Lab&doc au coeur des volcans : le séminaire ArchiRés 2018 à Clermont-Ferrand

Dès l’année dernière, on vous avait prévenus, ce séminaire serait volcanique !  Du 3 au 6 juillet, l’ENSACF nous a accueillis dans ses murs avec un programme dense autour des « savoirs partagés / savoir partager ».

Et comme l’année dernière pour le quartier de la Neustadt à Strasbourg, grâce à notre venue, la chaîne des Puys,  à l’ouest de Clermont-Ferrand, a été inscrite le 2 juillet au patrimoine mondial par l’Unesco ! Nous sommes d’ailleurs allés nous y recueillir le jeudi, malgré la pluie et le brouillard …

crédits Virginie Billon

 

Jour 1 :

L’accueil des participants avait lieu dès 13h , avec des goodies et du café avant l’introduction par Agnès barbier, directrice de l’école .

Les ressources continues (les périodiques !) constituaient la thématique de l’après-midi :

Emmanuelle Massari et Estelle Flahou nous ont ainsi présentés les plans de conservation partagée des périodiques du Centre technique du livre de l’enseignement supérieur (CTLes) – un PCPP vous savez déjà ce que c’est, je vous en ai parlé en janvier !  – Le CTLes assure la collecte, la conservation et la communication des documents  que lui confient en dépôt temporaire ou lui cèdent les bibliothèques des universités et autres établissements d’enseignement supérieur d’Île-de-France. Depuis mars 2014, le CTLes est devenu un opérateur national pour la fourniture des documents originaux dans le cadre du prêt entre bibliothèques, et pour la mutualisation des ressources imprimées,  dans le cadre des plans de conservation partagée. CollEx-Persée s’appuie ainsi sur le CTLes pour soutenir les plans de conservation partagées (PCP) disciplinaires des périodiques, qui permettent de garantir aux chercheurs l’accès à des collections de revues complètes et dans le meilleur état possible, sur site ou à distance par la fourniture de documents, tout en permettant aux autres  établissements partenaires du PCP de libérer l’espace nécessaire au développement de leurs collections, ou de le réaffecter à d’autres fonctions …Un service de numérisation à la demande va être mis en place. Actuellement, le CTles pilote 14 PCP nationaux, signalés dans le Sudoc.

Brigitte Belin, de l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole (ESACM), est ensuite intervenue pour présenter l’histoire de la mise en oeuvre de la base BSAD de l’association BEAR (Bibliothèques d’écoles d’art en réseau)… cf. le billet de janvier d’Aurélie Quinodoz et Françoise Acquier ! Elle nous a quittés rapidement pour se rendre au séminaire de son association à …Nantes !

Bernard Teissier de l’ENTPE, a rappelé dans son intervention les liens établis depuis 2015 entre le réseau ArchiRès et Mir@bel, « (re)cueillir les savoirs » avec 50 veilleurs dont 15 Ensa, permettant une bonne couverture des revues en architecture dans le portail, le partage de la veille ingénierie et art,  et les perspectives envisagées (flux de données sudoc/mir@bel/ArchiRès; mise en place de mir@bel dans le catalogue ArchiRès) : Mir@bel, on ne les prends pas pour des prunes !

Pour finir cette journée, les séminaristes se sont répartis dans deux bus, l’un pour la visite de la basilique romane de Notre-Dame-du-Port, l’autre pour un circuit à travers l’architecture XXe et XXIe siècles de Clermont-Ferrand . Christophe Laurent, historien de l’architecture, nous a mené de la Cité Michelin la Plaine à la Place Jaude, en passant par le quartier Estaing, le stade, la CPAM, la place des carmes, la Comédie , la polyclinique, l’école de management …

Jour 2 :

Mercredi : matinée Lab&doc !

Et oui, Geneviève Blondiau(LOCI – Bruxelles) et moi avons récupéré une partie de nos Lab&docs pour une réunion de la commission recherche à 9h ! Béatrice Gaillard (Lab&doc Versailles) nous abandonnait pour suivre son atelier « Retour d’expérience sur WinIBW » (sudoc !) , mais Pascal Fort et Véronique Hattet (Lab&doc Ipraus), Françoise Acquier (Lab&doc Cresson) et Valérie Huchette, missionnée par Florence Wierre (Lab&doc Lille), se sont mis autour d’une table pour discuter de nos projets HensA20 et de l’invitation de Geneviève à nous rendre à la  journée de la recherche en janvier 2019. Le texte de réponse à l’appel à communication du 5e séminaire à Marseille a été validé et sera envoyé avant le 2 septembre ; Des communications seront proposées pour participer à la journée de la recherche, avec une présentation et un échange sur la pratique de nos métiers au sein des Ensa en regard d’une présentation de  la recherche dans les universités bruxelloises et la faculté d’architecture. Notre venue pourrait ainsi se faire dans le cadre d’une mobilité Erasmus+.

A peine avions nous fini, que l’AG du réseau nous attendait, avec les rapports des commissions ! 5 Lab&docs étaient concernés …

Véronique, avec Astrid Coconnier (Ensa Normandie), a donc fait le bilan de l’année pour la commission Cartes & plans : la mise en place d’une liste de ressources en ligne dans le portail ArchiRès, la rédaction d’une grille de catalogage, le dépôt de documents dans le sudoc et des tutos QGIS dans le portail . La commission a aussi participé à la journée du GeoReseau, réseau de cartothèques universitaires.

La commission recherche a aussi présenté ses actions passées, son actualité et ses projets : la particulièrement réussie et très bien organisée réunion à Nantes les 30 novembre et 1er décembre 2017, l’intégration prochaine des catalogues des labos à la recherche élargie ArchiRès, les statistiques de son merveilleux blog, sa participation à HensA20 …

La commission périodiques , avec Brigitte Chiron-Guignard (ENSA CF) et Béatrice comme rapporteures, nous a reparlés du Plan de Conservation Partagée du réseau, de son ouverture aux revues des écoles, fanzines et autres, des liens avec Mir@bel, des corrections à effectuer dans le catalogue commun …

En l’absence imprévue de Florence, j’ai donc lu à sa place le rapport de la commission Histoire de l’enseignement de l’architecture, avec néanmoins un joli power point, bricolé la veille aux couleurs Lab&doc, en fonds d’écran ! Un rappel sur les missions de cette commission a été fait : soutenir les projets du réseau en lien avec le programme de recherche, établir un état des lieux des actions engagées dans les bibliothèques des écoles, établir l’histoire du réseau en recensant et archivant les documents en lien avec le réseau (actes de séminaire, rapports de commission, etc ..) et en réalisant des entretiens auprès de personnes ressources. Ces archives seront déposées sur un serveur lillois et alimenteront une communication lors du séminaire HensA20 à Lille en 2020. Un appel à participation a été lancé !

 

L’après-midi était consacrée aux communs du savoir et les bibliothèques

Lionel Dujol, ABF et Bibliothèque Valence Romans Agglo, Hervé Le Crosnier, C&F éditions, ont lancé une discussion avec Fabrice Boyer, directeur de la Bu/Université Clermont Auvergne

Hervé Le Crosnier étudie l’impact de l’internet sur l’organisation sociale et culturelle, ainsi que l’extension du domaine des biens communs de la connaissance. Il nous a tracés les contours d’une approche ouverte et coopérative des savoirs, alertés sur les risques d' »enclosure », et présentés de nouvelles perspectives comme les logiciels libres, les creative commons, l’accès libre aux publications scientifiques, etc …(bon, ça, nous aussi on milite à Lab&doc pour l’open access !). Il a mentionné le numéro de la revue Netcom de 2017 consacrée aux Communs urbains (deux auteurs Crenau d’ailleurs !) et celui de la revue Tic&société sur « Communs numériques et communs de la connaissance » .

Lionel Dujol a posé la question de la bibliothèque publique comme commun du savoir, avec de nombreux exemples français et étrangers sur la participation des usagers à l’activité des bibliothèques. Pour lui, l’exemple le plus emblématique des communs du savoir reste celui de Wikipédia, il s’interroge sur l’utilisation restreinte à des ressources du domaine public (autorisation ou paiement !) et nous explique la démarche effectuée par certaines bibliothèques, dont celle de Valence, de déposer dans Flickr certaines photographies anciennes et carte postales datant du début du 20e siècle , via le programme « The commons », pour « poursuivre une mission éducative et augmenter l’accès public aux collections patrimoniales d’images. » Il a aussi évoqué  l’opération internationale qui encourage les bibliothécaires à améliorer les sources d’informations dans Wikipédia #1Lib1Ref , les edit-a-thons et les hackathon comme ceux organisés par la BNF. Sa communication ne pouvait que se terminer par la mention de la loi pour une République Numérique et bien sûr l’open science (open access et open data), notre quotidien quoi !

Fabrice Boyer a parlé communication et circulation horizontale de l’information, neutralité du net avec comme exemple le moteur de recherche Qwant qui ne  trace pas ses utilisateurs et PeerTube ,un logiciel libre permettant d’héberger et de partager des vidéos.

Pour terminer la journée, Bertrand Dumenieu (EHESS) et Julien Chadeyron (Université Clermont Auvergne) nous ont présenté le projet Geo Historical Data qui regroupe une vingtaine de chercheurs autour de deux objectifs : l’étude des évolutions territoriales à différentes échelles et la création d’outils  permettant de traiter ces questions ; Julien Chadeyron a montré en exemple l‘atlas historique d’Auvergne.

Des bus descendirent ensuite tout le monde (ou presque !) en centre ville pour une séance de cinéma au Centre de documentation du cinéma et du court métrage « La Jetée » !

Jour 3 : le puy de Dôme !

Jeudi matin, rdv était donné à 7h45 Place Delille pour une échappée au sommet du Puy de Dôme, avec des commentaires sur les panoramas par Fabien Jubertie, directeur de la recherche de l’ensaCF …on aurait dû se méfier, sa thèse portait sur « Les excès climatiques dans le Massif Central français » . Même si le mauvais temps (pluie et brouillard) a limité notre perception de la chaîne et empêché une balade pédestre au sommet, le voyage à bord du « Panoramique », les explications de Fabien, le café offert par l’équipe et la bonne humeur de tous font de cette sortie un souvenir mémorable de convivialité !

cop. Astrid Coconnier

L’après-midi, Serge Courrier nous donnait un cours sur « Les enjeux de l’information, le cas des outils de recherche et de veille sur l’Internet » : « Depuis l’avènement du Web puis des médias et réseaux sociaux, les sources de mésinformation ou de désinformation se sont multipliées. Mais les outils et méthodes de validation aussi ! » La première barrière concernant notre perception de fiabilité est personnelle, il est donc important d’apprendre à se décentrer et prendre conscience des bulles informationnelles; la formulation de nos questions est importante, des algorithmes décident de la circulation de l’information, de son référencement …il conseille d’utiliser les fils RSS (non, ce n’est pas obsolète) et rappelle que twitter ne fait pas de classement …Le fait d’évaluer un site est important et il nous conseille ainsi d’utiliser le moteur de recherche personnalisé de Google « Google Custom Search » qui permet d’ajouter un moteur de recherche sur son site pour aider les internautes à effectuer des recherches à partir de son site en créant des sites de sélections. A voir pour nos étudiants ? Il nous a rappelés les différents indicateurs pour évaluer un site internet (extensions, nom du domaine, réputation et popularité du site, factchecking, crédibilité, …). Un cours riche en exemples, illustrations, pour l’ensemble des ressources en ligne (réseaux sociaux, images, vidéos…) que nous récupérerons bientôt ! Il complétera le petit billet de mai 2017

Plusieurs ateliers étaient ensuite proposés aux séminaristes ( la communication, les réseaux, l’organisation d’ArchiRès) avant de tous nous retrouver dans l’amphi pour la soirée thématique autour de :

Sabourin, la reconversion d’un hôpital-sanatorium en école d’architecture

Après la conférence de Christophe Laurent sur « l’architecture des sanatoriums, de l’Europe au Puy-de-Dôme », lui et Marilyne Doutre (Directrice de la prospective) nous ont guidés à travers le site  de l’ancien sanatorium Sabourin, inscrit en 2000 à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, vers la terrasse de l’école …

où nous attendait une surprise !

Les festivités ne faisaient que commencer puisqu’un dîner se préparait au RDC !

Jour 4 :

Après la présentation de la base de données Building types online, c’était le moment des CR des ateliers et des rapports des chefs de projets : les idées fédératrices ont porté sur l’accueil des nouveaux dans le réseau, fédérer et associer de nouveaux partenaires, créer une commission Action culturelle, participer aux réseaux universitaires avec une politique de site, …

La charte du réseau serait validée après les modifications souhaitées en AG .

Le séminaire a alors pris fin… Ernestine, la mascotte de la bibliothèque de Nantes est ravie d’y avoir participé et attends avec impatience de savoir quelle nouvelle école elle visitera l’année prochaine !

  Merci à toute l’équipe et aux intervenants !

cop. Badia Bsaiti


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.