La lettre de veille de l’été 2022 : engagements, serment et memorandum

Une lettre de rentrée riche (plus de 20 pages) pour prendre en compte tout ce qui s’est passé cet été depuis la dernière lettre du 9 juillet et le lancement de Recherche Data Gouv.

Ces deux mois ont été marqués par la publication d’un accord sur la réforme de l’évaluation de la recherche, du nouvel arrêté portant sur le doctorat, et par le communiqué de la Maison Blanche sur les nouvelles directives américaines en faveur de l’open access.  

Lancé en janvier 2022, le processus de rédaction d’un accord pour la réforme de l’évaluation de la recherche a atteint une étape importante en juillet : le 8 juillet, sa version finale a été présentée lors d’une assemblée réunissant plus de 350 organisations, de plus de 40 pays ayant exprimé leur intérêt à être impliquées dans le processus ; le 20 juillet 2022, cette version finale de l’accord pour la réforme de l’évaluation de la recherche était rendue publique. L’accord va être soumis à signature à partir du 28 septembre pendant les Research and Innovation days 2022, les organismes impliqués dans l’évaluation de la recherche, basés en Europe ou ailleurs, sont donc encouragés à le signer et à rejoindre ensuite la coalition. Un FAQ pour tout savoir sur cet accord est disponible.

Les 4 principaux engagements (Ouvrir la Science) :

  1. Reconnaître la diversité des contributions à la recherche et des carrières dans la recherche, conformément aux besoins et à la nature de la recherche ;
  2. Fonder l’évaluation de la recherche principalement sur une évaluation qualitative pour laquelle l’examen par les pairs est central, soutenu par une utilisation responsable d’indicateurs quantitatifs ;
  3. Abandonner les utilisations inappropriées dans l’évaluation de la recherche des mesures basées sur les revues et les publications, en particulier les utilisations inappropriées du facteur d’impact des revues (JIF) et du h-index ;
  4. Éviter l’utilisation des classements des organismes de recherche dans l’évaluation de la recherche.

Lecteurs/trices de Lab&doc, d’autres initiatives vous ont été signalées, comme l’Appel de Paris sur l’évaluation de la recherche, publié en février à l’occasion des Journées européennes de la science ouverte ou les conclusions du Conseil sur l’évaluation de la recherche et la mise en œuvre de la science ouverte en juin.

Le nouvel arrêté portant sur le doctorat est paru au Journal officiel du 31 août : il recommande dans son article 3 que les écoles doctorales “sensibilisent les doctorants aux enjeux de la science ouverte et de la diffusion des travaux de recherche dans la société pour renforcer les relations entre les scientifiques et les citoyens” et les nouveaux docteurs devront désormais, après leur thèse, prêter « serment d’intégrité scientifique ». L’Office français de l’intégrité scientifique (OFIS) considère cette disposition comme un complément  à l’arsenal juridique contre la fraude scientifique mis en place en France, ce serment étant vu “comme un levier d’action en faveur de l’intégrité scientifique parmi d’autres“, et décrypte le nouveau serment doctoral d’intégrité scientifique dans une fiche pratique. L’Abes de son coté fait le point dans un billet sur les modifications concernant le dépôt national des thèses et signale qu’elle a déjà mis à jour son site web, ainsi que les manuels à destination des professionnels du réseau Thèses. Les établissements publics d’enseignement supérieur doivent faire évoluer leur charte du doctorat, en y intégrant un paragraphe relatif au respect des exigences de l’intégrité scientifique. Campus Matin souligne que “parce que la mesure est prévue par la loi et généralisée au niveau national, la France fait figure de pionnière”. Le magazine américain Science mentionne la portée symbolique de ce serment dans un article : “Most see it as a symbolic gesture, but some hope it could help bring real change“.

Photo by Vasily Koloda on Unsplash

Le 26 août, les États-Unis ont annoncé la mise à jour de leurs orientations politiques sur le libre accès qui élargira considérablement l’accès du public à la science, s’alignant ainsi sur les préconisations européennes en termes d’accès libre. Ces nouvelles orientation font suite à une note précédente publiée par le bureau du président Barack Obama en 2013, qui ne s’appliquait qu’aux grandes agences de financement et autorisait un délai de 12 mois ou un embargo. Les publications et les recherches financées par les contribuables américains doivent désormais être librement accessibles au public, sans aucun embargo ni coût.  Le communiqué officiel de la Maison blanche stipule que l’OSTP souhaite que tous les organismes soient opérationnels sur ces nouvelles directives d’ici fin 2025. Virginia Barbour, Directrice d’Open Access Australasia, rappelle dans un article de The Conversation que l’Australie n’a pas encore d’approche nationale du libre accès et elle espère que cette nouvelle agisse comme un catalyseur pour davantage de changements politiques à l’échelle mondiale.

Et donc, tout le reste de la veille ici :

 



Citer ce billet
Laurence Bizien (2022, 10 septembre). La lettre de veille de l’été 2022 : engagements, serment et memorandum. Lab & doc. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo3r

Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search