La lettre de veille de février 2024 : un engagement pour des bases de données bibliométriques ouvertes

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) a mis en place un partenariat avec la base de données OpenAlex en décembre dernier, comprenant un soutien financier et humain à la plateforme “pour l’aider à enrichir les données liées à la recherche française”. Frédérique Bordignon, bibliomètre à l’École des Ponts s’interroge sur ce “soudain engouement pour OpenAlex et pas (encore) pour des alternatives comme Lens ou Matilda.” Elle rappelle ainsi le désabonnement en janvier du CNRS à Scopus, la base détenue par Elsevier, dans le but d“opérer progressivement une bascule vers des outils bibliographiques libres et compatibles avec la politique de science ouverte de l’organisme”, “mentionnant OpenAlex comme l’une des alternatives possibles”. Alain Schuhl, Directeur général délégué à la science, explique qu’ “autant le CNRS a refusé de collaborer avec Web of Science, autant il est prêt aujourd’hui à soutenir financièrement des outils en open source et open access, comme il soutient les revues diamant ». Frédérique Bordignon présente dans son billet le résultat de ses tests : 93% des publications de son institution sont bien recensées par OpenAlex, mais le taux d’erreur d’affiliation reste élevé (environ un quart). Elle a donc “le sentiment de disposer d’un nouvel outil vertueux mais dont la fiabilité nous obligera encore et toujours à passer un temps déraisonnable à nettoyer les données. Est-ce le prix à payer par les bibliomètres et autres professionnels de l’IST pour assurer la transition vers des données bibliographiques ouvertes ?” Peut-on se passer du Web of Science ? questionne  Lucile Veissier dans un article de The MetaNews du 9 février : “De nombreux établissements dépendent d’onéreuses bases de données pour piloter leur recherche. Des pionniers travaillent aujourd’hui à les remplacer par des solutions “open”. Frédérique Bordignon demande aussi si “des organismes comme le CWTS au Pays-Bas ou l’OST (l’Observatoire des Sciences et Techniques du Hcéres) en France franchiront-ils un jour le pas pour les analyses qu’ils produisent ?”. Le CWST a sorti pour 2023 un classement basé uniquement sur des sources ouvertes : « La qualité des données n’est pas encore au niveau des bases commerciales comme Web of Science mais beaucoup de progrès ont été faits ces dernières années et OpenAlex va continuer à s’améliorer », explique Ludo Waltman, directeur délégué du CWTS Leiden (université de Leiden) qui appelle les établissements à se réapproprier les données des classements.

Le blog de l’Institut Pasteur revient pour sa part sur l’étude de COAlitionS concernant l’impact du plan S sur la communication scientifique, qui a “été l’occasion de tester la qualité de deux types d’échantillons de données bibliométriques : l’un provenant des éditeurs commerciaux (Elsevier et Clarivate) et l’autre provenant de sources libres d’accès (OpenAlex, Crossref, Unpaywall…)” : les résultats montrent que “les données issues des bases bibliométriques ouvertes étaient plus complètes et de meilleure qualité que celles des bases commerciales”, ce qui expliquerait en partie le désengagement de plusieurs institutions des bases de données commerciales, d’autant que le nombre d’organisations membres de la CoARA (Coalition on Advancing Research Assessment) ne cesse d’augmenter …

Dans le même blog (une mine !), un billet nous signale la nouvelle base de données Reformscape, développée dans le cadre du projet TARA (Tools to Advance Research Assessment) de DORA, qui rassemble les initiatives mises en place dans les établissements du monde entier pour une évaluation responsable.

 

 

Matilda, moteur de recherche académique fondé sur des données ouvertes et du logiciel libre cité par Frédérique Bordignon, fait justement l’objet d’un billet dans le blog des Outils Tice. Réalisé par Huma-Num, Matilda “redonne une place équitable aux contenus académiques exclus de certains outils propriétaires tels que Web of Science (WoS) et Scopus”, en se basant sur les bases de données et archives ouvertes (Crossref, Pubmed Central, ArXiv, et RePec, unPaywall et Orcid).

Et le 28 février, l’édition 2023 du Baromètre de la Science Ouverte a été publiée : 65 % des 160 000 publications scientifiques françaises parues en 2022 sont en accès ouvert en décembre 2023, soit un taux stable par rapport à l’année précédente (le baromètre prend en compte les publications ayant un DOI Crossref et/ou un identifiant HAL). 

Pour les autres actualités, c’est ici :



Citer ce billet
Laurence Bizien (2024, 1 mars). La lettre de veille de février 2024 : un engagement pour des bases de données bibliométriques ouvertes. Lab & doc. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vxx1

Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search