La lettre de veille d’avril 2024 : la Déclaration de Barcelone sur l’information de recherche ouverte

Dans une déclaration publiée le 16 avril, plus de 30 organismes de recherche et de financement appellent la communauté à s’engager en faveur de plateformes gratuites pour tous, plus transparentes quant à leurs méthodes et sans restrictions quant à l’utilisation des données.

Pour Sorbonne Université, qui a mis fin à son abonnement à Web of Science l’année dernière et a opté pour la plateforme ouverte OpenAlex, cette déclaration “marque un tournant dans la production, le partage et l’utilisation des informations relatives au pilotage de la recherche scientifique et qu’en la signant, il s’agit de “montrer que non seulement cette évolution vers des informations de recherche ouvertes devrait être un objectif, mais qu’elle peut être réalisée ». Le Comité pour la science ouverte fait ainsi partie des signataires de la déclaration, alignée sur les conclusions du Conseil de l’Union Européenne de 2021 et sur les principes de la CoARA, qui demandent « l’indépendance et la transparence des données, de l’infrastructure et des critères nécessaires à l’évaluation de la recherche et à la détermination de son impact”. Les établissements français signataires au lancement de la déclaration sont : l’Agence Nationale de la Recherche, l’Université de Poitiers, l’Université Grenoble Alpes, l’Université Le Havre Normandie, l’Université Paris Saclay, l’Udice, l’UnilLaSalle et donc Sorbonne Université.

De nombreuses organisations se sont engagées publiquement à adopter des pratiques de recherche ouverte, mais continuent d’utiliser des sources de données bibliographiques fermées et commerciales pour l’analyse de la recherche, comme le rappelle Elizabeth Gadd (Loughborough University) dans l’article de Catherine Offord publié dans Science le 16 avril. L’annonce devrait « inciter un plus grand nombre d’organisations à joindre le geste à la parole », mais “signer ne veut pas dire appliquer écrit Hervé Maisonneuve  dans son blog le 23 avril.

Les “artisans”de la déclaration veulent  créer une coalition pour l’information ouverte sur la recherche (Coalition for Open Research Information) pour permettre aux organisations de travailler à cette transition. La création et la maintenance d’une base de données d’informations sur la recherche n’est pas simple,  et “au-delà des intentions, si louables soient-elles, se pose le problème de la mise en œuvre concrète des principes énoncés dans cette déclaration” : “il n’existe malheureusement pas de baguette magique capable de faire émerger l’écosystème technique permettant aux établissements d’atteindre aisément une telle maîtrise des données relatives aux activités de recherche écrit la communauté CRISalid, réunie autour du projet de conception et d’implémentation de modules logiciels constituants d’un CRIS (Current Research Information System). Pour ses membres, les orientations de la déclaration de Barcelone “ne peuvent se concrétiser que si les établissements parviennent à industrialiser la gestion des informations de la recherche et à fournir des services qui soient au moins aussi efficaces que ceux qui sont proposés dans le cadre des abonnements commerciaux“.

La Déclaration de Barcelone est par ailleurs citée parmi les initiatives concernant le suivi de la science ouverte dans le cadre du lancement du site web d’OSMI, l’initiative internationale pour le suivi de la science ouverte : le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, l’Université de Lorraine et Inria ont poursuivi leur engagement en faveur d’un meilleur suivi des indicateurs de Science Ouverte en fondant OSMI (Open Science Monitoring Initiative). Son objectif est d’abord de produire des principes communs et internationaux et de les assortir de spécifications techniques, mais également d’encourager le partage et la réutilisation des initiatives nationales et institutionnelles en la matière. L’organisation de l’initiative est actuellement en cours de développement.

 

Le reste de l’actualité :


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laurence Bizien (30 avril 2024). La lettre de veille d’avril 2024 : la Déclaration de Barcelone sur l’information de recherche ouverte. Lab & doc. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/10s5d


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/05/2024

    […] La lettre de veille d’avril 2024 : la Déclaration de Barcelone sur l’information de recherche o…. Dans une déclaration publiée le 16 avril, plus de 30 organismes de recherche et de financement appellent la communauté à s’engager en faveur de plateformes gratuites pour tous, plus transparentes quant à leurs méthodes et sans restrictions quant à l’utilisation des données. Pour Sorbonne Université, qui a mis fin à son abonnement à Web of Science l’année dernière et a opté pour la plateforme ouverte OpenAlex, cette déclaration “marque un tournant dans la production, le partage et l’utilisation des informations relatives au pilotage de la recherche scientifique“ et qu’en la signant, il s’agit de “montrer que non seulement cette évolution vers des informations de recherche ouvertes devrait être un objectif, mais qu’elle peut être réalisée ». […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search