CR des Rencontres Lab&docs 2022 : les archives de la recherche, décembre 2022

Les Rencontres 2022 des Lab&docs se sont déroulées en format hybride les 12 et 13 décembre dans les locaux du laboratoire AHTTEP autour de retour d’expériences, au sein des laboratoires et écoles, de notre usage du référentiel AURORE et de la gestion des archives sonores.

Lundi 12 décembre

Le laboratoire AAU ouvrait ces journées, avec la présentation de la mise en oeuvre de la collecte et du classement des archives intermédiaires de l’équipe nantaise CRENAU, et celle de la préparation du versement des archives du fondateur de l’équipe CRESSON.

Laurence Bizien : "Les archives du CRENAU :  traçabilité des activités de recherche et gestion des connaissances " 
Françoise Acquier : "Un chercheur part à la retraite, que faire de ses archives ? L'exemple de JF Augoyard, fondateur de l'équipe AAU-CRESSON"

Après ce retour d’expériences, Alice Perrin (Université de Strasbourg), coordinatrice du GT archives de la recherche et Océane Valencia (Sorbonne Université), présidente de la section Aurore, ont présenté les travaux du groupe de travail “archives scientifiques” de la section AURORE de l’AAF, à savoir la section des archivistes des universités, de rectorats et d’organismes de recherche de l’association des archivistes français. L’AAF comporte environ 2500 membres ; le réseau AURORE, créé en 2007, a rejoint l’AAF en 2012. Il regroupe actuellement 300 adhérents, avec plus de 100 organisations membres de la section. Ses axes de réflexion prennent corps au sein de groupes de travail thématiques comme le groupe “Archives scientifiques” qui existe depuis plus de 10 ans. Enquêtes sur les différents thèmes d’études et livrables pour aider les archivistes à appréhender leurs archives sont produits par la section, telles les fiches pratiques relatives à la prise en charge des archives d’une unité mixte de recherche (UMR)(2017), sur les bonnes pratiques pour la gestion d’archives numériques de la recherche scientifique, la gestion d’un vrac d’archives d’un chercheur et d’un laboratoire (2019)…Le GT Archives scientifiques opère une réflexion sur les données de la recherche et en a ainsi rédigé en 2017 une définition, nécessaire aux échanges avec les communautés des métiers qui gèrent les données, avec des compétences particulières. Les archivistes se sont en effet trouvés face à différentes conceptions auprès des autres acteurs de la recherche, notamment les chercheurs et les bibliothécaires, chaque laboratoire ayant par ailleurs un fonctionnement qui génère des archives spécifiques. Le GT a des liens avec les différents organismes de bibliothécaires (ADBU), ainsi qu’avec l’INIST-CNRS (le référentiel est publié sur le site de Doranum depuis 2019). Depuis 2020, il est membre du Comité pour la science ouverte. Une plaquette pour les chercheurs et organismes de recherche, « 7 idées reçues sur les archives de la recherche », a été rédigée en 2017 pour sensibiliser les producteurs d’archives de la recherche, et peut être adaptée. La plaquette dispose d’une version anglaise, la section étant ouverte à l’international ! Une formation spécifique sur les archives de l’enseignement supérieur et de la recherche est aussi proposée depuis 2020 dans le catalogue de  l’AAF. Le groupe souhaite la refonte du référentiel, dans une logique disciplinaire et moins générale: sa reprise a démarré en 2020 et inclura par exemple les cahiers de laboratoire, les données de l’archéologie (2020) et l’ajout de nouvelles colonnes (données personnelles, PGD, DUA physique/numérique, format de fichier).  Il souhaite aussi sensibiliser davantage les archivistes des institutions de recherche et d’enseignement supérieur avec une fiche sur le rôle des archivistes au sein d’un projet de gestion de données de la recherche, mais aussi les chercheurs avec une plaquette axée sur les SHS. Il est rappelé que le tri doit être fait par l’archiviste au moment du dépôt et que la rencontre avec le chercheur et son équipe est essentielle …

Alice Perrin, Océane Valencia : Les travaux du groupe de travail "archives scientifiques" de la section AURORE de l'AAF"

La matinée s’achevait autour de la présentation du traitement des archives de l’ENSA Marseille, entrepris dans le cadre du déménagement de l’école en 2015.  Emmanuelle Poullard, aide documentaliste, y consacre 3 journées par semaine. Pour l’instant, les archives des laboratoires ne sont pas versées.

Emmanuelle Poullard : " Les archives de la recherche à l'Ensa de Marseille  : un point sur l'avancement du travail amorcé"

Après la pause déjeuner, une visite de l’Humathèque nous attendait ! Située au cœur du Campus Condorcet à Aubervilliers, l’Humathèque accueille chercheurs et enseignants-chercheurs français et étrangers, étudiants à partir du master, mais aussi, de façon ponctuelle, toute personne ayant besoin de consulter les archives ou d’accéder aux collections. M. Didier Pichin nous a fait partager son bel enthousiasme à travailler dans ce lieu, ouvert depuis septembre 2022, accompagné par Charlotte Corinaldi, archiviste et chargée de médiation scientifique et culturelle. Conçue par l’architecte Elizabeth de Portzamparc, l’Humathèque donne accès à 1 million de documents et offre 1 400 places assises, 40 salles travail,  un auditorium… une librairie et une cafétéria sont aussi prévues. Expositions, conférences, journées d’études s’y tiennent déjà. Un Open Space, situé au RDC, offre un grand espace pour étudier et travailler en groupe, et peut aussi accueillir des événements spécifiques. D’une surface de plancher de 23 000 m², le lieu est constitué de deux bâtiments asymétriques allant de 2 à 5 étages selon les espaces. Les 5 kilomètres linéaires d’archives, qui remontent au 19e siècle pour les plus anciennes, se trouvent au sous-sol. Le service des archives de l’Humathèque réunit 5 agents (dont 3 archivistes de formation et 2 documentalistes) qui gèrent 10 magasins (total de 15 km linéaires, dont 5 km utilisés) avec un logiciel de gestion des archives. Un temps d’échanges était par ailleurs organisé, autour des fonds d’archives, ainsi qu’autour des services d’accompagnement pour les chercheurs avec Amélia Laurenceau, directrice du département du soutien à la recherche. Les archives déposées à l’Humathèque par les établissements membres du Campus Condorcet sont des archives publiques, en provenance d’établissements et organismes de recherche en sciences humaines et sociales réunis sur le site d’Aubervilliers : elles comprennent  “les archives produites par les unités de recherche (administration et vie du laboratoire), l’animation de la recherche (colloques), les archives issues d’enquêtes collectives, mais aussi des fonds et ensembles documentaires de chercheurs (collectés souvent avec leur
bibliothèque)
: documentation, notes de travail, correspondance, préparation de cours,
brouillons
d’articles,et des artefacts de recherche sous la forme de fonds d’archives collectés (IHTP, CHS), d’artefacts de fouilles archéologiques, de relevés, etc.” Le service “Accompagnement de projets et science ouverte” veut proposer une offre autour de la science ouverte (données, publications et sciences participatives). Une belle découverte pour les Lab&docs présents, sensibles au bel accueil qui leur a été réservé.

Humathèque Condorcet/ph. Emmanuelle Poullard

Humathèque Condorcet/ph. Emmanuelle Poullard

Mardi 13 décembre

La matinée était entièrement dédiée aux archives orales et sonores et des questions méthodologiques et juridiques régulièrement rencontrées pour le traitement et la diffusion de ce type de données. Deux expériences nous ont été exposées : celle du CRESSON (archives sonores Cressound) et celle du secteur Archives de la recherche de la Médiathèque MMSH (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Les deux intervenantes ont abordé les questions d’enregistrement des enquêtes de terrain, de conservation propre à ces archives, ainsi que celles de leur diffusion (droit et éthique). 

Françoise Acquier, Véronique Ginouvès : "Les archives sonores de la recherche, deux expériences : le CRESSON et la MMSH"

La visite du Centre d’archives d’architecture contemporaine par M. David Peyceré, Conservateur et chef de service a été rendu possible en raison de sa proximité. Les nouveaux locaux du Centre sont en effet situés boulevard Ney, au sein d’anciens entrepôts de logistique des années 1960 (le site accueille aussi les réserves du Musée des Monuments Français, autre département de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine). Musée, archives et bibliothèque se partage le portail documentaire de la Cité. Le traitement des archives est réalisé sur le site, qui dispose à la fois de bureaux, d’un quai de déchargement, de magasins d’archives aménagés sur deux étages, d’une salle de tri, et d’une salle de lecture pour la consultation. Le centre remonte aux débuts de l’Institut français d’architecture (IFA), association para-administrative qui fut intégrée en 2004 à la Cité de l’architecture et du patrimoine. Il fonctionne par convention avec l’administration des Archives de France. Les fonds sont donc affectés à la Cité, et non déposés …La collection de l’IFA s’est constituée en urgence, dans le constat de la dispersion et de la disparition des archives modernes de l’architecture. Elle est complétée en 1990 par le Conservatoire national des arts et métiers qui dépose une série de fonds de grands architectes ou d’ingénieurs pionniers du béton armé, et en 2000 par les archives des membres de l’Académie d’architecture. L’IFA, inventant une méthode de classement et de description de ces fonds, avec ses grands formats spécifiques, a servi de modèle pour des collections régionales (Lorraine, Bretagne, Aquitaine, région stéphanoise …) constituées grâce à des écoles d’architecture, des chercheurs et des Archives, recueillant des fonds d’architectes dans l’ensemble de la France. Malheureusement, cette dynamique semble actuellement endormie …Les fonds du Centre s’enrichissent régulièrement, avec une dizaine de propositions par an, dont la moitié est retenue. Un comité scientifique se réunit une à deux fois par an pour choisir et définit la politique d’acquisition. La présentation des fonds, les biographies des architectes ainsi que les inventaires illustrés sont consultables en ligne dans ArchiWebture. Méthodes de classement et de description des archives d’architecture sont décrits dans : Qu’est-ce qu’un inventaire d’archives ?

Confortés par les similarités des questions posées pendant ces deux jours sur la collecte et la valorisation des archives et par la nécessité  d’une collaboration entre chercheurs, archivistes, bibliothécaires et documentalistes, les Lab&docs feront un bilan de leurs avancées réciproques. Les données de la recherche, dont le périmètre recoupe en partie celui des archives de la recherche, font l’objet d’une attention particulière dans le cadre de la politique de Science ouverte. Les enjeux liés aux archives de la recherche pouvaient paraître éloignés de nos métiers au sein des laboratoires, davantage tournés vers la documentation, la gestion de ressources et de métadonnées. Tout en continuant à accompagner les chercheurs dans leurs dépôts de publications dans les archives ouvertes HAL, les obligations légales de sauvegarde des données produites par des opérations scientifiques, avec la rédaction d’un plan de gestion, font  que les documentalistes sont souvent sollicités sur l’archivage et la réutilisation de ces données. Au delà de la dimension patrimoniale et historique de l’archivage de la recherche,  celui-ci peut aussi servir à la recherche elle-même, en réactivant celle-ci et/ou en permettant la validation des travaux grâce à la disponibilité des données. Les archivistes rencontrés lors de ces journées s’accordent pour dire l’importance de la conservation de ces données pour l’histoire des sciences, constituant le support fondamental qui donne à voir le fonctionnement de la recherche.

Image mise en avant : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France. Département de l’Audiovisuel.Collection Charles Cros n° 25



Citer ce billet
Laurence Bizien (2023, 23 février). CR des Rencontres Lab&docs 2022 : les archives de la recherche, décembre 2022. Lab & doc. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo47

Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search