[En hybride] 7e Rencontre autour de ma thèse avec Antoine Perron “La machine contre le métier. Les architectes et la critique de l’industrialisation du bâtiment (France, 1940-1980)” – ÉNSA de Paris-Belleville – 22 avril 2024

L’Ipraus/AUSser (Énsa de Paris-Belleville) vous convie à la 7e Rencontre autour de ma thèse : La machine contre le métier. Les architectes et la critique de l’industrialisation du bâtiment (France, 1940-1980)

qui aura lieu le lundi 22 avril 2024, 13h15-14h (30 mn échange doctorant/enseignants et 15 mn questions/réponses avec le public) en format hybride (en présentiel et en distanciel), au centre de recherche documentaire IPRAUS/AUSser à l’Énsa de Paris-Belleville (60, boulevard de la Villette, 75019 Paris, bâtiment B, 3ème étage).

Si vous ne pouvez vous déplacer, je vous donne le lien zoom afin d’y assister en distanciel :
https://zoom.us/j/95356182187?pwd=cXErNzlkRTRzNnRsMXFkdlpJd20zQT09
Code secret : 783810

Vous êtes étudiant, enseignant-chercheur de Paris-Belleville ou extérieur, vous êtes intéressé par le sujet et/ou pour vous lancer dans une thèse, venez échanger en toute convivialité. Cette rencontre est pleinement ouverte.

Vous pouvez venir avec votre sandwich.

Les intervenants

Antoine Perron, doctorant IPRAUS/AUSser sous la direction de Marie-Jeanne Dumont, échangera sur son parcours et sur son sujet de thèse.

Françoise Fromonot, Professeure en Théories et Pratiques de la Conception Architecturale et Urbaine à l’Énsa de Paris-Belleville, sera la discutante.

André Lortie, directeur de l’IPRAUS/AUSser, animera cette rencontre.

Cette thèse est en préparation à l’Université Gustave Eiffel, dans le cadre de l’École doctorale Ville, Transports et Territoires, en partenariat avec l’IPRAUS – Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique Société (laboratoire à l’Énsa de Paris-Belleville).

Résumé de la thèse

L’industrialisation du bâtiment recouvre un large ensemble de transformations techniques et économiques, incluant notamment la rationalisation et la mécanisation du travail, la standardisation et la préfabrication des éléments constructifs, la concentration des entreprises et la collaboration étroite entre concepteurs et constructeurs. Comme dans tous les autres secteurs économiques, le processus d’industrialisation tend à marginaliser certaines techniques et certains métiers, jugés archaïques. En France, au XXe siècle, les architectes ont considéré que leur rôle dans l’acte de bâtir était menacé par l’industrialisation. Ils ont donc développé un critique extrêmement riche de ce phénomène. Aux considérations strictement professionnelles se mêlaient des arguments esthétiques, techniques, sociaux, économiques et même environnementaux ou sanitaires. Cette thèse propose d’exhumer ces critiques qui, jusqu’alors, n’ont pas fait l’objet d’une étude historique approfondie. L’objectif de cette démarche est triple. Tout d’abord, elle vise à remettre en question les récits dominants faisant des « Trente glorieuses » une période de concorde et d’insouciance marquée par un zeitgeist productiviste. Ensuite, en élaborant une généalogie de la critique de l’industrialisation du bâtiment, elle cherche à mieux comprendre ses racines idéologiques, ses méthodes de persuasion, ses contre-projets, mais aussi ses limites et ses impasses théoriques. Enfin, elle permet de jeter les bases d’une histoire critique de l’industrialisation du bâtiment, histoire qui semble plus que jamais nécessaire à l’heure où les discours néo-industrialistes et techno-solutionnistes proposent à nouveau de résoudre les grands problèmes de l’Humanité par toujours plus de productivité.



Citer ce billet
Pascal Fort (2024, 29 mars). [En hybride] 7e Rencontre autour de ma thèse avec Antoine Perron “La machine contre le métier. Les architectes et la critique de l’industrialisation du bâtiment (France, 1940-1980)” – ÉNSA de Paris-Belleville – 22 avril 2024. Lab & doc. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4l9

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search