La lettre de veille d’avril 2022 : Zoom sur le baromètre de la science ouverte

“Le baromètre français de la science ouverte a pour objectif de mesurer l’évolution des pratiques de science ouverte en France à partir de données fiables, ouvertes et maîtrisées. Lancé en 2019 par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, dans le cadre du Plan national pour la science ouverte et du Plan d’action national de la France au sein du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO), il offre des indicateurs détaillés sur l’accès ouvert aux publications scientifiques” (MESRI, janvier 2022).

Cette première version, dont les données et le code était réutilisables, a été adaptée pour les publications de l’Université de Lorraine pour fabriquer un Baromètre lorrain, dont le code a été repris par une vingtaine d’établissements.  Laetitia Bracco, Data librarian à l’Université de Lorraine, revient sur ce projet du baromètre de la science ouverte dans l’infolettre Lab Intelligence Artificielle n°18 publiée début avril par Etalab : pour elle, “le projet permettra aux établissements d’avoir des indicateurs au niveau local, ce qui est important pour permettre de faire bouger les politiques portées sur le terrain”et “Plus largement, le projet montre également la capacité d’innovation au niveau local qui peut permettre d’améliorer un projet élaboré au niveau national.”

Une nouvelle version du baromètre a ainsi été ouverte par le ministère en 2022, version qui prend à présent en compte nativement la possibilité de déclinaison au niveau local. La première partie du code du Baromètre lorrain est en revanche toujours nécessaire, afin de constituer sa liste de DOI. https://barometredelascienceouverte.esr.gouv.fr/

Vous trouverez ici le mode d’emploi pour réaliser votre Baromètre local : https://barometredelascienceouverte.esr.gouv.fr/a-propos/declinaisons

La méthodologie a été mise en place par Anne L’Hôte (MESRI), Eric Jeangirard (MESRI), Didier Torny (CNRS) et Laetitia Bracco (Université de Lorraine). Elle est décrite dans le document de travail disponible HAL depuis fin avril : “Extending the open monitoring of open science: A new framework for the French Open Science Monitor (BSO)

Dans un billet posté le 28 avril dans le carnet de recherche du CRESSON, on vous explique avec Françoise Acquier comment nous avons réussi à décliner un code adapté à notre laboratoire : “Python pour la Science Ouverte : le Baromètre de la Science Ouverte du laboratoire AAU comme cas pratique”

Python pour la Science Ouverte : le Baromètre de la Science Ouverte du laboratoire AAU comme cas pratique

Par ailleurs, le Deuxième Plan national pour la science ouverte (2021) ambitionnant de doter le baromètre de la science ouverte de capacités supplémentaires, concernant un plus grand nombre d’objets scientifiques, l’édition de ce Baromètre 2022 intègre des éléments de science ouverte et de transparence en lien avec les recherches en santé : il se décline désormais en deux volets : 

Le plan ambitionne également de doter la France d’une capacité de suivi de l’ouverture des données et des codes sources. Une nouvelle version 2023 proposera des indicateurs d’ouverture non seulement sur les publications, mais aussi sur les données de la recherche et les logiciels. Ce  projet de Baromètre a été présenté lors du Data Drink en ligne du 14/04/22, organisé par le Lab IA d’Etalab : https://zenodo.org/record/6461392

 

Le 28 mars a été créé un club d’établissements et organismes ayant mis en place un Baromètre Science Ouverte local à partir du Baromètre national, par le biais d’une liste de diffusion Renater bso-etablissements. La liste est animée par le MESRI, l’Université de Lorraine et l’Université d’Evry, qui travaillent à la réalisation d’un outil pour faciliter la constitution des listes de DOI pour les établissements.  Les objectifs sont les suivants :

– Fédérer les compétences au sein des établissements,
– Encourager le partage d’initiatives (ouverture du code),
– Constituer un réseau d’entraide sur les difficultés rencontrées,
– Permettre au MESRI de communiquer sur les mises à jour du BSO national et de recueillir des retours des utilisateurs,
– Disposer d’une base d’utilisateurs pour tester les avancées du BSO national Données et Codes, piloté par l’Université de Lorraine avec le MESRI et l’Inria
 
Nous sommes à présent 140 à avoir rejoint la liste du Club utilisateurs du Baromètre de la Science Ouverte ! Pour se rencontrer et initier des échanges, un webinaire de lancement est prévu avant l’été : sont attendus des retours d’expérience d’établissements ayant mis en place un BSO, en faisant un focus sur l’utilisation de ces indicateurs. Sont-ils repris dans une politique de Science Ouverte globale ? Sont-ils à usage interne ? Le BSO a-t-il provoqué des réactions de la part de chercheurs, de politiques ?
 
Si vous souhaitez rejoindre la liste, vous pouvez vous y inscrire ici : https://groupes.renater.fr/sympa/info/bso-etablissement
 

Et toutes les autres actualités ici :

 

Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search