11 décembre : le calendrier de l’avent de Lab&doc !

Pour le 345 ème jour de l’année, je vous propose de découvrir le : « Web sémantique ! »

« Le Web sémantique vise à faciliter l’exploitation des données structurées, pour donner du sens au contenu des pages Web, en permettant leur interprétation par des machines. Il ne s’agit pas d’un web à part, mais plutôt d’une extension ou d’une amélioration du Web courant où chaque donnée acquiert un sens défini, afin de créer un réseau d’informations structurées, disponibles en ligne et facilement réutilisables. L’ensemble repose sur des normes, des standards ouverts comme RDF et SPARQL, et des recommandations évitant ainsi redondances, conversions lourdes et permettant la traçabilité des données sources.
Les enjeux en bibliothèques sont multiples. Outre la nécessité d’apporter du sens au web et donc de positionner l’institution dans la société de l’information, la « sémantisation » du web permet une meilleure interopérabilité et échange des données, leur enrichissement, une exploitation plus fine et une plus grande visibilité répondant, de fait, aux exigences de signalement des collections et de présence en ligne. En tant qu’institutions, elles peuvent apporter une valeur ajoutée certaine dans la validité des données apportées (source, date), la pérennité des accès et citations (ARK, autres identifiants) et leur utilisation par des tiers (tradition d’une offre de services, désintéressement financier).[…]En France, les premières expérimentations concrètes dans le domaine des bibliothèques furent l’inclusion de données en RDFa dans le catalogue Calames (Catalogue en ligne des archives et manuscrits de l’enseignement supérieur) et la publication expérimentale de RAMEAU en SKOS dans le cadre du projet européen TEL Plus. Depuis 2001, la Bibliothèque nationale de France regroupe toutes les informations issues de ses différents catalogues, ainsi que de sa bibliothèque numérique Gallica, à travers le site data.bnf.fr. Ce n’est donc plus le catalogue qui importe, mais à travers cette ouverture sur le web de données, l’accent est mis sur les ressources (contenus, liens, services forment une unité documentaire). »

(Dictionnaire de l’Enssib)

                                                                                    Reed Sturtevant, semantic Web

« Les vocabulaires scientifiques et techniques qui sous-tendent la production documentaire et en garantissent la qualité constituent de plus en plus, dans le contexte du web sémantique, les outils indispensables à une navigation intelligente. » Le ministère de la Culture et de la Communication a ainsi développé lapplication GINCO (Gestion Informatisée de Nomenclatures Collaboratives et Ouvertes) , une application multi-utilisateurs permettant la conception et la gestion au fil de l’eau de multiples listes d’autorités, taxonomies ou thésaurus .

jar [o] « Ginko »

Le thésaurus Archirès est depuis 2016 déposé dans la plateforme de données ouverte du ministère de la culture!

Ressources :

  1. La bibliographie sélective de la BNF
  2. une vidéo sur le sujet (BNF)
  3. le site internet de la transition bibliographique des catalogues

 

 


Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.