La lettre de veille de janvier 2024 : “Ce que l’Intelligence Artificielle change à l’Université”

Le 1er février, les BU de Nantes et la Chaire Unesco RELIA organisaient une journée d’études consacrée aux enjeux et aux usages de l’IA à l’université. Conférence, table ronde et ateliers ont tenté de répondre aux questions posées : “Cette évolution récente des usages implique-t-elle une transformation des pratiques à l’université ? Faut-il s’en emparer, la valoriser ou au contraire s’en méfier ? En quoi est-elle un atout dans nos pratiques quotidiennes professionnelles et personnelles ? Comment les bibliothécaires, les enseignants, la communauté universitaire dans son ensemble peuvent-ils accompagner au mieux ces nouveaux usages ?”.

Extrait de l’affiche de la journée d’études

Sujet de questionnement depuis plusieurs années, le lancement de Chat GPT en novembre 2022, en faisant sortir l’IA des laboratoires de recherche, a relancé le débat autour de l’Intelligence artificielle au sein des métiers de la documentation et dans l’ESR. Si certaines universités ont tenté d’interdire Chat GPT, accusé de faciliter la triche, d’autres préfèrent l’envisager comme outil pédagogique. Certains étudiants l’utilisent pour rédiger leur mémoire universitaire, alors le choix d’encadrer et non de bannir semble désormais le plus partagé. “Le dernier outil créé pour détecter un texte rédigé par une intelligence artificielle s’appelle Binoculars. Mais si c’est fiable, ce n’est toujours pas infaillible et ne satisfait donc pas la question des étudiants. Plusieurs universités ont d’ailleurs cessé d’utiliser ce genre d’outil” expliquait Anicet Mbida sur France Info le 30 janvier.

Il est cependant “nécessaire d’accroître le contrôle des processus d’évaluation des articles de recherche afin d’éviter que des articles rédigés avec ChatGPT soient publiés tels quels, mauvais usage qui est désormais fréquent y compris dans des revues diffusées par de grands éditeurs” écrivait Mbaye Fall Diallo dans la Revue française de gestion d’octobre 2023. Certains éditeurs comme la revue « Science » font désormais appel à un logiciel chargé de détecter dans les textes soumis des images potentiellement manipulées.

Revoir les finalités des formations et encourager un usage inclusif, telles sont les suggestions apportées dans le numéro de décembre 2023 de la Collection numérique, publiée par l’Amue, consacré à l’IA et l’enseignement supérieur. L’Urfist (Formation à l’Information Scientifique et Technique) de Lyon propose par exemple un stage le 13 février destinés aux  formateurs pour “accompagner les usagers sur la distorsion de l’information dans un contexte d’IA” dont les objectifs sont didentifier les incidences de l’IA sur la production et de l’accès à l’information et déterminer les médiations nécessaires à l’accompagnement des nouvelles pratiques en recherche d’information.

Christophe Deschamps, dans son blog “Outils froids“, recense les services de traitement de corpus documentaires via IA et ce que l’on peut concrètement en tirer : la promesse de ces solutions est de permettre aux étudiants et chercheurs de trouver rapidement des publications utiles à leurs travaux, tout en les aidant à les exploiter au mieux grâce aux modèles de langage. 

Avec “le déploiement grand public de ChatGPT, l’intelligence artificielle est devenu à la mode dans la recherche d’information, mais un certain nombre d’outils n’ont pas attendu pour mettre à disposition de la communauté académique des fonctionnalités IA, notamment sémantiques” rappelle Aline Bouchard en introduction de sa formation “Au-delà de ChatGPT” : moteurs de recherche IA et recherche d’informations académiques (ChatGPT, Bing, Perplexity, etc.), outils de recension bibliographique (Elicit, SciSpace, Consensus, etc.), outils d’analyse (Scite, ResearchRabbit, etc.) et d’autres outils d’assistance encore !

Le Guide pour l’usage de l’IA générative dans l’enseignement et la recherche de l’UNESCO aborde l’essentiel des enjeux connus actuels et fournit un portrait d’ensemble assez juste des défis posés. Sa lecture nous en est conseillée par Thot Cursus le 25 janvier.

La veille prospective sur l’innovation et le numérique réalisée par le ministère de la culture CultureNUM  signalait  dans son numéro de janvier le document rédigé en novembre par la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA) visant à « développer une réponse stratégique des bibliothèques à l’intelligence artificielle » : Developing a library strategic response to Artificial Intelligence. Ainsi, l’IA est vue comme une précieuse auxiliaire des bibliothèques par Jean-Philippe Moreux, expert scientifique à Gallica, la Bibliothèque nationale du Luxembourg propose un module de recherche via un agent conversationnel, qui explore une base de journaux numérisés, l’Université de Montréal recourt à l’IA afin de déchiffrer l’écriture souvent illisible de documents manuscrits du XVIIème siècle, un programme expérimental, mis au point dans un laboratoire de la Sorbonne, permet de parcourir les délibérations des chanoines de Notre-Dame de Paris …

Les réflexions sur le droit d’auteur face à l’intelligence artificielle se multiplient par ailleurs, les premiers jalons législatifs sont déjà posés et d’autres projets de textes – européens ou français – émergent … Les États membres de l’Union européenne ont ainsi approuvé vendredi 2 février une législation pour réguler l’intelligence artificielle (IA) qui prévoit un encadrement particulier des systèmes d’IA interagissant avec les humains (ChatGPT), avec une obligation d’information de l’utilisateur (“AI Act“). La table ronde du 20 décembre 2023, Le droit d’auteur au défi de l’intelligence artificielle organisée par la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat débattait sur les enjeux de cette législation.

En ce début d’année 2024, l’intelligence artificielle est bien un sujet d’actualité important ! Les autres actualités sont ici :



Citer ce billet
Laurence Bizien (2024, 3 février). La lettre de veille de janvier 2024 : “Ce que l’Intelligence Artificielle change à l’Université” Lab & doc. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vr1c

Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/03/2024

    […] La lettre de veille de janvier 2024 : “Ce que l’Intelligence Artificielle change à l’Universi…” Le 1er février, les BU de Nantes et la Chaire Unesco RELIA organisaient une journée d’études consacrée aux enjeux et aux usages de l’IA à l’université. Conférence, table ronde et ateliers ont tenté de répondre aux questions posées : “Cette évolution récente des usages implique-t-elle une transformation des pratiques à l’université ? Faut-il s’en emparer, la valoriser ou au contraire s’en méfier ? En quoi est-elle un atout dans nos pratiques quotidiennes professionnelles et personnelles ? Comment les bibliothécaires, les enseignants, la communauté universitaire dans son ensemble peuvent-ils accompagner au mieux ces nouveaux usages ?”. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search