La lettre de veille de juillet : le choix de la Science ouverte !

Comme le souligne Agnès Magron (CCSD) dans son dernier billet, le Plan National pour la Science Ouverte dévoilé le 4 juillet  pendant le congrès annuel de la Ligue des Bibliothèques Européennes de Recherche (LIBER) qui se déroulait à Lille cette année ne peut que nous réjouir ! 3 axes : 1. généraliser l’accès ouvert aux publications :dépôts dans hal, évolution de l’évaluation des chercheurs dans l’esprit de DORA,  encourager l’adoption des citations ouvertes (Initiative for Open Citations – I4OC), construire une bibliodiversité (Appel de Jussieu) ; 2. structurer les données de la recherche en conformité avec les principes FAIR, promouvoir l’adoption d’une politique de données ouvertes associées aux articles, soutenir la Research data alliance(RDA) et Software heritage; 3. création d’un label « Science ouverte » pour les écoles doctorales, participer à Go Fair, la création en cours du  Comité pour la Science Ouverte, l’ adhésion au niveau national à ORCID, soutien aux moteurs de recherche scanR et Isidore. Ainsi, le CNRS est désormais signataire de la Déclaration de San Francisco (DORA ) …

68 % de la production de l’université est accessible gratuitement. « Nous pouvons, à terme, atteindre 100 % de publications scientifiques françaises en accès ouvert », espère la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Que penser de cette décision ? Sera-t-elle applicable ? La réaction du Pr Jean-Pierre Bourguignon, Président du Conseil européen de la recherche (ERC), a été mise en ligne par Sciences et Avenir.

Côté Ministère de la culture, le BRAUP nous informe de la mise en ligne d’une collection HAL qui donne accès aux rapports de recherche conservés dans ses archives, datés de 1977 à 2016. Les premiers rapports conservés en format numérique  y sont progressivement déposés ; les exemplaires en cours de numérisation le seront à l’horizon de la fin 2018.
Une science ouverte, donc, mais accessible à tous ? C’est la question que pose dans une tribune au « Monde », le physicien Julien Bobroff :« Scientifiques et médiateurs doivent collaborer pour réinventer la vulgarisation »

Victimes de revues prédatrices, des scientifiques dénoncent dans le Monde la pression de l’évaluation basée sur le nombre de publications. « La ministre a annoncé une réforme de l’évaluation de la recherche, plus qualitative, qui aura notamment pour effet de rendre ces revues moins attractives. »

La veille en entier :

archirescherchelabdocjuillet2018

Bonnes vacances à vous, et profitez de cette coupure estivale pour avancer sur la rédaction de votre thèse, d’un article …avec Zotéro ? Et/ou  bonnes lectures ! On se retrouve en septembre …

 

Librairie Durance Nantes


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.