La lettre de veille de mai 2022 : le concept de Contributorship

Mieux reconnaître toutes les contributions à une publication scientifique est le sujet principal du premier numéro de la lettre d’information de l’Ofis (Office français de l’intégrité scientifique, département du Hcéres) paru en mai. “Les chercheurs sont aujourd’hui largement incités (par les financeurs, les journaux, les institutions…) à partager leurs données. Mais ces données ouvertes ne sont pas (encore) valorisées dans les systèmes d’évaluation comme le sont les articles ou les livres. Une solution à ce problème ? Faire en sorte que les scientifiques ayant généré les données soient identifiés et crédités de façon normalisée. C’est le concept de  «data authorship » appliqué à la paternité des données expliqué sur le site open science de l’Institut Pasteur le 9 mai. Depuis 2016, le concept de “contributorship” et la taxonomie CRediT sont présentés dans une fiche conseil Reconnaître tous les contributeurs d’une publication sur le site internet CoopIST du Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement). Marie Claude Deboin, déléguée à l’information scientifique et technique au Cirad, dans un entretien du 15 mai,  pense que la publication de la norme en février devrait favoriser son appropriation. Elle décrit pour l’OFIS l’intérêt de cette démarche tout en soulignant certaines limites. 

La taxonomie CRediT (Contributor Roles Taxonomy) liste 14 types de contribution avec les rôles et activités associées. En février 2022, elle est donc devenue la norme ANSI/NISO Z39.104-2022 de l’agence américaine de normalisation (National Information Standards Organization, NISO). Cette liste de rôles standardisée est suffisamment complète pour décrire l’intégralité et la nature des contributions au travail de recherche publié (conception de méthode, développement de logiciels, collecte et gestion des données, analyse et création de la base de données, obtention de financement etc.). En 2018, Hervé Maisonneuve écrivait déjà que la taxonomie CRediT devrait être utilisée par les revues françaises pour décrire la contribution des auteurs. Pour l’instant, “une quarantaine d’éditeurs l’ont adoptée pour certaines de leurs revues, parmi lesquels : Cambridge University Press, CellPress, eLife, Elsevier, F1000Research, Oxford University Press ; Public Library of Science (Plos), Springer, Wiley.”

L’organisation ORCID a intégré la taxonomie CRediT à certaines de ses applications,les chercheurs peuvent intégrer leurs différents rôles CRediT à leur espace personnel sur ORCID ; L’agence d’enregistrement de DOI Crossref (Digital Object Identifier ) a inscrit dans sa stratégie 2021-2025 la possibilité d’utiliser la taxonomie CRediT dans les métadonnées associées un DOI.

“En tant que rédacteur en chef ou membre d’un comité éditorial d’une revue, vous pouvez promouvoir la démarche CRediT pour qu’elle soit adoptée par la revue et intégrée à ses recommandations aux auteurs et à leurs articles. En tant que responsable ou collaborateur d’un projet de recherche, auteur ou coauteur, vous pouvez introduire la démarche CRediT auprès de vos collaborateurs et l’appliquer à vos publications. En adoptant la taxonomie CRediT, vous encouragez la transparence et vous œuvrez pour que tous les collaborateurs qui ont contribué à une publication et à tout autre produit de recherche soient responsabilisés et reconnus.” (CIRAD)

La démarche semble se généraliser à tout type de production scientifique, comme les jeux de données de recherche. Ainsi, pour qu’apparaisse la reconnaissance de la paternité des données dans l’entrepôt Recherche Data Gouv, il suffira de renseigner les métadonnées “auteur du jeu de données”, voire de mettre simplement l’ID ORCID. A tester bientôt, puisque nous sommes convié(e)s à l’inauguration de la plateforme le 8 juillet !

Et toutes les autres actualités là :

 



Citer ce billet
Laurence Bizien (2022, 4 juin). La lettre de veille de mai 2022 : le concept de Contributorship. Lab & doc. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo3m

Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search