[En hybride] 2ème “Rencontre autour de ma thèse” : “Rails et trames urbaines. Le potentiel de la Petite Ceinture à Paris et du chemin de fer abandonné au Liban” – ENSA de Paris-Belleville (Centre de recherche documentaire IPRAUS/AUSser) – mardi 14 juin 2022

L’Ipraus/AUSser (Ensa de Paris-Belleville) vous propose un nouveau rendez-vous au sein de son centre de recherche documentaire : “Rencontre autour de ma thèse”.

Cette rencontre est un échange public de 30 à 45 mn entre un doctorant, deux enseignants-chercheurs et le public.

Les questions porteront sur la genèse de la thèse et de son cheminement (choix du sujet, méthodologie, difficultés).

2ème Rencontre autour de ma thèse

Cette deuxième rencontre aura lieu le mardi 14 juin 2022, 17h30-18h15 (30 mn échange doctorant/enseignant et 15 mn questions/réponses avec le public) en format hybride au centre de recherche documentaire IPRAUS/AUSser à l’Ensa de Paris-Belleville (60, boulevard de la Villette, 75019 Paris, bâtiment B, 3ème étage).

Cette rencontre est en présentiel et en distanciel.

Si vous ne pouvez vous déplacer, je vous donne le lien zoom afin d’y assister en distanciel : https://zoom.us/j/95857478926?pwd=dzFjeXY5dkQ3c0l1YWloTElmQUFSUT09

La rencontre sera suivie d’un cocktail vous permettant de prolonger la discussion dans une ambiance conviviale et chaleureuse.

Les intervenants

Christelle El Hage, doctorante IPRAUS sous la co-direction de Cristiana Mazzoni et Christiane Sfeir, échangera sur son parcours et sur son sujet de thèse : Rails et trames urbaines. Le potentiel de la Petite Ceinture à Paris et du chemin de fer abandonné au Liban

Solenn Guevel, Maîtresse de conférences en Théories et Pratiques de la Conception Architecturale et Urbaine et chercheure à l’IPRAUS/AUSserà l’ENSA Paris-Belleville, sera la discutante.

André Lortie, directeur de l’IPRAUS/AUSser, animera cette rencontre.

Cette thèse est en préparation à l’Université Gustave Eiffel en cotutelle avec l’Université libanaise , dans le cadre de l’École doctorale Ville, Transports et Territoires , en partenariat avec l’IPRAUS – Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique Société (laboratoire de l’ENSA de Paris-Belleville).

Résumé de la thèse

Cette thèse évalue les enjeux sociaux, paysagers et écologiques concernant la reconquête d’une infrastructure ferroviaire abandonnée en vue de son utilisation comme espace public –le secteur nord de la Petite Ceinture de Paris – dans le but d’élaborer des critères liés aux bonnes pratiques, des orientations et des repères pertinents pour l’analyse du tronçon urbain de la ligne ferroviaire du Liban à Beyrouth. Nous partons de l’hypothèse que ces lignes abandonnées, ces espaces vacants, ces interstices, ces “restes” (Serfaty-Garzon, 1991) offrent des opportunités de réaménagement urbain, ou des refuges pour une vie urbaine informelle. Ils sont aussi des réservoirs de biodiversité, des trames écologiques. Qu’elles soient linéaires, transversales ou en ceinture, situées à proximité des gares, aux portes des villes, ces friches influencent la structure et l’organisation urbaine de la ville en privilégiant le retour de la nature en ville par une reconquête de la faune ou de la flore et la reprise de certaines activités humaines. Nos recherches s’articulent autour de plusieurs disciplines fondamentales telles que l’urbanisme, l’histoire de la ville et des infrastructures, les études paysagères. Entre réflexions patrimoniales et enjeux de conception de la ville, la lecture transversale de la reconversion des voies ferrées abandonnées alimente des questions cruciales pour l’avenir actuel de nos villes. Pour répondre à cette problématique, la thèse s’appuie sur une base théorique composée principalement des écrits et réflexions de l’école territorialiste italienne et en particulier des ouvrages clés d’Alberto Magnaghi tels que Le projet local (Magnaghi, 2003) et La conscience du lieu (Magnaghi, 2017). D’autre part, des recherches sont convoquées sur le potentiel des infrastructures abandonnées dans les villes, en prenant comme référence les travaux du laboratoire LEAP-Montréal (laboratoire d’études des architectures potentielles) ainsi que les travaux au sein de l’UMR-AUSser sur le patrimoine ferroviaire (K. Bowie). Enfin, nous nous pencherons sur les travaux du laboratoire CERDA au Liban afin d’approfondir l’approche méthodologique en travaillant en parallèle avec le concept de la méthode phénoménologique dans la ville. Au-delà des apports théoriques, cette thèse mettra en valeur, à travers une plateforme numérique qui intègre les systèmes d’information géographique (SIG), les données quantitatives et qualitatives récoltées à partir de diverses sources, notamment des archives historiques, les données démographiques, les données économiques et les dossiers d’urbanisme, ainsi que les enquêtes qualitatives de terrain menées à Paris et à Beyrouth, à partir d’une analyse territoriale, sociale et paysagère spécifique aux deux sites.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search