Serio Ludere : et si vous jouiez avec vos doctorants ?

En mai dernier, un petit groupe de chercheurs et doctorants du Crenau s’initiait aux bonnes pratiques de gestion et de partage des données de la recherche autour du jeu coopératif nommé GopenDoRe : l’idée était de « dédramatiser » le DMP (Data Management Plan), de laisser plus de place à la discussion entre les “joueurs” de l’équipe et avec le formateur, de favoriser l’interactivité, voir le plaisir d’apprendre !

Ce jeu de plateau, dont une version améliorée est annoncée par le Service formation de l’Inist pour la rentrée en septembre, rentre dans le concept du “serious gaming” qui définit la manière dont peuvent être détournés certains jeux pour devenir des outils sérieux”, dont le but, vous l’avez compris, n’est pas simplement de piocher dans les bonbons récompense (merci Yvette !) ou de faire gagner son équipe, mais de “rendre attrayante la dimension sérieuse par une forme, une interactivité, des règles et éventuellement des objectifs ludiques“. L’ensemble des questions soumises aux joueurs correspond au principe FAIR, colonne vertébrale du plan de gestion (DMP) rendu obligatoire pour les financements ANR. Le jeu a été pensé en liaison avec la plateforme d’autoformation DoRANum, riche en ressources sur la gestion et le partage des données de la recherche, réparties en 9 thématiques (Enjeux et bénéfices, Métadonnées et Formats, Dépôts Entrepôts, Aspects juridiques et éthiques, ID pérennes et DOI, Visualisation, DMP, Stockage et archivage, Data Papers).

photo Inist CNRS

D’autres jeux à destination des doctorants (et chercheurs !), en lien avec l’open access et l’open science, ont émergé ces dernières années et en ces temps de rentrée universitaire, je vous propose un petit panorama des jeux qui pourront égayer vos prochaines formations ou la prochaine Open access week :

Ainsi, depuis 2015, le SCD de l’Université de Guyane s’est engagé dans un renouvellement de sa pédagogie en intégrant régulièrement des séquences de jeux dans ses formations et a créé trois jeux de plateaux sur l’Open Access : le “Jeu Super Open Researcher“, qui permet l’appropriation des grandes notions de l’Open Access, a d’abord été présenté au congrès Bobcatsss 2015 sous le nom de « Super Open Librarian”, et cette deuxième version à l’Open Access Week 2016 à Cayenne. Le jeu “Fastoche HAL invite les joueurs  à réfléchir sur le fonctionnement de l’archive ouverte HAL, et ils sont initiés aux grandes étapes d’un dépôt. Ces jeux sont maintenant intégrés à la formation doctorale proposée chaque année par le SCD de l’Université de Guyane à ses doctorants, et dautres écoles et universités les ont repris et adaptés à leurs formations propres. En effet, le SCD de l’Université de Guyane nous offre la possibilité de télécharger l’intégralité du jeu afin de l’utiliser librement et gratuitement (celui-ci est placé sous la licence Creative Commons BY NC SA).

Super Open-Researcher
carte personnage – Université de Guyane

Le jeu “Data supporting Open Access Game” (jeu de l’OA) a été produit par Lilliad, le Learning center de l’Université de Lille comme outil de promotion auprès des doctorants et chercheurs pendant l’open access week 2016.

Admiratif du travail réalisé par Marie Latour et Caroline Boiteux (SCD Guyane), Nicolas Alarcon revient dans un billet sur la genèse de son jeu de plateau produit à l’occasion de la Nuit européenne des Chercheurs 2018 à l’Université de La Réunion : le jeu Libérez la Science !” est un mix du Game of Open Access de l’université de Huddersfield , du jeu de l’OA de Lilliad  et d’une mécanique de jeu supplémentaire qu’il a ajoutée. Une équipe du CIRAD s’est en librement inspiré et propose son jeuLibérez la science : un jeu FAIR-play, visant à favoriser les discussions et apprentissages autour du libre accès aux publications et aux données de la recherche.

plateau du jeu Fair-play
Cirad-DGD-RS Dist

“The Game of Open Access” , le jeu  développé par l’équipe des services  informatique et bibliothèque (CLS) de l’Université de Huddersfield en 2017, a pour objectif de faire participer les chercheurs aux concepts et outils clés nécessaires pour respecter l’Open Access, à partir d’une  soumission d’article à publication. Un compte tweeter a même été ouvert pour les retours d’expérience …

@GameOfOpenAcce1 A board game which guides researchers through the key concepts and tools to meet #OpenAccess mandates. Developed by @hudlib  Download CC-BY-NC

Je signale aussi le jeu “Coopac” de Sven Thomsen (GIGA- Leibniz), mais bon, pour les germanophones !

Des jeux abordent d’autres sujets tout aussi importants pour les doctorants :

« #Réseauxsociaux », est le nouveau jeu pédagogique créé en 2018 par l’Université de Guyane, afin de permettre aux doctorants d’identifier les principaux réseaux sociaux, et d’en connaitre les principales fonctionnalités rangées par types.

Lors des Journées des formateurs 2019 ayant pour thème « Quelle place pour la pédagogie en BU ? » , Marie Latour (SCD Guyane), et Caroline Boiteux (BULAC) présentaient leurs jeux de plateau et de cartes sur l’open access, mais aussi Licences to kill et To be in the norms : dans un contexte de lutte contre le plagiat, « Licence to kill » permet de familiariser les doctorants “aux licences de propriété intellectuelle (Copyright, Domaine Public, Creatives Commons, Copyleft) et de lui faire intégrer les conditions de réutilisation des contenus qu’il utilise dans le cadre d’un travail académique” ; « To be in the norms » est destiné à faire comprendre ce qu’est une norme bibliographique, et la rigueur avec laquelle elle doit être suivie. Le but est de coupler ce jeu avec une séance de formation à un outil de gestion de références bibliographiques (zotéro !) afin de gérer de manière automatique et rigoureuse les citations bibliographiques.

Autre jeu pour sensibiliser à la prévention du plagiat : Subpœna, serious game (donc là, carrément un jeu vidéo) contre le plagiat, conçu et crée pour les étudiants en Licence, sous l’égide du service de coopération documentaire de l’université de Bordeaux et mis en ligne en novembre 2018 : il faut résoudre des énigmes basées sur la reconstitution de références bibliographiques et la détection du plagiat, qui mènent le joueur sur la piste d’un scandale politique en lien avec un plagiat. Le joueur répond au rendez-vous mystérieux d’un lanceur d’alerte et explore un bureau de chercheur (pas gagné !) à la recherche de documents établissant un cas de fraude intellectuelle…« On aborde la formation de recherche documentaire de manière beaucoup plus interactive, ce n’est pas Minecraft ou Overwatch, mais cela plait beaucoup aux étudiants. » Un article dans “Communication & Organisation” faisait en 2018 un retour d’expérience sur les données issues de l’expérience vécue par les étudiants pour mieux comprendre les mécanismes d’implication et d’appropriation dans un jeu sérieux .

Où ai-je trouvé tous ces jeux ? Une vraie mine est disponible dans Zenodo depuis janvier : ADBU competences informationnelles, espace de mutualisation de matériaux pédagogiques. Il est proposé par l’ADBU et s’adresse aux formateurs dans les bibliothèques de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Résoudre des énigmes, créer, incarner, participer : les jeux sérieux proposent de nouvelles manières d’apprendre et soulignent l’importance de les varier. Si les jeux vidéo peuvent motiver leurs utilisateurs à s’y engager avec une intensité et une durée sans équivalent, leurs pendants ludiques ont tout à fait leur place dans l’enseignementanalyse Imed Boughzala, chercheur en management à l’Institut Mines-Télécom Business School. Le Serious Game n’est pas voué à remplacer les cours traditionnels en présentiel mais peut-être un complément utile et efficace, qui permet de « contextualiser les enseignements théoriques grâce à des cas concrets » ( voir la thèse de Julian Alvarez, enseignant-chercheur ).

Des jeux existent même pour les enseignants chercheurs (et oui !), comme  « Biblio game » : il s’agit d’un escape game (Jennifer Wolfarth Garcia et Brigitte Jolly, BU Toulouse 1) qui a pour objectif de leur faire découvrir les services des BU pour leurs enseignements et leur recherche.

 

Certains chercheurs utilisent d’ailleurs la ludification et l’intelligence collective pour faire avancer des programmes, comme par exemple en santé avec le projet Foldit, un jeu vidéo expérimental créé en 2008 sur le repliement des protéines. Plus proche de nos domaines, les jeux sérieux urbains et numériques feront l’objet d’un numéro thématique de la revue Netcom (publication mi-2020), qui permettra de disposer d’une vision d’ensemble des expériences actuelles, enjeux et projets de recherche en matière de jeux sérieux et d’urbanisme.

Cette pédagogie basée sur le jeu semble susceptible d’engager la motivation des doctorants et de développer leurs connaissances dans un cadre à la fois réel et ludique …”L’équipe a pu constater les retours positifs engendrés par la mise en place d’une pédagogie active et ludique sur les étudiants”.”Grâce aux jeux,les séances sont passées d’un positionnement attentiste à actif” ont constaté Marie Latour et Caroline Boiteux. Par ailleurs, “ce type de pédagogie a permis de mieux positionner le SCD au sein des composantes et laboratoires de recherche” en étant “reconnu comme un pôle d’expertise technique et un acteur innovant sur le campus” .

Je tenterais bien “Fastoche Hal” dans une prochaine session de dépôt … Hal’ors on joue ?

 

 


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 03/09/2019

    […] ce propos, sur Lab & Doc, dans la rubrique Méthodoc Laurence Bizien, documentaliste, nous cite de multiples jeux que les […]

  2. 25/10/2019

    […] ce propos, sur Lab & Doc, dans la rubrique Méthodoc Laurence Bizien, documentaliste, nous cite de multiples jeux que les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.