La lettre de veille de mai 2023 : “Realize the possibilities of open science”

En juin, le Bureau de la politique scientifique et technologique (OSTP) de la Maison Blanche organisera une série de sessions (“Realize the possibilities of Open science“) afin d’explorer les perspectives et opportunités pour faire avancer la science ouverte aux États-Unis et les solutions qui pourraient être mises en œuvre par le gouvernement américain.Ces sessions sont organisées dans le cadre de l’Année de la science ouverte, annoncée par la Maison Blanche en janvier 2023. Parce que le “mouvement” de l’Open science est une prise de position de la communauté scientifique internationale, je vous propose un petit tour du monde de son actualité, plutôt riche en mai …

A noter, la déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA) a eu 10 ans le 16 mai  : pour marquer l’occasion,  la communauté internationale était invitée à organiser une semaine d’événements afin d’examiner l’impact de DORA sur la réforme de l’évaluation de la recherche et les défis restant à relever. L’occasion aussi de rappeler les avancées et le plan d’action de Dora sur la sensibilisation des acteurs, sur le développement de mesures concrètes et sur le financement de la réforme de l’évaluation.

Pour rester sur le continent américain : La Commission canadienne pour l’UNESCO a annoncé que Vincent Larivière (Université de Montréal) sera le titulaire de la première Chaire UNESCO sur la science ouverte. Les travaux de recherche de la chaire, en collaboration avec 17 partenaires de 10 pays différents, ont pour objectif de faire avancer la compréhension de la science ouverte sous toutes ses formes, et des répercussions de la diffusion de connaissances scientifiques à l’échelle nationale et internationale. Cette annonce a été faite à l’occasion du 90e Congrès de l’Acfas (Association francophone pour le savoir) à l’issue de la table ronde sur les enjeux linguistiques et le multilinguisme dans le cadre de la recommandation de l’UNESCO sur une science ouverte. La question de savoir “si la langue anglaise se maintiendra en tant que lingua terra de la recherche et des publications scientifiques dans le monde” y était ainsi posée, alors que Jean-Hugues Roy, Professeur à l’UQAM, venait de rappeler le 9 mai dans un article de The Conversation qu’en 2023 “le Québec devrait compter un plus grand nombre de thèses et de mémoires publiés en anglais qu’en français”. Le 18 mai, l’Association des bibliothèques de recherche du Canada (ABRC)  publiait un  Cadre national de revendication pour les ressources éducatives libres au Canada, visant à promouvoir l’adoption et le soutien des ressources éducatives libres (REL) dans l’ensemble du pays.

Le COAR Annual Meeting 2023 s’est tenu à San José (Costa Rica) du 16 au 18 mai Le thème en était “Durabilité et innovation dans les communications savantes”. Marin Dacos y intervenait en tant que Keynote speaker :Do we really need another 30 years to achieve open science?

Autre continent : le colloque international Science ouverte au Sud « Gestion et ouverture des données de la recherche : panorama et perspectives en Afrique » s’est déroulé en octobre 2022, à Cotonou au Bénin. Des recommandations pour le développement de la science ouverte sur le continent africain ont été mises à disposition sur le site du colloque.

Et hop, on part à Sendai au Japon où les ministres de la recherche et de la technologie du G7 se sont réunis du 12 au 14 mai. Ils y ont fait une déclaration soutenant la Science ouverte et définissant trois priorités : les infrastructures de la science ouverte, la réforme de l’évaluation de la recherche, et la recherche sur la recherche afin d’élaborer des politiques scientifiques ouvertes fondées sur les résultats de la recherche. Un groupe de travail du G7 sur la science ouverte poursuivra les travaux pour coordonner le développement des politiques de science ouverte dans les pays membres. La déclaration finale des ministres en français est sur le site du MESRI depuis le 15 mai.

Je vous signale aussi deux anniversaires :

Les 10 ans de Zenodo le 8 mai, qui compte désormais plus de 300.000 utilisateurs issus de plus de 7500 organisations et de 153 pays. Ce service du CERN (European Organization for Nuclear Research), issu d’une collaboration avec OpenAire (OpenAIRE Orphan Record Repository), financé par la Commission Européenne, a été lancé en 2013 (renommé Zenodo en 2015).

Les 20 ans de DOAJ le 12 mai, le répertoire des revues en open access …

Retour en Europe, donc : Le Conseil de l’Union européenne s’était donné l’objectif de faire en sorte que la recherche européenne puisse bénéficier d’un accès ouvert à un maximum de publications scientifiques.  Un texte a été approuvé le 23 mai et la déclaration publiée. L’institution y souligne l’importance de la publication à but non lucratif et pousse ses états membres et la Commission à les financer, tout en reconnaissant la variété des situations, comme celle des sciences humaines et sociales. Cette conclusion a été saluée par l’EUA, Liber, l’ANR et la Coalition S…

Logo de la présidence suédoise

Le 26 mai, la Commission européenne est venue “échanger avec le CNRS sur le futur de l’European Open Science Cloud (EOSC), qui offre aux scientifiques de toutes disciplines un catalogue de services mutualisés pour la science ouverte”. Cette rencontre s’est effectuée à la suite de l’AG de l’association qui se tenait à Bruxelles les 22 et 23 mai. L’INSHS du CNRS s’appuie sur EOSC par exemple pour le projet GoTriple.

Et pour les infos françaises et autres actualités, c’est ici :

 



Citer ce billet
Laurence Bizien (2023, 4 juin). La lettre de veille de mai 2023 : “Realize the possibilities of open science” Lab & doc. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo4i

Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search