« Les chercheurs et leurs données en SHS » : retourner aux idéaux d’Humboldt ! (Journée d’étude du 15 juin 2018, MSHB, Rennes)

L’URFIST de Rennes, la MSHB, le SCD Rennes 2 et la MSH Ange Guépin nous ont invités le vendredi 15 juin 2018 à une journée d’étude, à la MSHB, sur le thème : « Les chercheurs et leurs données en SHS  : quelles pratiques, quelle(s) politique(s) ? ». 

Vous savez depuis décembre, grâce à Pascal et Françoise , ce que sont des données de la recherche et un plan de  gestion des dites données … mais qu’en est-il des pratiques des chercheurs en cette matière, leurs besoins, leurs attentes, leurs craintes  ? Cette journée tentait d’y répondre !

Dès 9h, un café nous attendait avant d’attaquer le vif du sujet …Les collègues nantaises Amélie et Véronique de la MSH Guépin, co-organisatrice de la journée, étaient déjà là (il faut dire que le choix des trains était restreint !)

Marc Bergère, Vice-Président chargé de la documentation et des ressources technologiques de l’Université Rennes 2, a tenu à rendre hommage au réseau des Urfist , et à Alexandre Serres (Co-responsable de l’Urfist de Rennes) pour l’enquête sur les travaux sur l’observation des pratiques informationnelles des chercheurs menée par l’URFIST de Rennes, dont la méthodologie a permis d’envisager une suite comme projet de recherche du GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) «Réseau des URFIST» créé en 2017. Il a ainsi souligné la belle synergie entre l’Urfist, le SCD et la MSHB, la qualité rédactionnelle de l’enquête et sa portée (préconisations) qui pourrait en faire un outil de gouvernance pour l’université. A. Serres est revenu sur le projet d’équipe et le soutien politique fort des Présidents et de la Commission recherche qui a été déterminant pour mener à bien et légitimer cette enquête. L’élargissement  de celle-ci à d’autres universités via le GIS ouvre un nouveau processus …

La journée d’étude était placée sous un double patronage national, celui des MSH et celui du GIS Urfist ; la MSH Guépin s’est ainsi beaucoup investie dans son organisation et en a ouvert le périmètre géographique (et oui, des Nantais ont fait le voyage !)

La matinée serait consacrée à rendre compte des pratiques des chercheurs, établies grâce à deux enquêtes (Lille 3 en 2015 et Rennes 2 en 2017), autour de deux thématiques discutée en table ronde (le stockage, la sécurisation et l’archivage des données de recherche, et  la problématique de l’ouverture et du partage). Fort de cette connaissance des pratiques de chercheurs mêlant complexité, hétérogénéité et spécificité, l’après-midi porterait sur la ou les politiques à mettre en place autour des données.

Nicolas Thély, Directeur de la MSHB, rappelait que les chercheurs ont des demandes très précises, en lien avec les projets H2020, mais que les services proposés doivent être utiles à l’ensemble de la communauté SHS et ne pas faire du cas par cas. L’initiative de l’enquête a donc permis d’objectiver ces pratiques pour construire des services autour de la « Huma-Num Box », un dispositif de stockage distribué en réseau (via RENATER) développé par la TGIR Huma-Num, dans le cadre de la plateforme Humanités numériques. Selon lui, il y va de la responsabilité des chercheurs et des responsables d’être au rendez-vous des enjeux SHS versus numérique et de ne pas rester dans une posture de simple diffusion d’informations, toujours dans le « top-down » , et que ceux-ci doivent prendre part au débat, en adéquation entre pratiques du chercheur et attendus des grands opérateurs. Les compétences doivent donc être associées, au niveau local, régional et national.

Quelles pratiques des chercheurs en SHS ?

Joachim Schöpfel, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication (Université Lille 3) ouvrait donc la première thématique de la journée avec sa conférence sur  « La gestion des données de la recherche sur un campus SHS »  en lien avec les résultats de l’enquête menée en 2015 sur le campus de l’université de Lille 3. Avec un taux de réponse de 15% , l’enquête permet en effet de faire un état des lieux des pratiques, besoins et motivations des enseignants-chercheurs, chercheurs et doctorants sur un campus universitaire SHS. Il soulignait que le terme de pratique artisanale évoquée ne veut pas dire manque de qualité ou de savoir faire scientifique mais plutôt manque de disponibilité ou d’absence de dispositifs, de services adéquats, de ressources financières et humaines pour asseoir ces pratiques (Tiens, tiens !). Les chiffres de motivation donnés : 20% de « précurseurs », 20% de motivés, 30% d' »ignorants » et entre 5 et 10% de réticents à ces pratiques. Cependant, un écart réel existe entre déclaration et pratique de partage ! L’archivage sécurisé est la priorité mentionnée, puis un besoin en conseil et assistance (aide au DMP, éthique). La mise en oeuvre d’outils et de moyens sera plus incitative qu’une injonction : mettre en place un système de stockage sécurisé des données en partenariat avec le DSI de l’Université et le délégué à la protection des données, proposer un cahier des charges pour l’échange et le transfert de données dans le cadre d’un projet de recherche, formaliser le traitement et l’analyse, coordonner la gestion sur le modèle d’un DMP, recourir à plusieurs formes d’incitations (financement, publication, législation, éthique, partenariats)..; un pilotage scientifique par la direction de la recherche et un investissement ciblé (plan de gestion en lien avec FAIR, sécurisation des données sur un cloud, curation des données via leurs métadonnées par les documentalistes et ingénieurs, partenariat avec Humanum, valorisation des bonnes pratiques par des procédures type et une bibliothèque de ressources, telles sont les leviers possibles aux freins et verrous !

Cécile Pierre, Responsable du département Recherche, SCD Rennes 2 et Morgane Mignon, Ingénieure humanités numériques, MSHB revenaient ensuite sur l’enquête menée à l’université Rennes 2 en 2017 auprès des chercheurs à travers la présentation des résultats. Les doctorants en étaient exclus, contrairement à Lille, car ceux-ci bénéficient d’une sensibilisation au sein de l’école doctorale via les formations et guides du réseau Formadoct. L’enquête  s’est déroulée en deux temps : une enquête quantitative en ligne sous forme de questionnaire(utilisation du logiciel LimeSurvey),  et une enquête qualitative par des entretiens avec des chercheurs et directeurs volontaires. Cette enquête a pris une année …, pour 28% de participation, principalement des 30/50 ans et maîtres de conférence. La spécialité architecture est en 4e position des taux de réponse, la 1ère étant la psychologie. Différents types de données sont citées : textuelles, des enquêtes, chiffrées, des observations, de l’audiovisuel, des images, du web, du 3D …, avec une notion de donnée source variable selon le chercheur ! Les besoins en stockage ont été difficiles à évaluer car les pratiques sont variables dans les laboratoires (34% entre 20 et 100 Go, 11% inférieur à 1 Go); celui-ci est souvent local et personnel (27% dans un cloud privé, 11% sur le serveur de l’université, 6% dans un TGIR). La fréquence de la sauvegarde est réalisée en fonction des besoins et n’est donc pas systématique . La mise en place de ce stockage n’est pas inscrit comme prioritaire dans la politique des labos : elle est réalisée en cas de nécessité et d’urgence. Les freins personnels indiqués sont : pas de service adéquat (ou méconnu !), le manque de temps pour effectuer cet archivage, le manque de compétence, des habitudes de travail . 50% des enquêtés indiquent qu’ils rendent accessible leurs données et 43% téléchargent celles des autres. Les principales incitations sont celles d’une meilleure visibilité de leurs travaux, de nouvelles coopérations possibles, de nouvelles recherches mais aussi l’obligation liée au financement pour 33%. Les freins sont d’ordre juridique pour 54%, le manque de temps, la crainte du plagiat, des raisons scientifiques. 52% sont donc prêts à partager leurs données, mais pas sans conditions ! Un hiatus entre les déclarations et les pratiques concrètes apparaît donc …Les besoins évoqués sont en priorité la mise à disposition d’un espace sécurisé, des conseils techniques et juridiques, des conseils pour la mise en place d’un plan de gestion et des formations personnalisées.

Suite à cette enquête, des recommandations ont donc été faites par ses auteurs : partir de la complexité des données et ne pas penser solution unique ; pas d’injonction mais s’adapter aux besoins et préoccupations des chercheurs ; réfléchir au positionnement hiérarchique de décision. Des propositions ont été rédigées pour Rennes : créer un groupe de travail sur la politique des données de la recherche, développer des services mutualisés pour la sensibilisation et la formation, offrir un service juridique spécialisé, adapter les espaces de stockage internes aux besoins des chercheurs, sensibiliser à la descrition des jeux de données et à la rédaction des plans de gestion, sensibiliser aux solutions institutionnelles de partage (Huma-Num Box, Nakala).

Après une courte pause, …

… la table ronde pouvait commencer : « Stockage, archivage, partage des données : pratiques, représentations, besoins des chercheurs », animée par François Vignale, Directeur-adjoint du SCD Le Mans Université, avec :

Florent Demoraes, Maître de conférences en géographie, Université Rennes 2, Karine Karila-Cohen, Maître de conférences en histoire grecque, Université Rennes 2, Florent Laroche, Maître de conférences en sciences de l’ingénieur, École Centrale de Nantes, Marie-Laure Malingre, Co-responsable de l’URFIST de Rennes et Joachim Schöpfel.

F. Demoraes nous a présenté son enquête sur les métropoles d’Amérique latine dans la mondialisation menée dans le cadre du programme ANR-METAL en partenariat international qui nécessitait un espace de partage collaboratif sécurisé pour déposer la documentation collectée, le corpus et données d’enquête. Les questionnaires numérisés étaient saisis et les données formatées dans excel.

F. Laroche nous parlait quant à lui de KLM for Heritage, de modélisation et structuration 3D et de valorisation du patrimoine par une application web en prenant comme exemple « Nantes 1900 Project » , base de données informatique s’appuyant sur un corpus documentaire de plusieurs centaines de sources iconographiques et permettant aux visiteurs de naviguer au sein du corpus de documents

La question de formation en amont des chercheurs était évoquée par ML. Malingre, avec la nécessité d’identifier des interlocuteurs fiables et de sensibiliser les doctorants au DMP, assurant ainsi cette nouvelle compétence dans la nouvelle génération de chercheurs.

La nécessité d’un comité de pilotage IST lors de collaborations multi-sites, d’un espace de stockage par projet qui soit sécurisé avec un accès à la transcription uniquement par les chercheurs, l’anonymisation des données personnelles, et de la création d’outils SHS adaptés aux problèmes de spatialité, temporalité et interdisciplinarité sont débattus. Plusieurs questions concernaient la réutilisation des données, leur reproductibilité et la propriété intellectuelle des bases de données, les data papers  …plusieurs réponses peuvent être trouvées dans le CR de la journée Dayclic organisée en 2016 par la MSH Guépin !

De même, était mentionné le portail OPIDOR, mis en place et hébergé par l’Inist-CNRS pour la communauté de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, avec un un ensemble d’outils et de services facilitant la gestion et la valorisation des données afin de répondre aux critères d’intégrité, reproductibilité et aux principes FAIR, ainsi que le projet DoRANum (Données de la Recherche : Apprentissage NUMérique à la gestion et au partage) et son dispositif de formation à distance  sur la thématique de la gestion et du partage des données de la recherche.

Quelle(s) politique(s) à mettre en place ?

Après un déjeuner buffet in situ, la journée reprenait avec la conférence « Quelle politique pour les données de la recherche en SHS ? » par Jacques Dubucs, Directeur scientifique du secteur « Sciences de l’homme et de la société », Direction Générale de la Recherche et de l’Innovation (DGRI), Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Rappelant qu’il est rationnel de travailler avec les autres, celui-ci pense que la coopération devrait être plus facile entre chercheurs des sciences sociales, une information partagée demeurant propriété de son auteur. Il questionne la vulgate du 20e siècle, fondée sur le déconstructivisme, le post-modernisme de Derrida et Foucault, et propose de renoncer au dogme des SHS qui n’appartiendraient pas aux sciences, revenir sur cette acceptation, pour traiter et valoriser les données SHS; il n’est pas possible de se soustraire à une évaluation scientifique si l’on veut obtenir une allocation de ressources … Favoriser et officialiser le rapprochement des SHS avec les sciences et les IST par le biais d’infrastructures de données n’est qu’un juste retour au compagnonnage ancien entre SHS et non SHS, un retour aux idéaux d’Humboldt. Les infrastructures de données en SHS sont finalement moins coûteuses que celles destinées aux « big sciences » … La France produit d’ailleurs plus de données  qu’elle n’en utilise, leur distribution est massive mais le fait que les données SHS ne sont pas des valeurs de certains paramètres définis pose problème : les SHS doivent construire leurs descripteurs ! Il faut des SHS pour avoir des données SHS, donc des actions d’explications et de formation là où se trouvent les « concepteurs » des dites données. Un accompagnement, des dispositifs de plateformes doivent être mis en place mais en tenant compte des variantes culturelles, émotionnelles, locales de ces données. Les données SHS ne sont pas markoviennes, il est nécessaire de connaître l’antériorité, le contexte historique, avoir mémoire …de même, ces données nécessitent une observation continue des dynamiques, la courbe d’investissement en SHS ne baisse jamais car le suivi d’une enquête peut s’étaler sur des années . Cette courbe est généralement plus basse qu’en « science dure », mais elle est plate. Peu de structures demandent beaucoup de stockage, mais les problèmes de « privacy » et de descripteurs  sont prégnants : comment identifier un objet comme étant le même sous différentes descriptions (textuelles, iconographiques), comment croiser les données (environnement, idéologie, économie), comment contribuer à la recherche sur les causalités hybrides ?

Après cette brillante entrée en matière, la table ronde de l’après-midi sur « Quelle(s) politique(s) des données de recherche ? », l’historique des politiques des données SHS et la politique à mettre en place , pouvait commencer.

Animé par Alexandre Serres et Nicolas Thély, le débat était alimenté par Leszek Brogowski, Vice-Président chargé de la recherche, Université Rennes 2, Arnaud Devillez, Délégué régional à la recherche et à la technologie (DRRT), Bretagne, Emmanuelle Hellier, Directrice du laboratoire Espaces et Sociétés (ESO), Université Rennes 2 et Stéphane Pouyllau, Directeur technique de la TGIR Huma-Num, en visio !

Trois choses ont évoluées dans l’histoire des données : une prise de conscience dans les programmes de recherche de l’importance des données au sens du bien commun, à savoir la mise en oeuvre de la recherche en mode projet avec des équipes qui se sont rendues compte qu’il fallait structurer les données pour pouvoir les ré-exploiter dans des projets futurs ; un outillage de la donnée, à savoir être maître de la fabrication des outils en s’appropriant de nouvelles méthodes de travail (par ex. les données en flux des capteurs de mobilité en urbanisme) ; une transdisciplinarité en amenant de l’hybridation dans sa recherche, en intégrant le savoir-faire d’autres disciplines.

E. Hellier présentait ensuite la politique de son laboratoire ESO : Déployée sur 5 sites géographiques avec 250 personnes, le choix de structurer l’UMR sur l’IST autour de groupes de travail a été appliqué ; les chercheurs « motivés » s’acculturent et intègrent dans leur recherche ces pratiques, invitent dans leurs projets communs d’autres chercheurs pour les inciter à suivre ce mouvement. Elle rappelait par ailleurs que la direction se doit de relayer l’information sur les formations existantes. Ainsi, les besoins de formations des chercheurs sont tant d’ordre général comme sur la loi pour une république numérique , que d’un encadrement concernant les données d’enquête (données personnelles) au regard des protocoles mis en place par la CNIL CNRS, par exemples les traces GPS , les accès et usages en géomatique pour les géoportails, le statut des données géolocalisées, les SIG …le CNRS a mis en place un cadrage RGPD  qui propose de nombreux services. La création d’un service juridique pour les chercheurs sur ces questions est envisagé.

Des infrastructures sont en cours de développement, des data centers régionaux comme celui de la Région Bretagne,“eskemm data”, (oui, c’est du breton !) créé pour répondre aux besoins des communautés scientifiques, et constituer un mésocentre de calcul. Ce data center fait l’objet d’une demande de labellisation dans le cadre du projet national « Infranum » du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

S. Pouyllau est revenu sur le principe de l’humanum box, dont l’idée principale est de rapprocher le stockage du lieu de recherche, en faisant relai avec le data center régional, comme à Nantes, avec ses plateformes Humanum-Loire et Progedo-Loire.

La décentralisation des infrastructures SHS va de pair avec une articulation entre différents niveaux, suivant l’évolution des programmes nationaux (ANR), internationaux. Il faut de la même façon étayer les métiers « en action » (enseignants-chercheurs, documentalistes, archivistes, informaticiens …). La loi Lemaire de 2016 sur les données publiques ouvre les données et crée du partage, de la co-construction avec les associations, des collectifs (ex. les cartes participatives). Ce partage peut être permanent ou temporaire.

Des revues imposent ce partage de données, avec des enjeux de reproductivité dans certaines disciplines, ce qui soulève la question d’intégrité scientifique, et celle d’une mise en place de comités de protection de données ou de comité de confiance  au sein d’un consortium de projet .

La journée s’achevait sur ces derniers « eskemm » … nous attendons la captation vidéo avec impatience, merci aux twittos pour les premiers clichés !

Les Nantaises tentaient ensuite de rentrer chez elles, avec un train fantôme, un arbre ayant décidé de tomber sur la voie ferrée !


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.