Le séminaire ArchiRès 2023 à Rennes : forever Lab&docs

Le séminaire annuel ArchiRès était cette année organisé par l’ENSA Bretagne à Rennes, du 5 au 7 juillet : l’occasion pour les Lab&docs de se retrouver et de prendre contact avec le laboratoire de l’école organisatrice.

 

 

Le 5 juillet nous avions donc rendez-vous à la Maison de la recherche avec l’équipe du laboratoire de recherche GRIEF (Groupe de Recherche sur l’Invention et l’Évolution des Formes) à 11h, sur invitation de son directeur (Frédéric Sotinel) et en présence de Laëtitia Bouvier, Cheffe du service de la recherche et des partenariats. Après la présentation de notre groupe (collaboration avec ArchiRès, animation du groupe, projets collaboratifs et publications), plusieurs échanges se sont succédé : retours d’expérience sur les établissements publics expérimentaux (EPE), en particulier sur le partage et la mutualisation de ressources documentaires et de formations avec les universités, valorisation des fonds recherche et des thèses, l’obligation des dépôts dans HAL et de la rédaction de plans de gestion de données, rapport enseignement et recherche, formalisation d’une politique partenariale d’acquisition entre laboratoires et bibliothèques des écoles, compromis entre qualité graphique recherchée par l’édition architecturale et publication universitaire  … La présence des Lab&docs belges de la BAIU Bruxelles (UC Louvain) et de la bibliothèque de la  Faculté d’architecture La Cambre-Horta (ULB) a enrichi et ouvert la réflexion ! 7 Lab&docs étaient présents, rejoints par 2 collègues de la bibliothèque de l’Ensa Lyon, membres du réseau de signalement des thèses de doctorat de l’Abes, l’école étant opératrice depuis 2019 du diplôme.

Arrivée des Lab&docs

 

Un pique-nique s’est improvisé dans le jardin de l’école, suivi de l’accueil café du séminaire ArchiRès.

F. Acquier et L. Bizien (Lab&docs AAU), B. Colas-Bouyx (EnsaN), P.Fort (Lab&doc IPRAUS/AUSser)

L’intervention du directeur de l’école (Didier Briand) ouvrait le séminaire à 14h, l’après-midi étant consacrée au bilan annuel des groupes de travail du réseau (Portail, Coordination), des évolutions du système d’information documentaire et d’un point sur le Sudoc. Le directeur a rappelé que l’école de Bretagne, créée en 1905, était la 2e plus ancienne école de province et la 2e plus petite école d’architecture de France, avec le plus d’étudiants boursiers … L’école est installée depuis 1990 dans des locaux conçus par l’architecte Patrick Berger. Le groupe Coordination – le lourd dossier du SID (Système d’information documentaire) étant réglé – envisage d’inviter à nouveau ses partenaires aux réunions (ie les Lab&docs recherche et les partenaires francophones). 

Ouverture du séminaire par M. Didier Briand

3 rapporteurs de commission étaient aussi conviés à résumer l’actualité de leurs travaux : Audiovisuelle, Périodiques, Numérique. 

A 17h30, une visite du couvent des Jacobins et de son exposition en cours (« Forever Sixties ») était programmée : 80 oeuvres incarnant l’esprit des années 1960, avec une playlist de cent titres emblématiques sélectionnés par Etienne Daho présentée dans l’Atrium, qui n’a pas laissé insensible les Lab&docs …dont certains ont démarré une ligne de madison ! Une mise en jambe avant de sillonner les spectacles des Tombées de la nuit ?

Visite guidée de l’exposition “Forever Sixties”/ Musée des Jacobins, Rennes

Couvent des Jacobins, Rennes

 

La 2e journée du séminaire était thématique : “Centre de documentation et pédagogie dans les
ENSA : quel(s) positionnement(s) ?”

La première intervenante, Irène Bastard ( cheffe de projet – Publics et usages à la délégation à la Stratégie et à la Recherche /Bibliothèque nationale de France ) devait animer une réflexion sur le  « positionnement du centre de documentation dans l’enseignement de l’Architecture en ENSA à l’ère du numérique ». Docteure en sociologie, elle conduit des études de publics et accompagne les différents services de la BNF dans leurs réflexions sur les publics et les usages, notamment ceux du numérique. Dans son intervention “Etudier à l’ère numérique : lire, naviguer, accumuler, discuter“, elle a d’abord posé la question du “pourquoi lire pour étudier” et a évoqué les sociabilités qui se nouent dans les espaces de la bibliothèque (identité professionnelle), et le fait que le travail sur place y persiste car porteur d’un lien de socialisation important pour les doctorants, malgré la multiplicité des ressources en ligne. Citant l’ouvrage de Pierre-Michel Menger (Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Gallimard -Seuil, « Hautes études », 2009), elle relève le besoin de s’associer et de copier quelqu’un de plus célèbre que soi, l’originalité n’étant pas toujours payante, le chercheur oscillant entre compétition individualiste et coopération dans son travail. Les résultats d’une enquête menée en 2014 auprès des lecteurs de la BNF sont différents selon qu’il est doctorant (sentiment d’angoisse, risque de procrastination), chercheur (papillonnage et découverte des rayonnages), ou étudiant (insouciance, tout est de l’ordre du possible, joie de la découverte). Ces mêmes différences se retrouvent face aux collections d’imprimés et l’allocation du temps à consacrer à la découverte des fonds : la dimension physique peut être ressentie comme un immense luxe du possible (le chercheur aguerri sait qu’il ne pourra pas tout lire, la bibliothèque devient lieu de sérendipité) ou comme une incertitude dans le travail (comment ne pas se tromper dans ses lectures, nécessité de recommandations/prescriptions). Le choix de lecture fonctionne au gré des rebonds, des classements (livre le plus lu ou acheté) mais aussi des “mises en avant” proposées par les bibliothèques. Théorisée par Lucien Karpik en 2007, la notion de “dispositif de jugement” présente des similarités avec celle de “prescription” (“le travail documentaire : de l’étagère au rôle des pairs”) et rejoint l’utopie de l’horizontal et du participatif chère aux contributeurs de wikipédia et à l’origine de l’émergence des plateformes. L’effet du numérique ? L’aller-retour entre numérique et consultation in situ est toujours nécessaire, malgré la numérisation de nombreuses ressources et la mise en oeuvre de la fouille de textes et de données (TDM), qui permet d’identifier des informations parmi de larges quantités de données … L’accès aux ressources passe donc certes par les ressources électroniques, mais aussi par l’usage des catalogues de bibliothèques, dans un contexte de transformation de l’édition scientifique. La maîtrise des moteurs de recherche, des bases de données comme Cairn ou Persée, nécessite un accompagnement pour en connaître les contenus et modalités de requêtes. Les gestes du savoir, telle que la prise de notes ou le classement des ressources trouvées, sont à la fois individualisés grâce à différents outils  (Tropy, Zotero, power point) mais aussi collectivement discutés (skyblog, facebook, tweeter, wikipédia, forums). On parlera alors d’un apprentissage par la conversation, possible via tweeter, mais aussi par des moments d’échanges lors de la fréquentation du centre de documentation, voire de la machine à café !

Claire-Chantal Fouquet (Ensa Bretagne coordinatrice ArchiRès) présente Irène Bastard

Irène Bastard, Cheffe de projet Publics et usages à la BnF

 

 

 

 

 

 

A quoi rêvent les algorithmes / Dominique Cardon, Seuil, 2015

L’internet des familles modestes / Dominique Pasquier, Presses des Mines, 2018

L’économie des singularités/ Lucien Karpik, Gallimard, 2007

Aux sources de l’utopie numérique / Fred Turner, C&F éditions, 2021

Réseaux, libertés et contrôle. Une généalogie politique d’internet/ Benjamin Loveluck, Armand Colin, Paris, 2015

Grandir connectés : les adolescents et la recherche d’information/ Anne Cordier, C&F éditions, 2015

Voir les savoirs : lieux, objets et gestes de la science/Jean-François Bert, Jérôme Lamy, Anamosa, 2021

Le goût de l’archive à l’ère numérique/F. Clavert et C. Muller (dir.), La Gazette des Archives , 253, 2019

Le web français de la Grande Guerre : Réseaux amateurs et institutionnels/Beaudouin, Valérie (dir.) ; Chevallier, Philippe (dir.) ; et Maurel, Lionel (dir.).[en ligne]. Nanterre : Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018


Suite à cette intervention, une table ronde réunissant documentalistes, enseignants-chercheurs, étudiants devait répondre à deux questions : “Comment faîtes -vous vos enseignements avec le numérique ?”,  “Comment faîtes – vous vos enseignements avec le centre de documentation ?” Coté documentalistes (Bénédicte Colas-Bouyx et Camille Goi), la désertion de la bibliothèque par les étudiants en L1 est signalée, la notion de désherbage des fonds, le plagiat …; coté EC, sont évoqués la difficulté à interroger par mots clés, la plateforme SciHub … La façon de chercher en mode projet (intuitif), celle des chercheurs, est opposée au mode objet (plus rigoureux), celle des documentalistes. Plusieurs méthodologies sont présentées : lecture commune d’extraits de textes (sorte de reader digest) dans un premier temps, puis des ouvrages en entier ; mise en posture “cherchante” dans le cadre du projet architectural (les étudiants doivent trouver eux -même les références en lien avec le projet). Associer les documentalistes à l’enseignement semble important, en intégrant dans le cursus un cours sur la bibliographie : les collègues belges mentionnent ainsi leur association avec les enseignants à la note du mémoire de Master (la bibliographie est notée par les bibliothécaires). Les ressources numériques sont utilisées, tant pour la recherche de textes (HAL, Dumas, thèses.fr, Google Scholar, OpenEdition, eCAADe), ou d’images (Gallica). Les prescripteurs pour les références de livres sont énumérés : la liste de diffusion archi.fr, la veille de la bibliothèque, les libraires spécialisés, les notes de lecture des articles scientifiques, certains éditeurs, les personnes ressources (enseignants spécialistes), les réseaux professionnels thématiques et aussi les étudiants !

Anne Bondon, MC HCA EnsaB; Bénédicte Colas-Bouyx, bibliothèque Ensa Nantes ; Maxime Decommer, MC SHS EnsaB

Le déjeuner au bord de l’Ille a permis de poursuivre les débats !

L’après-midi commençait avec Marielle de Miribel (conservateur en chef honoraire, ancienne inspectrice des bibliothèques de la ville de Paris – Consultante) autour de « La posture du documentaliste d’une ENSA dans son environnement pédagogique ». Elle a présenté la notion de contrat triangulaire pédagogique, et de sa dynamique relationnelle, dont les 4 phases sont la phase provisoire (les gens projettent sur le groupe qu’ils vont intégrer), de retrait (le formateur doit donner la structure pour rassurer), adaptative (je regarde les gens autour de moi), opérative (je vais faire partie d’un groupe et me mettre en opposition aux autres groupes). La confiance réciproque est essentielle. Les besoins identifiés sont ceux d’une structure (besoin de sécurité, de structure spatiale, théologique), de reconnaissance (en tant que personne, qualité de travail, créativité, investissement, capacité à avoir un but stratégique, des idées, de relever un défi, …) et de stimulation intellectuelle.  5 portes relationnelles guident les comportements (verte : action ; bleu : vision claire, monde des idées ; rouge : lien, affectivité, compréhension ; jaune : abondance, satisfaction et blanche : vide en attente de réceptivité).

 

Marielle de Miribel, Conservateur en chef des bibliothèques

 

 



 

 

 

3 ateliers prolongeaient cette réflexion entre documentalistes, enseignants-chercheurs, étudiants et collègues du service des études : “Appropriation du programme pédagogique”, animé par Marielle de Miribel, “Recherche et recherche documentaire”, animé par Irène Bastard et Sylvie Pourre (EnsaB), “Formation des étudiants, un objectif commun”, animé par Claire-Chantal Fouquet.

B. Bsaiti (Lab&doc CDENA Raba), Gabriel Pascoal (Lab&doc BAIU UCL-Bruxelles)

 

Comme chaque année, des visites architecturales avaient été prévues par nos hôtes : les séminaristes se sont répartis en 3 groupes, certains choisissant de découvrir le FRAC Bretagne, d’autres le palais du Parlement de Bretagne de Salomon de Brosse avec ses plafonds à la française et ses boiseries sculptées et dorées, bâtiment emblématique pour les bretons, qui a bravé les flammes en 1994.

J’ai choisi de suivre le parcours des mosaïstes italiens Odorico (décors d’entrée, façades et sols de boutique) passant de la piscine Saint-Georges, aux arcades de l’opéra, à la façade de l’immeuble Valton, sans oublier la maison Odorico ou l’immeuble Poirier …

A 19h45, nous étions tous attendus à l’école pour un dîner, précédé d’un apéro/hommage à deux collègues partants en retraite cette année, dont une Lab&doc … C’est avec une émotion partagée que nous avons donc salué la carrière de Geneviève Blondiau (directrice de la BAIU UC Louvain), membre du réseau ArchiRès depuis 1990 et de notre petit groupe depuis 2012 …Geneviève a reçu son diplôme de Lab&doc honoraire.

Lab&Doc for ever !

Le vendredi matin intervenait Sophie Derrot (directrice adjointe du département de la bibliothèque et de la documentation de l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA)) sur l’avancée du projet de portail du Réseau français des bibliothèques d’art et d’histoire de l’art BibArt. Créé en 2019, il rassemble plus de 130 établissements dans toute la France, est animé et piloté par l’INHA. ArchiRès est l’un des réseaux partenaires ( avec le réseau des bibliothèques des musées nationaux (RBMN) et celui des Bibliothèques d’écoles d’art en réseau (BEAR)). D’autres bibliothèques hors réseaux complètent celui-ci. Le réseau a mis en place une liste de diffusion et organise des rencontres professionnelles, de deux types (catalogueurs, bibliothèques). Des membres ArchiRès y interviennent régulièrement  : en 2023, “La commission des périodiques du réseau ArchiRès et le signalement des revues d’architecture” par Philippe Ricchiero (Ensa Clermont-Ferrand) et Sandra Boussaguet (Ensa Toulouse) ; “L’indexation avec le thésauraus ArchiRès, ses spécificités, sa pertinence et ses limites à l’ère du numérique” par Claire-Chantal Fouquet  (co-coordinatrice ArchiRès) et Florian Descamps (Ensa Nancy); en 2022, “La recherche documentaire méthodologique, pierre angulaire pour un parcours de formation optimisé, fluide et pertinent : un levier de performance pour tout apprenant” par Odile Souber (Ensa Versailles), table ronde sur “les portails documentaires : quelles offres numériques pour quels besoins?” avec Sophie Annoepel-Cabrignac (cheffe de projet du système d’information documentaire ArchiRès). Le portail a été construit sur le modèle Urbis et propose une recherche via une carte avec des entrées localisation, domaines, publics, périodes couvertes, aires géographiques, type de bibliothèque et de documents. Mentionner les centres documentaires des laboratoires de recherche dans les notices des Ensa a été suggéré …Des libguides (guides de recherche et actualités), sur le modèle de ceux proposés par l’Enssib, seront disponibles. 

Sophie Derrot (directrice adjointe du département de la bibliothèque et de la documentation INHA)

Sophie Annoepel-Cabrignac faisait ensuite un point sur les projets 2023-2024 du réseau (intégration de l’Institut Méditerranéen de la Ville et des Territoires (IMVT), RENATER, partenariat avec l’ADAV, création d’une commission formations …). 2 rapporteurs de commission concluaient : Didier Tourade (cartothèque IPRAUS/AUSser) et Odile Souber (Ensa Versailles) évoquaient les travaux en cours de la Commission Cartes et plans et le rapprochement avec les enseignants, Florian Descamp (ENSA Nancy) le projet de trouver un nouvel outil de gestion pour le thésaurus (Ginco actuellement) et les correspondances entre le thésaurus ArchiRès et le vocabulaire Rameau.

Ce séminaire a permis aux Lab&docs de retrouver leurs collègues francophones (Bruxelles et Raba), avec déjà de futures rencontres envisagées. Il nous reste à remercier l’Ensa Bretagne pour son accueil, avec une belle participation de l’ensemble de ses communautés (documentalistes, enseignants-chercheurs, collègues ATS, étudiants). Trugarez vras  deoc’h holl !

Maskotenn Naoned a oa eno ivez :

 

Didier Tourade (IPRAUS/AUSser) rejoint notre groupe …

Billet rédigé grâce au partage de notes et de photographies de P. Fort et F.Acquier, ainsi que des photographies d'Isabelle Vanderhoeven (Lab&doc BAIU Bruxelles) et de Sylvie Pourre (Ensa Bretagne)


Citer ce billet
Laurence Bizien (2023, 1 septembre). Le séminaire ArchiRès 2023 à Rennes : forever Lab&docs. Lab & doc. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo4m

Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search