au mieux la qualité et la diffusion des données. Plus généralement le CNRS encourage la diffusion de toutes données structurées par leur dépôt dans des réservoirs de données thématiques ou généralistes, éventuellement accompagné de la publication de data papers. Le CNRS publiera une charte des infrastructures, engageant celles-ci à respecter les pratiques FAIR et des standards de qualité.

…Beaucoup d’unités peuvent créer un grand nombre de « petites données » (au sens du stockage de la donnée, par opposition aux « big data »). Le CNRS étudiera l’opportunité de créer un entrepôt de données généraliste accueillant les données dites de longue traîne pour lesquelles des entrepôts thématiques ne peuvent être identifiés.

Fouille de texte

Objectif : Faciliter la fouille des textes et des données avec le développement des infrastructures, des outils et des compétences permettant l’analyse de contenus scientifiques en toute indépendance.

Les nouveaux services d’appui aux chercheurs et aux chercheuses dans le domaine de l’IST doivent évoluer vers l’analyse de contenu… [L]’analyse de contenu nécessite le développement et la mise en œuvre de technologies encore peu maîtrisées par l’ensemble des scientifiques (ontologies, description sémantique, langages de représentation de connaissance, etc.)

Huma-num
, la TGIR (très grande infrastructure de rechercher) des Sciences Humaines et Sociales, propose une liste d’outils pour extraire des informations des textes.

L’évaluation des chercheurs

Repenser l’évaluation individuelle des chercheurs et des chercheuses avec d’une part l’utilisation d’une évaluation compatible avec les objectifs de la science ouverte et d’autre part la prise en compte de la contribution des chercheurs et des chercheuses à la science ouverte dans l’évaluation.

Le système actuel d’évaluation de la recherche est le frein principal à une transition vers la science ouverte. Apprécier la qualité des productions sur la base du prestige de la revue ou de l’éditeur revient à déléguer la responsabilité de l’évaluation aux « referees » mobilisés par les éditeurs.

L’énergie pour que leur production soit ouverte autant que possible ne sont en aucune façon valorisées par les procédures d’évaluation6. Le CNRS a signé le 14 juillet 2018 la déclaration de San Francisco. Il s’agit d’un engagement, lequel consiste à éviter le recours à la bibliométrie et à préférer une évaluation plus qualitative, ainsi qu’à prendre en compte toute la variété des types de productions de l’activité de recherche.
Ce sont les résultats eux-mêmes qui doivent être évalués, et non pas le fait qu’ils aient pu être publiés dans une revue prestigieuse ou autre média réputé:

Pour chacune des productions citées dans les dossiers d’évaluation les chercheurs et les chercheuses doivent en expliquer la portée, l’impact, et la contribution personnelle qu’ils y ont apportée.
Les données sous-tendant la publication ainsi que le code source nécessaire à la production des résultats doivent pouvoir être fournis. Les « preprints » et autres documents de travail sont des productions acceptables pour l’évaluation. Il en va de même pour les « data papers » (« articles expliquant la constitution d’un jeu de données »).

Toutes les productions citées dans les dossiers d’évaluation doivent être accessibles dans HAL ou éventuellement dans une autre archive ouverte : Il s’agit bien des productions elles-mêmes et non de leurs références. Les résultats trop récents peuvent être sous embargo. Auquel cas ils doivent quand même avoir été déposés dans HAL, avec une durée d’embargo ne dépassant pas ceux prévus par la loi (6 mois en STM, et 12 mois pour les SHS). Ils sont alors fournis par un lien privé dans HAL (ou alors dans le dossier).

Orcid

Le CNRS a adhéré à Orcid en mai 2019 en tant qu’institution et souhaite que l’usage de cet identifiant unique des personnels scientifiques soit largement adopté. Aussi, le CNRS mènera des actions afin d’inciter ses personnels scientifiques à obtenir un numéro ORCID et créer leur profil pour gagner en visibilité internationale.

Nouveaux indicateurs bibliométriques

Le marché des bases de données sur les publications, les brevets ou d’autres productions scientifiques est en pleine transformation avec d’une part l’émergence de concurrents aux acteurs bien installés (Web of science, Scopus), d’autre part la volonté de financeurs de la recherche, d’institutions de recherche et d’éditeurs de rendre plus accessibles et utilisables les métadonnées de ces objets, en complément de l’accès ouvert aux productions elles-mêmes.

In extenso

Enfin pour ceux qui ont tout leur temps, rien ne remplace la lecture in extenso de la feuille de route diffusée le 18 novembre 2019. J’espère que ces notes vous auront donné envie d’en savoir plus et de les compléter :

http://www.cnrs.fr/fr/le-cnrs-se-dote-dune-feuille-de-route-pour-la-science-ouverte

Crédits : Avec l’aimable autorisation de Marin Dacos, pour la vidéo, de Magalie Le Gall, Département Formation et Innovation pédagogique/ Lettres – BU Sorbonne et de Guillaume Monnain, Sté AKENIUM (Facilitation Graphique & Vulgarisation Scientifique) pour les sketchnotes.

  1. Le Plan Science Ouverte de l’École des Ponts ParisTech ; Charte pour une Science Ouverte à l’Université Jean Jaurès de Toulouse; Charte pour le libre accès aux publications de Sorbonne Université []
  2. Littéralement, le terme « sketchnotes » est une combinaison de deux termes anglais : les « notes » dans le sens « prise de notes » et « sketch » signifiant esquisser, dessiner, griffonner []
  3. Les illustrations de Magalie Legall seront sûrement disponibles d’ici peu sur sa page Flickr et la licence généralement utilisée est Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Generic (CC BY-NC-ND 2.0 []
  4. #JNSO19 49% en accès ouvert mais encore 51% en accès fermé en 2019 []
  5. Abonnement annuel à contracter ou accord au niveau des institutions []
  6. #JNSO19 vers une prise en compte des billets de blog/carnets de recherche []

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.