Les outils de gestion des données de la recherche dans les universités belges

Rappelez-vous, en juillet dernier lors du séminaire ArchiRès, Geneviève Blondiau1 se proposait d’accueillir la prochaine réunion de la Commission Recherche / ArchiRès, en l’associant à la Journée de la recherche LOCI – Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme… Elle a tenu parole et l’invitation nous est parvenue en novembre 2018. En collaboration avec la Commission Recherche de la Faculté LOCI et la bibliothèque d’architecture La Cambre-Horta, la bibliothèque UCLouvain-BAIU nous conviait à deux journées sur la recherche dans les facultés d’architecture de l’Université Catholique de Louvain (UCL) et de l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Les Lab&docs ont répondu présents, trois d’entre eux bénéficiant d’une bourse Erasmus+, et ce sans se méfier des dates annoncées… Eh oui, de jolis flocons de neige se sont invités à nos journées !

Louvain-La-Neuve, janvier 2019. Crédits : Badia Bsaiti
Louvain-La-Neuve, janvier 2019. Crédits : Badia Bsaiti

“Archivage des données de la recherche”, le 24 janvier 2019 à Bruxelles

La première journée se déroulait sur le site de la Faculté LOCI le matin et l’après-midi sur celui de la Faculté d’architecture La Cambre-Horta : on restait à Bruxelles, que certains avaient déjà eu du mal à atteindre la veille ! Un petit déjeuner attendait les Lab&docs, les collègues de l’UCL, de l’Ecole nationale d’architecture de Rabat et de la bibliothèque La Cambre pour entamer une journée consacrée aux données de la recherche et à leur traitement au sein des deux universités UCL et ULB.

Geneviève, directrice BAIU, après un tour de table, lançait à 9h30 une journée qui serait dense !
Pour la première présentation de la journée, Adeline Grard 2 nous a présenté le Research Data Management (RDM) et les principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable). Le but du RDM est de créer, organiser et rendre accessible les données de la recherche. Ces données sont hétérogènes et apparaissent à différents stades du projet de recherche. Le rôle du Data Manager est de les rendre localisables, accessibles, interopérables et réutilisables. Le RDM a de nombreux avantages mais doit aussi faire face à des obstacles tels que l’inertie académique ou le manque de moyens. Les trois piliers indispensables à la réussite d’un projet de RDM sont la formation du public, l’expertise et les infrastructures. L’outil DMPonline a été déployé à l’UCLouvain afin d’aider les chercheurs à gérer leurs données.

Research Data Management par A Grard
DMPonline par A Grard

A 10h30, Alain Malherbe (ULC-LOCI) présentait la recherche architecturale à l’Université de Louvain, ses différentes structures à l’échelle de l’Université.

La recherche à l'UCLouvain par A Malherbe
La recherche à l’UCLouvain par A Malherbe

A 11h, après une présentation rapide du programme de recherche Hensa20, Laurence Bizien (Lab&doc CRENAU) a fait le compte-rendu de sa communication au 5e séminaire régional Hensa20, avec le rappel de la prochaine participation de LOCI-Tournai au 9e séminaire Hensa20 et de la vocation internationale du programme.

Compte-rendu Séminaire par L Bizien
Compte-rendu Séminaire par L Bizien

Badia Bsaiti (Lab&doc ENA Rabat), accompagnée du Directeur de la recherche de l’Ecole Nationale d’Architecture de Rabat, a évoqué l’ouverture de son centre de documentation à la recherche et les projets en cours. En particulier, elle a parlé de la collecte des travaux de recherche et publications réalisés par les enseignants-chercheurs et les doctorants, ainsi que de la poursuite  de la collecte et du traitement des dons d’architectes, tel que le fonds Jean François ZEVACO dont le CDENA abrite la quasi-totalité.  Par ailleurs,  elle a annoncé que la revue scientifique électronique African and Mediterranean Journal of Architecture and Urbanism (AMJAU) est désormais accessible sur le portail du CDENA.

A 13h30, après une pause déjeuner à la cafétéria, départ vers La Cambre pour écouter les interventions de Geoffrey Grulois, Vice-doyen à la Recherche, décryptant pour nous les trois centres de recherches de la Faculté (CLARA, HAbiter et Da Vinci) et leurs laboratoires et pôles de recherches spécifiques, puis celles de Françoise Vandooren (ULB- Dpt support à la recherche) et Anthony Leroy (ULB – Archives & Bibliothèques-Systèmes et Innovation) sur le service de soutien à la recherche ULB et l’enquête sur les pratiques autour des données de la recherche.

La recherche à ULB par G. Grulois
La recherche à ULB par G. Grulois

Dans sa présentation, Françoise Vandooren a fait le point sur les différents services de soutien à la gestion des données de la recherche au sein d’universités européennes (Angleterre et Suisse notamment) pour esquisser l’offre à mettre en place au sein de l’ULB.

Ces services varient et impliquent différents acteurs. On peut distinguer différents niveaux de services proposés et sous des formes variées, adaptés aux publics ciblés : guide sur les métadonnées, aide à l’organisation et à la description des données, guides de gestion des versions, solutions de stockage, aide au choix des données à conserver… Dans les bibliothèques, on peut distinguer trois niveaux de services :

  • l’orientation et l’aide à l’accès aux données
  • la sensibilisation à la gestion des données
  • la gestion des données : dépôt et préservation

Ces aides peuvent prendre la forme de guides de bonnes pratiques, de cours en ligne, d’assistance personnelle, de vidéos, etc. Les différents services de soutien doivent être adaptés au public cible (doctorants, responsables de labos, chercheurs…).

Le service de gestion de données de la recherche à l’ULB par F Vandooren
Le service de gestion de données de la recherche à l’ULB par F Vandooren

Anthony Leroy, informaticien en charge de la préservation numérique et des infrastructures de numérisation à l’ULB, nous a présenté les avancées du groupe de travail « Gestion des données de la recherche » mandaté par la commission documentaire de l’université. En 2017, une enquête a été menée pour faire un état des lieux des attentes matière de gestion des données : 620 enseignants, chercheurs et doctorants ont répondu soit 15 % de la communauté. L’enquête a reçu un accueil très positif, 50% des personnes ayant répondu se sont portées volontaires pour être recontactées. Elle est particulièrement riche pour nous dans la mesure où elle précise les pratiques des enseignants-chercheurs de la faculté d’architecture dont les résultats sont bien mis en évidence.

Les chercheurs en architecture produisant en moyenne moins de 100 gigaoctets de données par an, les conservant sur leur ordinateur personnel, sur les clouds publics commerciaux ou sur disque dur externe. Les formats produits sont majoritairement des images ou des graphiques. Les données textuelles arrivent en second plan et les formats audio sont en 3ème position. Les formats propriétaires dominent en architecture et il n’est pas aisé de les substituer par des formats ouverts. 22% estiment que leurs données sont uniques et ne peuvent être régénérées. 1/3 des répondants ont déjà subi une perte irréversible de données. Aucun des répondants n’indique documenter ses données sur la base d’un standard reconnu, la grande majorité documentant leurs données de manière personnalisée, mais non systématique.

De manière générale, 86% des participants souhaiteraient que l’ULB mette en place un dépôt institutionnel pour entreposer leurs données et sont demandeurs de recommandations. Le groupe de travail a formulé 14 recommandations concernant les infrastructures d’archivage, les objectifs d’une politique de gestion de données et les services d’accompagnement auprès des chercheurs.

Pour ce qui concerne le dépôt institutionnel de données de recherche, l’ambition serait au minimum d’inventorier les jeux de données produits par les membres de l’institution pour permettre notamment leur citation au sein des publications. Cela rejoint les évolutions de l’archive française HAL qui depuis décembre 2018, propose un champ « données associées » permettant d’ajouter le DOI fourni par l’entrepôt dans lequel sont archivées les données associées à la publication. Les grands axes de l’offre de service portent sur un programme de formation au niveau doctoral, un support de 1er niveau pour les chercheurs et le déploiement de l’outil DMPonline.be. Pour cela il est nécessaire de préciser le rôle de chacun dans ce champ de nouvelles compétences à acquérir. Le Research Data Service de l’Université d’Edimbourg fait à ce titre figure de modèle.

Lire l’Enquête sur les données de la recherche à l’ULB par A Leroy
Lire l’Enquête sur les données de la recherche à l’ULB par A Leroy
Faculté ULB, Janvier 2019. Crédits : L Bizien
Faculté ULB, Janvier 2019. Crédits : L Bizien

La réunion de notre commission commençait à 15h30, juste le temps de faire un point sur le contenu éditorial de notre carnet, de débattre de la future liste de diffusion et d’intégrer vite fait bien fait au groupe Anne-Sophie et Perrine Mercier (UCL-BAIU) ! Anne-Sophie nous faisait rapidement découvrir sa bibliothèque, car il était déjà l’heure de partir visiter Kanal — Centre Pompidou , situé dans les 35.000 m2 de l’ancien garage Citroën, Place de l’Yser. En attendant le début des travaux, la Fondation Kanal a décidé de lancer le 5 mai 2018 une année de préfiguration pour découvrir ce patrimoine architectural conservé à l’état brut. Grâce aux collections du Centre Pompidou, l’ancien garage accueille plusieurs expositions mêlant arts visuels, design, architecture, grandes installations et créations d’artistes installés à Bruxelles. Une guide nous a fait découvrir ces espaces… non chauffés !

« Journée de la recherche en LOCI », 25 janvier à Louvain-la-Neuve

Pour cette 2e journée, les Lab&docs se sont rendus sur le site de la faculté de Louvain-la-Neuve : certains choisirent un co-voiturage matinal, d’autres le train de banlieue sur voies gelées comme Marianela Porraz (Lab&doc Léav) arrivant directement de Paris ! Geneviève Blondiau devait présenter notre carnet pendant cette journée intitulée “Recherches en architecture, conception des [infra]structures urbaines et rurales, aménagement du territoire et du paysage. Développements et perspectives”. L’ouvrage collectif Recherche et enseignement en architecture, génie architectural, urbanisme et le portfolio des doctorants LOCI 2019 nous ont été offerts.

A 9h, Denis Zastavni, Président de la Commission Recherche LOCI, rappelait les objectifs de la journée. La recherche en LOCI s’organise en un éventail d’équipes de recherche et de groupes informels. Les trois thématiques de la journée étaient : recherche en urbanisme et développement territorial, ingénierie architecturale, théorie de l’architecture.

Se sont ainsi succédés plusieurs intervenants : Yves Hanin et Bernard Declève (MetroLab) pour le CREAT, Pierre Defourny pour Earth and Life Institute (ELI), Sergio Altomonte pour la Recherche climatique et l’ingénierie appliqués à l’architecture, Joao Almeida et Laurent Delannay pour Recherche en IMMC (Institute of Mechanics, Materials and Civil Engineering), Marc Zune pour l’Institut d’analyse du changement dans l’histoire et les sociétés contemporaines (IACCHOS).

Et puis, le grand moment pour lequel les Lab&docs s’étaient déplacés : Geneviève Blondiau a présenté notre groupe et son carnet de bibliothèque génial, outil au service des doctorants et chercheurs.

Présentation du carnet de recherche Lab&Doc
Présentation du carnet de recherche Lab&Doc
Présentation du carnet de recherche Lab&Doc par Geneviève Blondiau. Louvain La Neuve, janvier 2019. Crédits L Bizien
Présentation du carnet de recherche Lab&Doc par Geneviève Blondiau. Louvain La Neuve, janvier 2019. Crédits L Bizien

Après le repas, la journée s’est poursuivie avec des interventions de Damien Claeys et David Vanderburgh sur la Recherche en Théorie et l’Histoire des dispositifs architecturaux , Paolo Tomassini pour INCAL (Institut des civilisations, arts et lettres) et la présentation par Brigitte de Terwangne, Marie Vander Meulen et Alain Malherbe des services de soutien à la recherche en LOCI (édition, numérique, impression 3D). Marienala et Geneviève suivaient attentivement, pendant que les autres lab&docs débriefaient dans la bibliothèque LOCI, avant le départ des grenobloises (Louvain/Grenoble en train, on vous laisse calculer !).

Geneviève Blondiau nous avait organisé ensuite une visite de la Bibliothèque-Learning center des sciences et technologies (BST) de l’UCL. La BST, déployée sur 7 niveaux (une couleur par étage) propose des espaces spécifiques à différents usages, en particulier des espaces de travail qui peuvent être réservés pour travailler en groupe, donner un cours…

Faute de temps, nous n’avons pu que jeter un coup d’oeil au Musée L, construit dans les années 70 par l’architecte André Jacqmain. La journée s’achevait sur un « drink » avec les chercheurs de l’UCL. Chacun repartait ensuite vers Paris, Nantes et Rabat, tous enrichis de cette expérience et avec de nouveaux projets communs !

Journée de la recherche en LOCI. Janvier 2019. Crédits : L Bizien
Journée de la recherche en LOCI. Janvier 2019. Crédits : L Bizien
  1. Lab&doc Bibliothèque d’art & d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme BAIU Université Catholique de Bruxelles []
  2. Research Data Manager au service central des bibliothèques del’Université catholique de Louvain []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.