Les éditeurs prédateurs: savoir les reconnaître

Depuis quelques années, les chercheurs et les étudiants doivent faire face aux éditeurs prédateurs. De plus en plus présents, très actifs, il est important de savoir les reconnaître.

Il existe plusieurs types d’éditeurs prédateurs : les éditeurs qui abusent de la Voie Dorée et les réservoirs de livres.

Les abus de la Voie Dorée

L’open access (appelé aussi « libre accès ») est un mode de diffusion des publications scientifiques. Les lecteurs peuvent accéder aux publications numériques gratuitement et dans le respect des droits d’auteurs. Dans le monde de l’open access, on distingue la Voie Verte et la Voie Dorée. Dans la Voie Verte, les auteurs déposent eux-mêmes leurs publications sur des plateformes appelées Archives ouvertes, telles que HAL ou OpenAire. C’est une démarche d’auto-archivage. Dans la Voie Dorée, l’article est mis à disposition gratuitement pour les lecteurs, mais l’auteur doit payer pour sa mise en ligne1.

Qu’est-ce que la Voie Dorée ?

Dans ce que l’on appelle la Voie Dorée, l’auteur (ou son institution), paie pour la publication de son article. Cet article sera ensuite accessible gratuitement sur Internet.

Ce mode de diffusion a plusieurs avantages. En effet, la diffusion se fait à un large public et les revues utilisant ce mode de diffusion, l’Open Access Gold, pratiquent en général le peer-review, assurant ainsi la qualité scientifique de la revue.

Cependant, ce mode de publication présente aussi certains inconvénients. Il y a en effet un risque de dérives économiques : l’éditeur peut être tenté d’accepter plus d’articles au détriment de la qualité scientifique. D’autre part, la Voie Dorée pose aussi la question du droit de publication pour les chercheurs sans ressources propres. Le chercheur qui n’a pas de fonds pour publier n’aura pas ou peu de publications diffusées donc moins de possibilités d’obtenir des fonds pour des projets futurs, etc.

Pour en savoir plus sur les modèles Open Access Green et Gold : http://www.cnrs.fr/inp/spip.php?article3547

Comment les éditeurs prédateurs détournent la Voie Dorée

Le but d’un éditeur prédateur est de gagner de l’argent. Pour lui, le produit de la recherche n’est qu’un produit commercial comme un autre. De ce fait, les éditeurs prédateurs demandent souvent des frais de publication élevés. En outre, les éditeurs prédateurs n’offrent pas de réel service de peer-review : quelle est la validité scientifique des articles publiés par ces éditeurs ?

Les éditeurs prédateurs font de fausses promesses de diffusion dans de grandes bases de données ou tentent de faire passer de simples moteurs de recherche pour des bases de données scientifiques.

Pour en savoir plus: http://blogusoperandi.blogspot.fr/2013/10/open-access-week-eviter-les-pseudo.html

Les réservoirs de livres

Les éditeurs de type « réservoir de livres » procèdent souvent par spam. Ils contactent des listes d’étudiants qui ont déposé un mémoire ou une thèse, mais aussi des chercheurs. Les listes de mails sont récupérées automatiquement et les auteurs (ou la personne qui a déposé le fichier dans la base de données, comme la documentaliste de la bibliothèque de l’UFR dans laquelle vous avez passé votre mémoire mais dont le mail apparaît en bas de la notice Dumas ou HAL…) sont contactés massivement avec une proposition très alléchante2.

Ces éditeurs ne font aucun tri dans la liste d’auteurs qu’ils contactent. Il n’y a donc aucun système de peer-review… et donc aucun gage de qualité pour le travail des auteurs qu’ils éditent !

Le prix de vente des ouvrages est souvent exorbitant. La démarche visant un intérêt financier (et non la diffusion du savoir), l’éditeur privilégie une diffusion restreinte mais à prix élevé3.

Enfin, très souvent les auteurs ne perçoivent des revenus sur les ventes de leurs productions que si le total des ventes dépasse un certain montant par mois… autant dire qu’ils ne perçoivent jamais de revenus !4

Les risques

Quand on est étudiant, que l’on reçoit un message très alléchant d’un éditeur nous disant que notre travail est d’une telle qualité qu’il aimerait l’éditer, on peut se laisser tenter. Ce n’est pas pour rien que les étudiants sont la cible privilégiée de tels éditeurs. Quels sont les risques à leur faire confiance ?

Les éditeurs prédateurs ne proposent pas de réel système de relecture par les pairs. Les articles qu’ils publient n’ont aucune garantie scientifique. Leur réputation n’est pas très bonne et, loin d’ajouter une plus-value à un CV, ils risquent fort de l’entacher pour plusieurs années5.

Ces éditeurs n’apparaissent pas dans les bases de données scientifiques, l’éditeur se contentant de mettre en vente les PDF fournis par l’auteur sur Amazon6.

Enfin, vous avez rédigé un mémoire dans le cadre de vos études. Mais avez-vous obtenu l’accord des auteurs des photos, des illustrations, des graphiques… contenus dans votre écrit pour une utilisation commerciale ? Attention : en signant un contrat de cession de droits d’auteurs pour diffusion commerciale, vous devenez seul responsable devant la loi…7

Demandez-vous toujours pourquoi vous publiez : est-ce uniquement pour ajouter une ligne à un CV ou est-ce pour partager un savoir ?

Comment les reconnaître ?

Un seul mot d’ordre : INFORMEZ-VOUS !

Vérifiez les promesses des éditeurs ! Les listes des revues présentes dans les grandes bases de données sont disponibles sur les sites web de ces dernières.

Scopus : https://www.scopus.com/sources?zone=&origin=NO%20ORIGIN%20DEFINED

Web of science : http://ip-science.thomsonreuters.com/mjl/?utm_source=false&utm_medium=false&utm_campaign=false

EBSCO : https://www.ebscohost.com/title-lists

Liste des revues reconnues par le HCERES

Publiez de préférence chez des éditeurs respectueux du travail des chercheurs, qui signent un code de conduite et en accès ouvert, comme les membres de l’Open Access Scholarly Publishers Association.

Vérifiez aussi que les bases de données avancées par l’éditeur sont réellement des bases de données scientifiques de renom… Observons de plus près les soi-disant bases de données internationales dans lesquelles les articles seront référencés (exemples pris au hasard parmi les revues listées sur le site de Jeffrey Bealls) :

CrossRef : agence d’enregistrement des DOI (Digital Object Identifier). Le DOI permet une identification du document sur le long terme en lui attribuant une URL pérenne. N’importe qui, en payant, peut créer un DOI pour sa publication. Ce n’est pas un gage de qualité scientifique.

CrossCheck : quelqu’un connaît ?

Cabell’s : métamoteur spécialisé dans les publications scientifiques et proposant des analyses bibliométriques des articles recensés. Ce n’est pas une base de données, seulement un moteur de recherche.

Google Scholar : moteur de recherche spécialisé dans les publications scientifiques. Le site ne fait que recenser les publications et n’intervient en aucune manière sur la validation de la publication.

Open J-Gate : ancienne base de données de journaux en libre accès, disparue depuis 2012.

EBSCO : base de données scientifiques donnant accès à de nombreuses revues de qualité. Seul problème : aucune revue de l’éditeur n’apparaît dans la base de données EBSCO… L’information avancée est fausse.

Journal Seek : moteur de recherche spécialisé dans les publications scientifiques. Le site ne fait que recenser les publications et n’intervient en aucune manière sur la validation de la publication. Si l’article n’a pas été déposé sur une base de données scientifique, il n’apparaîtra jamais dans le moteur de recherche.

OCLC : l’OCLC produit Worldcat, un agrégateur de catalogues de bibliothèques au niveau mondial. Il suffit qu’une bibliothèque ait acquis un numéro d’une revue diffusée par un éditeur prédateur pour que celle-ci apparaisse dans cette base de données.

Les autres bases de données listées n’ont pas plus d’implication dans la validation des articles que celles-ci. Il s’agit pour la plupart de moteurs de recherche. La seule référence sérieuse est fausse (la liste des revues publiées sur EBSCO est disponible ici).

Vérifiez la présence d’un comité éditorial sur le site web de la revue et pensez à vérifier le sérieux des membres de ce comité (existent-ils ? qu’ont-ils publié ?).

Pensez à vérifier l’éditeur générique et pas seulement le nom de la revue.

La liste des éditeurs prédateurs mise à jour par Jeffrey Beall, bibliothécaire à l’université de Colorado Denver a été supprimée. Une archive est disponible ici:https://web.archive.org/web/20170112125427/https://scholarlyoa.com/publishers/

Sur son site, il a aussi publié son expérience d’enquête sur un éditeur : vérification de la présence dans les bases de données, vérification des membres du comité éditorial, vérification des adresses de contact…

L’intégralité de l’enquête est consultable ici: http://web.archive.org/web/20161222032647/https://scholarlyoa.com/2014/01/09/questionable-oa-publisher-launches-with-a-clever-website-and-52-new-journals/

Pour une liste assez complète des indices caractérisant les éditeurs prédateurs, vous pouvez consulter l’article du Cirad : http://coop-ist.cirad.fr/aide-a-la-publication/publier-et-diffuser/eviter-les-editeurs-predateurs/2-indices-caracterisant-de-potentiels-editeurs-predateurs

Liens utiles

AE&CC – Panorama des sources en architecture et pratiques éditoriales : https://aecc.hypotheses.org/698

Blogus operandi – Eviter les pseudo-revues scientifiques d’éditeurs prédateurs : http://blogusoperandi.blogspot.fr/2013/10/open-access-week-eviter-les-pseudo.html

Les archives du blog de Jeffrey Beall : http://web.archive.org/web/20161220164228/https://scholarlyoa.com/

Et plus particulièrement sa liste des éditeurs prédateurs : https://web.archive.org/web/20170112125427/https://scholarlyoa.com/publishers/

Cirad –  Eviter les éditeurs prédateurs: http://coop-ist.cirad.fr/aide-a-la-publication/publier-et-diffuser/eviter-les-editeurs-predateurs/1-qu-est-ce-qu-un-editeur-predateur

Service documentation de l’EHESP – Editions Universitaires Européennes EUE – Position de la bibliothèque de l’EHESP : http://documentation.ehesp.fr/2012/09/editions-universitaires-europeennes-eue-position-de-la-bibliotheque-de-lehesp/

INRS – Comment se prémunir contre les éditeurs prédateurs : http://sdis.inrs.ca/editeurs-predateurs

Bibliothèque de l’université de Genève – Editeurs prédateurs : https://www.unige.ch/biblio/openaccess/fr/accueil/editeurs-predateurs/

Et éditeurs douteux : https://www.unige.ch/biblio/openaccess/fr/accueil/publication-dune-these/

COPE, Committee on Publication Ethics – guidelines: http://publicationethics.org/resources/guidelines

Investigating journals: The dark side of publishing: http://www.nature.com/news/investigating-journals-the-dark-side-of-publishing-1.12666

 

Cite this article as: Murielle Serlet, "Les éditeurs prédateurs: savoir les reconnaître," in Lab & doc, 14/03/2017, https://labedoc.hypotheses.org/124.

  1. Pour en savoir plus sur l’open access: http://openaccess.couperin.org/category/open-access/comment-definir-lopen-access/ []
  2. https://www.puq.ca/blogue/2011/05/mise-en-garde-vdm-verlag-ou-editions-universitaires-europeennes/ []
  3. http://www.fabula.org/actualites/les-editions-universitaires-europeennes-du-stock-de-livres-au-stock-d-auteurs_39190.php []
  4. https://www.puq.ca/blogue/2011/05/mise-en-garde-vdm-verlag-ou-editions-universitaires-europeennes/ []
  5. http://coop-ist.cirad.fr/aide-a-la-publication/publier-et-diffuser/eviter-les-editeurs-predateurs/4-publier-dans-une-revue-predatrice-consequences-pour-le-chercheur []
  6. http://documentation.ehesp.fr/2012/09/editions-universitaires-europeennes-eue-position-de-la-bibliotheque-de-lehesp/ []
  7. http://documentation.ehesp.fr/2012/09/editions-universitaires-europeennes-eue-position-de-la-bibliotheque-de-lehesp/ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.