La lettre de veille de novembre 2019 : la science ouverte, une révolution nécessaire

C’est ainsi qu’Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, annonçait la feuille de route du CNRS sur l’open science à l’occasion des deuxièmes journées nationales de la science ouverte des 18 et 19 novembre ; La feuille se déploie autour de quatre axes : l’accès ouvert aux publications scientifiques, le partage des données scientifiques, le développement et la promotion d’outils pour la fouille des contenus scientifiques, et l’évaluation individuelle des chercheurs. L’ambition du CNRS est d’aboutir à 100 % des publications du CNRS en accès ouvert, dans les années qui viennent…Rassemblant des personnalités scientifiques du monde entier, le symposium international organisé pour les 80 ans du CNRS abordait ainsi plusieurs thématiques, dont  la science ouverte : « Open Science, a revolution in the making » …Un nouveau site web a par ailleurs été lancé !

La deuxième édition des journées nationales pour la science ouverte avait  pour vocation de rassembler et d’élargir la communauté autour de la science ouverte et de poursuivre cette route « de la stratégie à l’action » ouverte l’année dernière, en mettant en lumière les nouvelles réalisations, projets et perspectives, des politiques institutionnelles, d’établissements et des agences de financement …Ainsi, une analyse des propositions soumises à l’appel flash ANR science ouverte lancé en mars y était présentée. L’ANR a mis place un plan de gestion des données pour les projets financés dès 2019, et propose depuis novembre un webinaire pour communiquer plus largement auprès des acteurs concernés, en partenariat avec l’équipe d’OPIDOR.

Les questions d’évaluation, d’intégrité scientifique, de stratégie autour des données de la recherche, de la construction de la bibliodiversité étaient aussi au programme des JNSO. Une table ronde « Comment faire évoluer l’évaluation de la recherche à l’heure de la science ouverte ? » était ainsi proposée , à partir de l’intervention de Bernard Rentier, recteur honoraire de l’ULiège, sur l’OS-CAM, une matrice d’évaluation pour remplacer la facteur d’impact. Il s’agit d’une évaluation multi-critères où l’on invite les personnes à évaluer sur base d’appréciations et non de chiffres. Un système de pondération permet d’adapter l’évaluation aux différents profils de chercheurs reconnus par l’Europe. De nombreux acteurs s’accordent à dire que la mise en œuvre de la science ouverte nécessite la prise en compte de l’ensemble des processus et activités de recherche dans l’évaluation, le Comité pour la science ouverte a listé en novembre les types de documents, productions et activités valorisées par la science ouverte et éligibles à une évaluation.  Quatre principes avaient déjà été décidé par le CNRS, suite à la signature de la Déclaration de San Francisco en juillet 2018 pour aller vers une évaluation plus qualititive :
• « Ce sont les résultats eux-mêmes qui doivent être évalués, et non pas le fait qu’ils aient pu être publiés dans une revue prestigieuse ou autre média réputé.
• Pour chacune des productions citées dans les dossiers d’évaluation, les chercheurs doivent en expliquer la portée, l’impact, et la contribution personnelle qu’ils y ont apportée.
• Tous les types de production doivent pouvoir être des éléments de l’évaluation.
• Sauf exception recevable, toutes les productions citées dans les dossiers d’évaluation doivent être accessibles dans HAL ou éventuellement dans une autre archive ouverte. »
Le 18 novembre, les Instituts de recherche et les financeurs hollandais ont de leur côté annoncé le développement d’un nouveau système d’évaluation …

CC by – VSNU, NFU, KNAW, NWO and ZonMw

Lors d’un colloque organisé le 15 novembre par le ministère de la Culture et le réseau des Organismes francophones de politique et d’aménagement linguistiques (OPALE), la question de la place pour la langue française dans le discours scientifique a été évoquée et plusieurs axes d’action doivent être mises en oeuvre :

  • Augmenter la visibilité /découvrabilité de la recherche en français sur la Toile, notamment en l’inscrivant dans la démarche pour la Science ouverte et son contexte européen.
  • Contribuer à la mise en place d’un portail des ressources scientifiques en français autour des moteurs de recherche spécialisés et des plateformes de dépôt des articles et données en libre accès.
  • Faire de la langue française dans toute la diversité de ses registres et de ses accents un matériau pour les intelligences artificielles exploitées dans les interfaces hommes-machines et dans les outils de traduction automatique spécialisés.
  • Augmenter en volume la présence de la recherche en français sur la Toile, en encourageant les pratiques d’auto-traduction facilitées par les outils de traduction automatique neuronale, en valorisant les publications de vulgarisation et de synthèse et en assurant la reconnaissance des publications en français dans les carrières des enseignants et des chercheurs comme dans les évaluations
Rappelez vous, en octobre, on vous le disait déjà : La Science Ouverte : une révolution nécessaire …

Et tout le reste de la veille ici :

Liste veillearchireslabedocnovembre19

 


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search