Mémoires de docs : du CRMAA au CRENAU, la documentation nantaise des ambiances (1ère partie)

Le CRENAU est né en janvier 2015 de la fusion des deux laboratoires de l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes (CERMA et LAUA) … il constitue l’équipe nantaise du laboratoire AAU, Unité mixte de recherche créée en 1998 en associant les équipes CERMA (Centre de recherche méthodologique d’architecture) à Nantes et CRESSON (Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain) à Grenoble.

Hébergée au sein de la bibliothèque de l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes, la bibliothèque recherche du CRENAU met à disposition des chercheurs, doctorants, enseignants et étudiants un grand nombre de ressources sur les thématiques du laboratoire AAU.

« Les unités de recherche sont soit des groupes de chercheurs collaborant autour de thèmes communs (la forme initiale du laboratoire), soit des plateformes établies pour la mise en commun de moyens et de ressources logistiques sur une variété de thèmes et des disciplines (la forme plus récente du laboratoire). Les laboratoires sont situés dans les Ecoles nationales supérieures d’architecture et offrent de l’espace de travail à leurs membres, un centre de documentation et d’autres ressources matérielles nécessaires à la production scientifique. Les laboratoires sont pour leur plupart étroitement associés à la vie académique et sociale de l’école. » (La recherche dans les écoles nationales supérieures d’architecture/ Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère)

 

En ouvrant les armoires …

A l’occasion des 20 ans de l’UMR et du séminaire HEnsa20 sur les « Politiques de l’enseignement et de la recherche », une émulation est née au sein des documentalistes du laboratoire pour participer à son histoire en relatant celle de leurs centres de documentation. Plongée dans les archives, enquêtes auprès des « anciens », traqués dans les couloirs du laboratoire ou jusque chez eux, souvenirs, souvenirs …. La « task force » documentaire s’est mise en route avec pour objectif d’alimenter l’effort national mémoriel ! (rien de moins !). Ce travail a permis par ailleurs de lancer une réflexion sur les archives photos du laboratoire et de leur conservation pérenne …

Presque 50 ans de documentation à vous raconter …en deux billets : le premier relate l’histoire du centre, de sa création à son apogée en 2010 dans la nouvelle école d’architecture ; le 2ème, son fonctionnement actuel, ses réseaux, ses missions d’accompagnement et de formation

Un 3e billet sera co-écrit avec Françoise Acquier, mon binôme du CRESSON, autour de tous les projets et réalisations communes des documentalistes AAU !

Ma collègue Martine Chazelas, ancienne documentaliste du CERMA, s’est gentiment prêtée au jeu de correctrice-relectrice …

Faire entrer la recherche à l’école d’architecture : de l’association CRMAA à l’URA CNRS

L’association de recherche CRMAA (Centre de recherches méthodologiques d’architecture et d’aménagement), qui deviendra le CERMA en 1981, est créée par trois enseignants de l’ex Unité Pédagogique d’Architecture de Nantes en 1971.

En 1974, l’équipe du CRMAA est constituée de cinq enseignants-chercheurs, d’un chercheur informaticien, et recrute une secrétaire-documentaliste, vacataire payée par l’association. Celle-ci participera à la mise en place du système de documentation du laboratoire.

La documentation fait donc l’objet du travail du secrétariat du laboratoire pendant un temps mais consistait principalement à traduire en français des articles scientifiques de langue anglaise car les chercheurs maîtrisaient mal la langue anglaise, langue maîtrisée par la secrétaire.

L’association est d’abord hébergée par le Centre scientifique et technique du bâtiment qui venait de créer une antenne à Nantes. En effet, une collaboration est engagée entre l’établissement de Nantes du CSTB et le CERMA pour la construction de la première soufflerie à couche de la Section Aérodynamique du CSTB en 1972 et en contrepartie le CSTB mets à disposition du CERMA des bureaux dans ses locaux.

Le thème général des recherches du CERMA était lié au développement d’une recherche sur les méthodes de conception de l’architecte, mis en œuvre dans le domaine du contrôle de l’environnement physique.

La thématique du contrôle aérodynamique sur laquelle travaillait le CERMA en 1972 avec le CSTB ne représentait qu’une facette des problèmes d’ajustement bioclimatique du projet. En 1974, le CERMA aborde les questions de simulations solaire et énergétique et s’efforce de définir des méthodes de paramétrage de contrôle des ambiances.

L’extension des champs d’activités du CERMA vers de nouvelles thématiques (histoire de l’architecture et de l’urbanisme) se reflète dans le projet de recherche 1983-1985 : à côté du travail sur la modélisation thermique et solaire est abordée la question des Références de conception architecturale.

Le fonds commence par être en partie enregistré et classé : les ouvrages et rapports sont rangés sans réel plan de classement (dans des armoires de la salle informatique, sur des étagères dans des couloirs, dans des bureaux !) par numéro, cataloguée sur des fiches papier puis dans une banque de données (logiciel Hypercard). Les extraits, articles, cours sont classés dans des chemises thématiques. La liste des revues auxquelles est abonné le laboratoire est saisie dans un tableur excel, mais aucun enregistrement à réception n’est fait. Celles-ci sont rangées dans des chemises et mises en circulation avant d’être disposées sur un présentoir puis rangées. Le fonds est en accès libre.

Le programme pluri-annuel de la recherche architecturale 86-89 est l’occasion de recomposer la structure du laboratoire : ce programme porte uniquement sur la modélisation architecturale et urbaine et sur la simulation des ambiances. Le CSTB souhaitant récupérer ses locaux, le CERMA intègre l’École d’architecture, rue Massenet, en 1986 dans un espace auparavant occupé par un labo photo.

 

Un regroupement thématique autour des ambiances est demandé par la Direction de l’architecture, avec un rapprochement CRESSON/CERMA en 1990.  Le programme de recherche 1990-93 distingue deux domaines de recherche : la modélisation et la simulation des phénomènes physiques caractérisant les ambiances ; l’étude des rapports entre facteurs physiques des ambiances et références architecturales et urbaines.

Le CERMA est intégré au CNRS en 1992 en tant qu’Unité de Recherche Associée (URA).

 

Le projet scientifique présenté par le laboratoire doit répondre aux exigences de la formation doctorale en architecture et s’inscrit alors dans la conception architecturale avec trois axes (phénomènes physiques liés aux ambiances, simulations pour la typologie des tissus urbains, théorie des ambiances et intégration des facteurs d’ambiance dans le projet) ; le pôle de recherche sur les Ambiances sert  de support pour le lancement d’un DEA (DEA “Ambiances Architecturales et Urbaines”) et d’une filière doctorale en 1992.  Un accompagnement à la recherche  est devenu nécessaire au CERMA, ainsi qu’un tutorat pour les doctorants.

Le premier centre de documentation : l’émergence d’un service à part entière, politiques et outils de mise en oeuvre (1996-2010)

En 1994, une documentaliste est recrutée sur un CDD au CNRS pour effectuer un état des lieux et dessine avec les chercheurs le premier plan de classement autour de la notion d’ambiances. Cela permet de préfigurer la future bibliothèque de recherche. Son rapport préconise 4 axes pour améliorer le service : création d’un espace de documentation, mise en place d’un plan de classement en lien avec les thématiques de recherche du laboratoire, acquisition d’un logiciel de base de données et utilisation des bases de données internationales pour la recherche documentaire. Un plan de classement est donc défini en collaboration avec l’équipe de recherche (3 classes, 6 thèmes), une banque de données est créée à partir du logiciel Alexandrie et pour indexer les documents, un vocabulaire est élaboré à partir du thésaurus des écoles.

Dans le rapport de 1994 est noté que le CERMA possède environ 2000 documents ; cette documentation se compose de rapports de recherche (CERMA et autres laboratoires), d’ouvrages, de compte rendus de colloques, d’articles, d’extraits d’ouvrages et colloques, de cours, de manuels informatique, de rapports d’activité.

La Direction de l’architecture du Ministère met à disposition du CERMA à partir de janvier 1996 un poste de contractuel pour le recrutement d’un ingénieur ou technicien de recherche remplissant les fonctions de documentaliste : ce poste sera attribué à Martine Chazelas (IE). Ce temps plein permet alors de développer les activités documentaires, l’appui à la recherche, la gestion des périodiques.

La banque de données interne constituée est alors enrichie par le dépouillement des revues reçues au laboratoire, ainsi que par les actes de congrès.

En 1996, la bibliothèque est abonnée à 10 revues et la base de données contient 1440 références, dont 75 communications dans des congrès et 79 articles de périodiques. Son budget est d’environ 25000 francs …Dans le rapport scientifique 97-2001, le fonds est constitué de 700 ouvrages, 400 rapports de recherche, 200 actes de congrès, 160 mémoires et 350 articles sont référencés.

Le projet pour la période 94-97 présente sept actions de recherche : modélisation thermo-climatique des espaces urbains, confort thermique urbain, caractérisation aérodynamique des tissus urbains et simulation, génération de morphologie à partir de contraintes d’ensoleillement, simulation de l’éclairage naturel, tracés urbains et facteurs physiques et climatiques des ambiances, références architecturales et facteurs d’ambiance.

L’Ecole d’architecture met des locaux à disposition du CERMA, dans un étage dédié aux ateliers et laboratoires (360 m2) : un plateau commun héberge les doctorants, les techniciens, le centre de documentation et sa documentaliste mais aussi plusieurs ordinateurs sur lesquels les étudiants apprenaient à simuler différents phénomènes physiques d’ensoleillement …ces locaux sont déclarés inadaptés par le directeur du laboratoire qui mentionne dans le rapport d’activité de 1992-1996 l’inconfort thermique des lieux et une surface insuffisante.

La politique d’acquisition du centre à partir de 1997 répond à deux objectifs prioritaires : « offrir aux étudiants en DEA des documents de référence pour aborder la thématique des ambiances dans le domaine architectural et urbain ; permettre à l’ensemble des chercheurs et doctorants du laboratoire de s’appuyer sur un fonds documentaire académique pour les thématiques abordées (acoustique, thermique, éclairage, aérodynamique, SIG, synthèse d’image, modélisation et simulation, sciences humaines) » (Martine Chazelas).

L’ensemble des publications du laboratoire (hors thèses et mémoires) est regroupé dans des classeurs mis à disposition des lecteurs. La bibliographie générale est mise à jour sur le site internet du laboratoire.

Un effort d’enrichissement du fonds acoustique, devenu un axe de recherche, est réalisé à partir de 1998.

En 1998 le centre de documentation dispose d’une pièce réservée de 12 m2, ce qui permet d’y créer un espace de consultation équipé d’un présentoir pour les revues et d’une table pour accueillir les lecteurs.

Une demande de participation au plan d’action pour l’informatisation de la fonction documentaires est faite auprès du CNRS –SHS, parallèlement l’école d’architecture achète le logiciel Doris de la société EVER avec le module Web. Le laboratoire est relié au réseau Ouest Recherche de Renater qui permet un accès facilité à internet et la mise en place d’une veille dès 1996. Le minitel continue d’être utilisé, quoique surtout par la bibliothèque centrale, pour la recherche documentaire (3615 Urbamet, Pascal, Geac BPI de beaubourg). Des fonds documentaires sont par ailleurs disponibles sur CDRom (Archires, urbamet, REEF …).

La création de l’UMR CNRS 1563 Ambiances Architecturales et Urbaines, associant les équipes CERMA à Nantes et CRESSON à Grenoble, est actée en 1998.

De nouvelles thématiques émergent dans les années 2000 dans le champ d’étude des ambiances architecturales et urbaines : éclairage, développement durable, SIG ; la politique d’acquisition doit suivre les besoins des chercheurs et étudiants. Les domaines de l’acoustique, de l’urbain et de la thermique étaient les axes privilégiés d’achat signalés dans le rapport d’activité des années 97 à 2001.

Pour favoriser les échanges interdisciplinaires du champ ambiances au sein des laboratoires CERMA (simulation des ambiances thermiques, acoustiques et lumineuse) et Cresson (ambiances sonores et qualités pluri-sensorielles), le centre de documentation du CERMA se propose alors de constituer un fonds de référence se développant sur deux axes : littérature architecturale et urbaine ; ambiances.

La documentaliste est titularisée en 2000 sur un poste de chargée d’études documentaires du MCC.

Un ordinateur en libre service permettant l’accès à la base de données est signalé en 2002 dans le rapport d’activité.

La documentation verse depuis les années 2000 les références bibliographiques de la production du laboratoire dans la plateforme PubliCNRS gérée par l’Inist, destinée à valoriser et à mieux gérer les publications des chercheurs

Dans les années 2000, le logiciel documentaire de la bibliothèque permet l’envoi de mails d’alerte (DSI) ; un portail a été développé dans l’intranet du laboratoire dès 1997 et propose un accès au sommaire des revues, un accès aux appels à communication et un accès aux grandes bases telles que Biblioscience, BiblioSHS, PubliCNRS …

En 2001, la documentation fait une demande de licences du logiciel Endnote (gestionnaire de références bibliographiques) afin de participer à l’opération InfoRef, mise en place par dans les laboratoires SHS, et permettant de consulter des catalogues de références, mais aussi de signaler les publications des membres du laboratoire. L’objectif était d’avoir un outil commun à tous les laboratoires et de constituer une grande base de données nationale. Endnote permettait par ailleurs de récupérer les notices bibliographiques directement par interrogation  des grandes banques de données internationales grâce à différents formats d’export développés par les communautés de chercheurs et de documentalistes. Mais devant le coût de la licence, un outil libre est privilégié : Jabref. Ce sera l’outil de base utilisé pour toute la gestion bibliographique du laboratoire jusqu’en 2012. Il sera ensuite remplacé par Zotéro, préféré pour sa fonctionnalité collaborative plus aboutie (via le web).

 

En 2001 est décidée la numérisation en format PDF des productions du laboratoire (mémoires de DEA, thèses) pour une diffusion via internet : 264 documents sont numérisés en 2005 et accessibles via l’OPAC.

L’école d’architecture de Nantes doit  intégrer à partir de  2007 de nouveaux locaux, ce qui permettra au CERMA de repenser l’organisation de son centre de documentation, afin de mieux accueillir chercheurs et étudiants. Une estimation des surfaces nécessaires est donc réalisée dès 2003 par la documentaliste qui envisage un accueil plus important de visiteurs et demande 4 places de consultation, l’augmentation des surfaces de rangement à 53 m2 en 2006, 103 m2 en 2026 !

En 2002, le centre de documentation s’ouvre aux étudiants de l’école d’architecture afin de favoriser une meilleure pénétration des activités du laboratoire à l’enseignement.

En 2005, le fonds est principalement constitué de travaux issus des recherches du laboratoire (rapports, thèses, mémoires de DEA, articles), ou de recherches d’autres laboratoires : 910 ouvrage sont recensés, 420 rapports, 250 mémoires et thèses, 245 congrès et 660 articles. Le CERMA reçoit une cinquantaine de revues, dont 20 en abonnement avec de nouveaux titres en informatique.

Entre 2006 et 2009, dans le cadre du projet de déménagement de l’école d’architecture, un recensement des logiciels et documents numériques du laboratoire est effectué : les placards contiennent quantité  de logiciels et de machines n’étant plus utilisés. Ce recensement a permis de verser un certain nombre de ces logiciels et machines à un musée de l’informatique à Grenoble (Aconit) avant le déménagement.

En 2008 dans le cadre de la préfiguration du déménagement dans la nouvelle école d’architecture il est décidé que la documentation du laboratoire CERMA se transforme en centre de documentation recherche de l’école d’architecture de Nantes en accueillant la documentation du laboratoire GERSA,  groupe de recherche de l’ENSAN habilité en juin 2006 dont l’objet d’étude est la scénologie, et celle du laboratoire LAUA, fondé en 1991, spécialisé dans les approches socio-ethnographiques de la fabrique de l’urbain et des formes de l’urbanité . Avec l’aide d’une stagiaire, le recensement des besoins et la réflexion sur un nouveau plan de classement est alors lancé.

Une veille thématique bibliographique partagée sur la végétation dans l’espace urbain dans le cadre du programme VegDUD (Contrat de recherche terminé en Décembre 2013) est mise en place en 2009, via le logiciel Jabref puis transférée sous Zotéro. La documentaliste contribuera ainsi à une publication sur le projet VegDUD en 2014 (« Une ville verte »/Marjorie Musy. Quae, 2014).

Nouvelle école, nouveau centre !

Le nouveau centre de documentation verra le jour en 2010 : le changement de logiciel (Alexandrie vers Koha) a été réalisé, la mise en place du nouveau plan de classement aussi.Le centre de documentation est ouvert à tous les étudiants en master de l’école, la documentaliste participe aux formations des master et accompagne les doctorants …et tout cela avec l’aide d’une stagiaire et d’une documentaliste en CDD pendant un an.

Lors de l’emménagement dans les nouveaux locaux de l’école, plus de 1500 documents issus des fonds du LAUA intègre la bibliothèque recherche, des dossiers documentaires sur la ville de Nantes et la région sont constitués.

 

Plan niveau 1A Ensa Nantes
© Archibooks + Sautereau

Un don sur l’acoustique et l’éclairage et un autre concernant la modélisation et la synthèse d’image viennent enrichir le fonds.

Le nouveau plan de classement intégrant les fonds du LAUA a donc été réalisé, avec de nouvelles classes créées et la redéfinition du contenu de certaines classe comme  développement durable, l’architecture solaire, le paysage car les deux laboratoires en abordaient des facettes différentes qu’il fallait mettre en évidence ;  une signalétique est alors finalisée. La collection de CD-Roms devait aussi apparaître dans le plan de rangement.

En 2010, le catalogue de la bibliothèque recherche intègre un catalogue commun avec la bibliothèque des étudiants, avec une migration des données en juin, ce qui augmente la visibilité du centre auprès de ceux-ci qui le fréquente alors davantage. Le choix du logiciel s’est porté sur koha, qui permet de gérer les abonnements et les acquisitions, et comporte aussi des fonctions GED et mini-portail.

Les abonnements aux revues du LAUA restent gérés par la gestionnaire de l’équipe via Koha. Des étudiants de l’Ecole du Design sont  accueillis au centre de documentation.

Le dépôt dans les archives ouvertes HAL est préconisé et mis en place depuis 2008 : la collection du CERMA est ouverte, avec des articles déposés dans HAL. Les mémoires de Master 2 Sciences et Techniques des Environnement Urbains (STEU), master créé en 2006, spécialité Ambiances et Formes Urbaines (AFU) sont déposés dans la collection Dumas. La documentaliste administre donc la collection HAL et effectue le dépôt des masters 2 dans Dumas. Elle teste même en 2009 la manière dont Google Scholar moissonne l’archive HAL pour avoir une raison de plus d’inciter les chercheurs du laboratoire à déposer leur publications dans cette archive ouverte.

Le Scoop it du Cerma est lancé en 2010 : cet outil en ligne permet de mettre en place et de partager une veille d’informations sur les thématiques de recherche du laboratoire. Deux volets sont créés : un volet Ambiances et un volet Modélisation.

Le regroupement des deux laboratoires CERMA et LAUA en 2013 n’a par contre pas créé de nouveau poste, malgré le souhait de la documentaliste … dont c’est l’année de départ en retraite.

Le poste de documentaliste reste ensuite partiellement inoccupé jusqu’en septembre 2014 . Un contrat de recherche permet à une chercheure du CERMA de participer au travail sur la création d’un thésaurus sur les ambiances) et de gérer le quotidien du centre au départ de la documentaliste.

photo_arbre

En 2014 la fermeture de l’espace du centre de documentation est décidée par la direction de l’école dans une volonté de rapprochement des bibliothèques : le fonds de la bibliothèque recherche est déménagé durant l’été pour intégrer les espaces de la bibliothèque générale de l’école. Des mètres linéaires lui sont dédiés, avec un poste de consultation. Faute de place, les revues sont rangées dans les réserves de la bibliothèque ; seuls les derniers numéros sont disponibles en libre accès, grâce à l’achat d’un rayonnage.

 

 

2014 est aussi l’année d’un dépôt des archives scientifiques du CERMA et du LAUA aux Archives Départementales.

 

 

 


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.