Soyez vous-même: refusez le plagiat!

Dans le cadre des Journées doctorales de l’ENSA de Grenoble, j’ai eu le plaisir de présenter un petit rappel sur le plagiat. Je vous propose d’en découvrir le contenu dans cet article.

1. Définition du plagiat

Selon le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, plagier équivaut à « Emprunter à un ouvrage original, et p.méton. à son auteur, des éléments, des fragments dont on s’attribue abusivement la paternité en les reproduisant, avec plus ou moins de fidélité, dans une œuvre que l’on présente comme personnelle. Synon. copier, piller, pirater »1.

voleur

2. Conséquences du plagiat

Discrédit

Le plagiat est donc un vol. Le plagiaire s’attribue volontairement le travail de quelqu’un d’autre. Il s’agit-là d’un problème d’éthique, certes, mais pas seulement. L’acte de plagiat met en cause le plagiaire, mais implique aussi indirectement son entourage. Il jette ainsi le discrédit sur les enseignants qui ont encadré le travail ou les co-auteurs du document. Ces personnes, qui ont fait confiance au plagiaire, ne tiennent certainement pas à ce que leur réputation scientifique soit entachée d’un soupçon de plagiat… Il va sans dire que le plagiaire compromet aussi l’institution à laquelle il appartient.

Le plagiat coûte cher

En outre, le plagiat coûte cher aux organisations. En effet, la lutte contre le plagiat pousse les institutions à se doter de logiciels toujours plus performants, mais coûteux. De plus, en cas de soupçon de plagiat, l’institution doit mettre en place une commission, ce qui prend du temps et mobilise de nombreuses personnes.

Construction de fausse connaissance

Le plagiaire, en empruntant des extraits de textes différents, issus de sources et de contextes variés, détourne le sens des textes d’origine. C’est ici un problème d’ordre scientifique qui se pose: la juxtaposition de textes sortis de leur contexte, sans réelle réflexion, crée de la fausse connaissance.

Pour en savoir plus sur les conséquences du plagiat, je vous invite à vous rendre sur la page « Les dix conséquences du plagiat » du site Responsable ((Les dix conséquences du plagiat ». In : Responsable [en ligne]. Disponible sur : < https://responsable-academia.org/formation/les-dix-consequences-du-plagiat/ >  (consulté le 25 octobre 2017). )), qui propose une analyse complète.

3. Les risques

Le plagiaire risque deux types de sanctions: académique et pénale.

Sanction académique

sanction académique

Le Décret n°92-657 du 13 juillet 1992 prévoit des sanctions en cas de plagiat. Le plagiaire est susceptible de passer devant la commission disciplinaire de  son université2).

Selon l’importance de la faute, le plagiaire risque une sanction allant du simple avertissement à l’exclusion définitive et à l’interdiction d’examen. De plus, il ne faut pas oublier que l’autorité d’un chercheur est bâtie sur sa réputation. En s’adonnant délibérément au plagiat, un doctorant risque non seulement de voir sa thèse annulée, mais aussi  sa carrière de chercheur fortement compromise.

Un exemple de sanction académique:

 

Sanction pénale

loi

Le plagiat est une contrefaçon. Les articles L335-2 et L335-3 du Code de la propriété intellectuelle prévoient que la contrefaçon est « punie de trois ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende »3.

Un exemple de sanction pénale:

4. Différents types de plagiat

Il existe plusieurs types de plagiat. L’éditeur de logiciels anti-plagiat Turnitin en dénombre 10 différents: le simple copier-coller d’un texte intégral, la juxtaposition d’extraits, la paraphrase, l’autoplagiat, les fausses citations, la traduction d’un texte existant…4

Les emprunts sans citation de l’œuvre originale

L’emprunt d’extraits d’une ou de plusieurs œuvres originales sans en citer les auteurs relève évidemment du plagiat. Il s’agit du vol du travail d’autrui. Ce type de plagiat va de la copie intégrale d’une oeuvre mot pour mot, à la paraphrase, en passant par le remplacement de certains mots par des homonymes tout en gardant la trame principale… Ce type de plagiat peut d’ailleurs mener à des aberrations. En témoigne ce cas particulièrement parlant dans lequel les auteurs ont repris un article mot pour mot, en remplaçant simplement le terme « banque » par « autoroute » et « article » par « travail »…

Sans aller jusqu’à des cas extrêmes tels que celui cité ci-dessus, la juxtaposition de textes non référencés, écrits par des auteurs différents dans des contextes différents mais présentés comme écrits par une seule et même personne peut changer le sens des textes, voire même aboutir à des non-sens. Sans compter que cette pratique jette un doute sur la qualité des résultats scientifique en créant de la fausse information. Ainsi,  monsieur Dupond reprend à son compte, sans le citer, les écrits de monsieur Martin. C’est monsieur Dupond qui sera ensuite cité comme auteur de ces extraits, extraits qui auront alors totalement changé de contexte et peut-être de sens…

enfant scandalisé avec un livre entre les mains

Photo by Ben White on Unsplash

L’autoplagiat

On n’y pense pas, on l’a tous fait (allez, avouez!), mais reprendre ses propres écrits sans indiquer qu’il s’agit d’un travail antérieur est un plagiat. Certes, il ne s’agit pas du vol du travail d’autrui, mais il s’agit d’un acte éthiquement incorrect qui peut avoir des conséquences non négligeables. L’université de Genève présente sur son site la liste des comportements incorrects en matière d’intégrité académique5 dans laquelle on trouve deux exemples d’autoplagiat: « rependre les conclusions d’un travail de recherche effectué dans le cadre d’un cours de traductologie dans le mémoire de Ma sans l’accord explicite de l’enseignant » et « publier dans une autre langue un travail déjà publié. Si les extraits réutilisés font l’objet d’une publication existante, il peut même y avoir infraction à des prescriptions légales (violation de clauses contractuelles signées avec l’éditeur) ». Outre le fait que, dans ce cas, la recherche piétine au lieu d’avancer, cela peut aussi poser des problèmes dans le cas d’un travail publié.

Un exemple d’autoplagiat sanctionné par un éditeur:

Seraya Maouche, pour le site Mediapart, rapporte le cas de Marshall Schminke qui a publié deux fois le même article sur… l’éthique et l’intégrité scientifique (!): « Un exemple très connu pour illustrer ce cas de fraude est l’article de Marshall Schminke sur l’intégrité scientifique ! Cet auteur a publié, en 2009, un article intitulé « Ethics and Integrity of the Publishing Process: Myths, Facts, and a Roadmap» dans la revue Academy of Management Review. Deux années après, il duplique le même article dans la revue Management and Organization Review. Il plagie donc son propre texte. Le second article a été rétracté par l’éditeur, qui a publié une notice détaillée. »6.

Les fausses citations

Un autre type de plagiat consiste à inventer ou modifier des citations. Yaroslav Pigenet, dans son article Fraude : mais que fait la recherche ?, souligne : « Ainsi, une méta-analyse rassemblant les données de 18 enquêtes menées entre 1986 et 2005 dans des laboratoires britanniques et états-uniens montre que, si 1,97 % des chercheurs admettent avoir eux-mêmes au moins une fois falsifié leurs données expérimentales, ils sont 14,12 % à affirmer avoir déjà observé ce type d’inconduites chez leurs collègues  »7. Nous retrouvons ici un problème lié à l’éthique et à l’intégrité de la recherche. En effet, il ne s’agit plus ici de s’attribuer des écrits scientifiques, des résultats avérés de la recherche, mais de créer volontairement de faux résultats scientifiques, de la fausse information. Ce n’est plus de la contrefaçon mais de la falsification.

N’oublions pas que les résultats  de la recherche peuvent avoir des répercussions bien plus importantes qu’un simple « ranking » bibliométrique. Yaroslav Pigenet le rappelle en ces termes: « On citera comme exemple les falsifications du psychologue Cyril Burt sur le QI des jumeaux, dont les travaux sur l’hérédité de l’intelligence justifieront les politiques éducatives très inégalitaires mises en place à partir des années 1930 au Royaume-Uni ; ou, plus récemment, les ravages de santé publique qu’a entraînés la publication d’une étude affirmant, à partir de données fabriquées, que le vaccin contre la rougeole favorisait la survenue de l’autisme chez les enfants auxquels il était administré »8.

Agrégation de textes cités, sans travail personnel

Lettres aimantées

Photo by Jason Leung on Unsplash

Le dernier cas de plagiat que j’évoquerai ici est celui, peu banal, de l’agrégation de textes cités. Ainsi, certains plagiaires créent de toutes pièces des publications dont ils ne sont en rien les auteurs: celles-ci sont de véritables puzzles de citations. Celles-ci sont, certes, correctement référencées, mais aucune analyse personnelle ne vient les étayer. S’il est important de citer correctement ses références, apporter sa propre réflexion à un écrit l’est tout autant…

Le plagiat concerne aussi…

On pense souvent au plagiat de texte. Or, le plagiat concerne toute œuvre de l’esprit: les images, les graphiques, les diaporamas, les sites internet, les œuvres d’art…

Jeff Koons par exemple a été à l’origine d’une controverse en 2014 lors de son exposition au Centre Pompidou. Deux de ses œuvres ont été retirées de l’exposition, ces deux œuvres ayant été au centre d’accusations de plagiat9. Jeff Koons a d’ailleurs été reconnu coupable de plagiat pour l’une des deux œuvres10 (une action est toujours en cours au sujet de l’autre œuvre au moment de la rédaction de cet article).

Pensez-y!

Citation en abîme

Une citation double est une citation qui contient elle-même une citation. Il est important de reproduire intégralement le texte que l’on cite, y compris les citations déjà incluses.

Citation double

D’ailleurs, je vous signale que ça, c’est moi qui l’ai écrit dans cet article que vous allez de ce pas lire de A à Z…11. Ouf! J’ai évité de justesse l’autoplagiat!

Traduction

Si vous traduisez un extrait de texte dans l’une de vos publications, pensez à indiquer les références du texte original et à indiquer l’auteur de la traduction.

N’oubliez pas non plus qu’un éditeur a des droits sur un texte. Si vous décidez de traduire l’un de vos textes pour le publier dans une autre langue, il vous faudra obtenir l’accord de votre éditeur.

 

Cite this article as: Murielle Serlet, "Soyez vous-même: refusez le plagiat!," in Lab & doc, 19/12/2017, https://labedoc.hypotheses.org/1120.

 

 

 

 

  1. Centre National de Ressources textuelles et Lexicales, http://www.cnrtl.fr/definition/plagier , consulté le 25 octobre 2017 []
  2. FRANCE, 1992. Décret n°92-657 du 13 juillet 1992 relatif à la procédure disciplinaire dans les établissements publics d’enseignement supérieur placés sous la tutelle du ministre chargé de l’enseignement supérieur [en ligne]. [S.l.] : [s.n.]. Disponible sur : < https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000528286 >  (consulté le 20 novembre 2017 []
  3. FRANCE, 2017. « Code de la propriété intellectuelle ». In : LegiFrance [en ligne]. 1 octobre 2017. Disponible sur : < https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?dateTexte=20171107&cidTexte=LEGITEXT000006069414&fastReqId=258043788&fastPos=1&oldAction=rechCodeArticle >  (consulté le 20 novembre 2017). []
  4. TURNITIN, 2012. « Plagiarism Spectrum | Tagging 10 types of unoriginal work ». In : Turnitin [en ligne]. 2012. Disponible sur : < http://www.turnitin.com/assets/en_us/media/plagiarism_spectrum.php >  (consulté le 27 octobre 2017).  []
  5. COMMISSION FACULTAIRE D’ÉTHIQUE, 2017. « Comportement incorrect en matière d’intégrité académique ». In : Université de Genève [en ligne]. septembre 2017. Disponible sur : < https://www.unige.ch/fti/files/7115/0632/7417/CommissionEthique_ComportementIncorrect.pdf >  (consulté le 19 décembre 2017). []
  6. MAOUCHE, Seraya, 2016. « Intégrité scientifique : la duplication des publications scientifiques ». In : Mediapart [en ligne]. 24 septembre 2016. Disponible sur : < https://blogs.mediapart.fr/seraya-maouche/blog/240916/integrite-scientifique-la-duplication-des-publications-scientifiques >  (consulté le 19 décembre 2017). []
  7. PIGENET, Yaroslav, 2014. « Fraude : mais que fait la recherche ? ». In : CNRS Le journal [en ligne]. 3 décembre 2014. Disponible sur : < https://lejournal.cnrs.fr/articles/fraude-mais-que-fait-la-recherche >  (consulté le 19 décembre 2017). []
  8. PIGENET, Yaroslav, 2014. « Fraude : mais que fait la recherche ? ». In : CNRS Le journal [en ligne]. 3 décembre 2014. Disponible sur : < https://lejournal.cnrs.fr/articles/fraude-mais-que-fait-la-recherche >  (consulté le 19 décembre 2017) []
  9. MARTINEAU, Anne-Katel, 2015. « Jeff Koons: hommage ou plagiat d’oeuvres contemporaines? Inspiration ou contrefaçon? | Le droit est un art – Le blog de Maître Anne-Katel Martineau ». In : Le droit est un art – Le blog de Maître Anne-Katel Martineau [en ligne]. 26 janvier 2015. Disponible sur : < https://le-droit-est-un-art.fr/jeff-koons-hommage-ou-plagiat-doeuvres-contemporaines-inspiration-ou-contrefacon/ >  (consulté le 19 décembre 2017) []
  10.  FEZ, Zoé, 2017. « Jeff Koons condamné pour plagiat, l’art de l’appropriation contre la propriété intellectuelle ». In : France Culture [en ligne]. 13 mars 2017. Disponible sur : < https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-de-la-culture/jeff-koons-condamne-pour-plagiat-lart-de-lappropriation-contre-la >  (consulté le 19 décembre 2017) []
  11. Murielle Serlet, « Comment écrire une bibliographie efficace?, » in Lab & doc, 19/05/2017, http://labedoc.hypotheses.org/353. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.